Il est beau et plaît surtout aux Dames

MAIS ATTENTION!

Le Clitocybe laqué var.améthysteLaccaria laccata var.amethystea

Si j'écris qu'il plaît aux Dames c'est parce que je me suis rendu compte, lors des «sorties» que nous organisons, que ces Dames avaient une forte attirance pour ce superbe Champignon. Certainement à cause de ses couleurs ou encore par le nom de Bouton de bottines ou de guêtres  qu'on lui donne dans certaines régions.

C'est un bon comestible néanmoins sa consommation est à modérer car ce petit mignon est un grand accumulateur de radioéléments et de métaux lourds au même titre que le Bolet bai (Xerocomus badius) ou encore que le Pied de mouton (Hydnum repandumm) voir Liste des espèces sensibles, de plus la confusion est possible avec deux «sosies» vénéneux:

le Mycène pur (Mycena pura)

 

 et un autre moins connu mais tout aussi dangereux

l'Inocybe à lames couleur de terre var. liliacin

(Inocybe geophilla var. lilacina)

 

Pour éviter une confusion, aux conséquences souvent graves, consulter le Tableau comparatif XVII 

 Et n'oubliez jamais: "Pas de consommation sans identification à 100%"

VOIR >> Le Livre 2017 de Mycologia34

 

Vous avez des questions? Posez-les sur "COMMENTAIRES" en fin d'article ou

par Mail sur "CONTACTER L'AUTEUR"

 

squelettes_13

Amanite tue-mouches. Lat.: Amanita Muscaria.

Nom commun: Fausse oronge.

41150047_p Muscaria

cliquez sur les photos pour les agrandir

41150087_p 41150137_p

41150160_p 41150444_p

L'amanite tue-mouches dans tous ses états!

Voir le descriptif de l'Amanite tue-mouches

 

squelettes_13

Amanite panthère Lat.: Amanita pantherina

Nom commun: Fausse golmote

41534173_p 41534214_p

cliquez sur les photos pour les agrandir

Voir le descriptif de l'Amanite panthère

 

 squelettes_13

Clitocybe ou Pleurote de l'olivier.

Lat.: Clitocybe olearia ou Pleurotus (ou Omphalotus)  olearius

Noms communs: Pleurote de l'olivier, Oreille de l'olivier.

Olivier1 Clitocybe_de_l_olivier7

cliquez sur les photos pour les agrandir

Olivier Clitocybe_de_l_olivier

Chapeau: 4-15 cm., orange à jaune-orangé, orné de fines fibrilles* lui donnant un aspect brillant. Convexe* puis étalé, vite déprimé et en entonnoir. Marge* incurvée.

Lamelles: jaune-or, très décurrentes*, serrées avec de nombreuses lamellules. Elles ont la propriété d'être phosphorescentes la nuit.

Pied: 4-18 cm., orange à jaune-orangé de la couleur du chapeau, ayant tendance à brunir avec l'âge. Ferme, plein, atténué à base. Il peut être central ou excentrique.

Chair: jaune-orangé, plus foncée dans le pied. Odeur assez forte et désagréable de bois moisi, saveur douce.

Habitat: lignicole*, Eté-Automne, parfois même au cœur de Hiver, en touffes parfois importantes aux pieds ou sur les troncs des feuillus. Très commun dans les régions méridionales où il est le champignon qui provoque le plus d'intoxications.

Observations: c'est un champignon vénéneux qui provoque des intoxications parfois très graves. On peut le confondre avec l'excellente Chanterelle commune (ou Girolle) mais cette dernière est de couleur jaune, ne possède pas de lamelles* mais des plis* sous le chapeau, est terricole* et dégage une agréable odeur d'abricots et de mirabelles. Voir Tableau Comparatif III

 squelettes_13

Clitocybe blanc. Lat.: Clitocybe dealbata.

Noms communs: Clitocybe blanc-ivoire, Clitocybe blanchi.

Vénéneux.

Clitocybe_blanc Clitocybe

cliquez sur les photos pour les agrandir

Clit_blanc Clitocybe_blanc1

Chapeau: 2-5 cm., blanc-jaunâtre à gris-jaunâtre, couvert d'un givre blanc sale persistant, devenant grisâtre avec l'âge. Convexe*, plan puis étalé, se déprimant au centre, parfois en entonnoir*. Marge* fine, incurvée puis étalée et souvent ondulée.

Lamelles*: blanches à crème, décurrentes*, serrées, minces.

Pied: 2-5 cm.,blanchâtre, brunâtre à la base. Court, soyeux, plein, fibreux, tenace parfois un peu excentrique.

Chair: blanchâtre, ferme, fibreuse*. Odeur forte d'herbe et de mousse, saveur douce.

Habitat: de Juin à Novembre dans les prés, les parcs, les pelouses, les pâtures, le long des haies, dans les zones herbeuses, souvent en groupes. Assez commun.

Observations: c'est un champignon vénéneux qui, comme d'autres Clitocybes blancs (Cerussata, Phylophilla,etc.) provoquent des intoxications graves du type muscarien ou sudorien. On peut le confondre avec des espèces comestibles comme l'excellent Marasme d'oréade (Mousseron) qui partage le même habitat mais s'en distingue par son chapeau brun-jaune et surtout par ses lamelles* beige-jaunâtre, libres*, espacées et ventrues et avec le Clitocybe en entonnoir (bon) dont l'habitat est forestier et qui dégage une agréable odeur d'anis et d'amandes Voir Comparatif XIV:


 

squelettes_13

Entolome livide. Lat.: Entoloma lividum

Noms communs: Entolome perfide, Faux meunier, Jaunet.

Vénéneux.

Entolome_livide Entolome_livide1

cliquez sur les photos pour les agrandir

Entolome_livide2

Chapeau: 5-20 cm., blanc-jaunâtre à gris-brunâtre, avec des reflets blafards, couvert d'un givre blanc. Orné de fines fibrilles*, visqueux par temps humide, soyeux par temps sec. Campanulé* puis convexe*-bossu et enfin étalé et souvent mamelonné*. Compact, épais, charnu. Marge* longtemps enroulée, se fissurant avec l'âge

Lamelles*: jaune-clair puis saumon à maturité. Adnées*, très échancrées* à l'insertion sur le pied, assez espacées, larges.

Pied: 6-12 cm., blanchâtre se tachant de jaunâtre, floconneux* vers le sommet, renflé vers la base, souvent incurvé, ferme, robuste, plein, spongieux avec l'âge.

Chair: blanche, épaisse, ferme. Odeur agréable de farine fraîche qui devient repoussante lorsque le champignon vieillit. Saveur douce et agréable.

Habitat: Eté-Automne en groupes dans les forêts de feuillus, les clairières, aux lisières, dans les endroits aérés. Assez commun.

Observations: il provoque des intoxications parfois très graves qui peuvent, selon la quantité ingérée, entraîner la mort de personnes fragiles. On peut le confondre avec le Clitopile petite prune dont les lamelles* sont décurrentes* et le Tricholome de la St.Georges dont les lamelles* sont blanc-crème, tous deux d'excellents comestibles mais qui dégagent également cette odeur de farine. Voir Comparatif V, VI et VII

 squelettes_13

Gyromitre comestible. Lat.: Gyromitra esculenta

Noms communs: Fausse Morille, Moricaude, Cervelot.

Vénéneux.

Gyromitre2 Gyromitre_1

cliquez sur les photos pour les agrandir

Gyromitre

Chapeau: 3-8 cm. de diamètre, brun à brun-rougeâtre ou brun-noirâtre. Il a l'aspect d'une cervelle (cérébriforme) bosselée et difforme. La marge* plus pâle est soudée par endroits au pied. Il est creux et sa paroi interne est blanc-crème.

Pied: 2-6 cm., pour un diamètre de 20-40 mm, blanc-crème devenant roussâtre avec l'âge. Trapu, ridé à sillonné, bosselé, souvent comprimé et atténué vers la base. Lacuneux*, creux, communiquant avec la cavité du chapeau.

Chair: blanchâtre et mince, ayant l'aspect et la consistance de la cire. Odeur douce rappelant celle du savon, saveur légère et agréable.

Habitat: Printemps-début de l'Eté dans les endroits sablonneux des forêts de conifères, les friches, les bruyères. Assez commun dans certaines régions.

Observations: malgré son nom c'est un champignon vénéneux et mortel dans les cas graves. Il fut longtemps consommé après dessiccation, mais cette dernière n'enlève qu'une partie de la toxine (gyromitrine) qu'il contient et une consommation répétée peut avoir des conséquences très graves. Il est à rejeter absolument. A ne pas confondre avec les Morilles


 

squelettes_13

Helvelle à pied blanc. Lat.: Helvella monachella.

Noms communs: Bonnet de capelan, Petite religieuse, Nonnette, Cornette?

Vénéneuse

Helvelle___pied_blanc7 Helvelle___pied_blanc9

cliquez sur les photos pour les agrandir

Helvelle___pied_blanc5

Chapeau: 2-4 cm de haut, formé de 2 à 3 lobes dressés, avec la face cachée blanc-grisâtre, les bords inférieurs sont libres* et plus pâles. Sa forme rappelle le bonnet de curé ou la cornette des religieuses.

Pied: 3-8 cm pour un diamètre de 10-30 mm., blanc, légèrement velouté. Creux, cylindrique, généralement lisse mais parfois un peu sillonné vers la base.

Chair: très mince, blanche, coriace et élastique dans le pied, fragile et cassante dans le chapeau. Sans odeur, ni saveur particulières.

Habitat: au Printemps dans ou aux lisières des forêts de feuillus et de conifères, sous les peupliers, le long des chemins, dans les haies, les taillis, sur terrains sablonneux. Parfois en groupes de centaines d'exemplaires. Assez commune.

Observations: comme toutes les Helvelles elle est à rejeter car elle contient de l'acide helvellique qui est détruit en partie à la cuisson, mais également de la gyromitrine responsable d'intoxications graves lors de consommations importantes ou répétées Elle se différencie de l'Helvelle lacuneuse et de l'Helvelle crépue par son pied presque lisse et sa pousse printanière.

A ne pas confondre avec les Morilles (excellentes après cuisson et avec modération) dont le chapeau est formé d'alvéoles et non de lobes.

 

squelettes_13

Inocybe de Patouillard. Lat.: Inocybe Patouillardi.

Nom commun: Inocybe de Printemps.

Vénéneux.

Inocybe

cliquez sur les photos pour les agrandir

Inocybe_de_patouillard9 Inocybe_de_Patouillard8

Chapeau: 3-8 cm., blanc-crème à jaunâtre se tachant de brun-rouge avec l'âge. Fibrilleux*, conique puis étalé avec un large mamelon* central. Marge* d'abord enroulée puis lobée, souvent fendue.

Lamelles*: rosées puis crème et enfin brun-olivâtre avec l'arête* blanche et floconneuse*, rougissant au frottement. Adnées*-émarginées, serrées, épaisses.

Pied: 3-10 cm., blanc taché de rouge, cylindrique, grêle ou robuste selon les cas, parfois courbe et bulbeux* à la base, très fibreux*.

Chair: blanche, parfois nuancée de rose, ferme. Odeur forte et fruitée, saveur douce.

Habitat: Printemps-Eté aux lisières ou dans les bois clairs et secs surtout de feuillus, au bord des chemins. A une préférence pour les hêtres. Assez rare.

Observations: les intoxications dûes à ce champignon sont du type muscarien (voir page 6). On lui attribue des intoxications mortelles en France et en Europe. La dose mortelle est estimée à 500 grs, mais il est exceptionnel de réaliser une cueillette de cette importance. On l'identifie assez facilement grâce à son habitat, sa précocité, son chapeau d'abord très conique, sa marge fendillée et ses lamelles* brun-olivâtre.

 

squelettes_13

Lépiote à crête. Lat.: Lepiota cristata.

Noms communs: Lépiote crêtée, Lépiote puante, Lépiote crêpue.

Vénéneuse.

L_piote___cr_te1

cliquez sur les photos pour les agrandir

L_piote___cr_te L_piote___cr_te1

Chapeau: 2-5 cm., cuticule* brune se déchirant en petites écailles en laissant apparaître le fond blanchâtre. Conique puis étalé, au centre le revêtement reste intact et continu, avec un mamelon* assez pointu.

Lamelles*: blanchâtres, ayant tendance à brunir avec l'âge. Libres*, serrées, inégales, avec l'arête* floconneuse*.

Pied: 2-4 cm. Pour un diamètre de 3-4 mm. Blanchâtre souvent teinté de brun-roux vers la base. Grêle, soyeux, un peu luisant. Anneau* blanchâtre, satiné, fragile.

Chair: blanche, très mince. Odeur désagréable de radis, d'ail et de fruits pourris.

Habitat: Eté-Automne dans les sentiers et aux lisières des forêts, dans les champs, les parcs, les jachères, les jardins, les pelouses, les massifs de fleurs. Commune.

Observations: c'est un champignon considéré comme vénéneux, comme toutes les petites Lépiotes il est à éviter. De plus son odeur désagréable ne donne guère envie de le consommer. A ne pas confondre avec les grandes Lépiotes (macrolepiota), la Lépiote élevée et la Lépiote déguenillée, toutes deux excellentes et de taille beaucoup plus importante.

Attention: ne cueillez jamais de Lépiotes dont la taille est inférieure à 10 cm

 

squelettes_13

Mycène pur. Lat.: Mycena pura

Nom commun: Mycène rose.

Vénéneux.

Mycene_pur

cliquez sur les photos pour les agrandir

Myc_ne_pur6 Myc_ne_pur11

Chapeau: 2-5cm., de couleur variable avec différentes nuances de rose et de lilas, plus pâle par temps sec, souvent même presque blanc. Peu charnu, conique puis campanulé* et étalé avec un mamelon* central. Marge* striée.

Lamelles: blanchâtres, parfois un peu rosâtres. Adnées*, échancrées* à l'insertion sur le pied, peu serrées, inégales, réunies par des veines.

Pied: 4-10 cm., rose à lilas de la couleur du chapeau, base légèrement bulbeuse* couverte d'un fin duvet blanchâtre. Cylindrique, élancé, rigide.

Chair: blanchâtre nuancée de rose-lilas, fragile, mince. Odeur et saveur désagréables de radis, de rave.

Habitat: Eté-Automne, isolé ou en groupes dans les forêts de feuillus et de conifères. Très commun.

Observations: c'est un champignon qui provoque des intoxications du type muscarien.On peur le confondre avec le Laccaire améthyste (bon) mais il s'en différencie, entre autres, par son odeur et sa saveur désagréables de radis et de rave. >Tableau comparatif XVII 

 

squelettes_13

Paxille enroulé. Lat.: Paxillus involutus.

Noms communs: Paxille à bords enroulés, Paxille involuté, Bolet à lamelles, Chanterelle brune.

Vénéneux

Paxille_enroul_5

cliquez sur les photos pour les agrandir

Paxille_enroul_6 Paxille_enroul_14

Chapeau: 5-15 cm., brun-jaunâtre à brun-olivâtre, palissant avec l'âge. Convexe* puis étalé et finalement déprimé*, parfois en entonnoir*. Pelucheux, velu, visqueux par temps humide, charnu, tendre. Marge* très enroulée, se redressant avec l'âge.

Lamelles*: crème-ocre, brunissant au frottement. Décurrentes*, très serrées, inégales, reliées entre elles par endroit, fragiles, facilement séparables du chapeau.

Pied: 3-8 cm., de la couleur du chapeau, plus clair vers le sommet. Assez court, évasé vers le haut, souvent en pointe vers la base, plein, ferme, lisse.

Chair: jaunâtre, brunissant au frottement ou aux blessures. Épaisse, molle, devenant flasque avec l'âge. Odeur de champignons, un peu fruitée, saveur acidulée.

Habitat: Eté-Automne, sous les feuillus, dans les endroits humides, au bord des chemins, dans les haies. Assez commun.

Observations: c'est un champignon vénéneux qui peut provoquer des intoxications parfois très graves en cas de consommation répétée ou ingestion du champignon cru ou mal cuit.

 

squelettes_13

Psalliote (ou Agaric) jaunissante

Lat.: Agaricus xanthodermus

Noms communs: Agaric jaunissant, Agaric ou Psalliote à peau jaune

Vénéneuse

Psalliote_jaunissante___mod

cliquez sur les photos pour les agrandir

Psalliote_jaunissante1 Psalliote_jaunissante3

Chapeau: 5-15 cm., blanc-sale, parfois teinté de gris-fauve au centre, se tachant très rapidement de jaune au toucher ou aux blessures, soyeux, lisse. D’abord en cloche, presque cylindrique à sommet aplati, puis étalé. Marge* floconneuse.

Lamelles: blanchâtres, roses et enfin brunes. Libres*, serrées, inégales, étroites.

Pied: 6-12 cm., blanc se tachant de jaune au toucher. Cylindrique, renflé à la base, lisse, soyeux, farci* de moelle puis creux. Anneau* blanc, membraneux, ample.

Chair: blanche ne jaunissant pas ou très peu sauf à la base du pied, tendre, épaisse. Odeur très désagréable d’encre, de phénol, de teinture d’iode, saveur désagréable.

Habitat: Eté-Automne dans les haies, les prés, les jardins, les champs cultivés notamment de maïs. Assez commune dans certaines régions.

Observations: il provoque des intoxications du type gastro-intestinal. De nombreuse intoxications lui sont attribuées et pourtant il est difficilement consommable en raison de son odeur désagréable qui à elle seule suffit à l’identifier, aidée en cela par le jaunissement de son chapeau et de son pied. A ne pas confondre avec les Agarics comestibles (Rosés des près, des jachères ou des bois) mais ces dernièrs ne dégagent pas cette odeur désagréable. Voir Tableau Comparatif XIII

 squelettes_13

Tricholome équestre.

Lat.: Tricholoma equestre ou auratum.

Noms communs: Bidaou, Chevalier, Jaunet, Canari, Tricholome vert-jaune

Vénéneux.

Tricholome__questre1

cliquez sur les photos pour les agrandir

Tricholome__questre2 Tricholome__questre6

Chapeau: 4 à 12 cm., jaune à jaune-olivâtre, moucheté de fines fibrilles brunâtres avec des reflets verdâtres. Convexe puis étalé et plus ou moins mamelonné, un peu gluant dans la jeunesse. Marge enroulée puis redressée et ondulée. Cuticule assez facilement séparable de la chair.

Lamelles: jaune-soufre vif à jaune-citron, très échancrées, serrées, inégales.

Pied: 4 à 10 cm., pour un diamètre de 8 à 15 mm., jaune-soufre souvent moucheté de brunâtre. Cylindrique, assez court, charnu, plein, fibrilleux.

Chair: blanche, jaunâtre sous la cuticule du chapeau et à la base du pied, épaisse, ferme. Odeur très faible, saveur douce.

Spores: blanches.

Habitat: Automne-début de l’Hiver sous les conifères, avec une préférence pour les pins, sur terrain silicieux et sablonneux. Commun dans le Sud et le Sud-Ouest de la France, rare ailleurs.

Observations: consternation et étonnement dans le monde de la mycologie lorsque le 13 septembre 2001, le New England Journal of Medecine (Canada) cite une étude française rapportant 12 intoxications survenues dans le Sud-Ouest de la France entre1992 et 2000, dont 3 furent mortelles et imputables au Tricholome équestre, considéré jusqu’alors comme un excellent comestible. Il était consommé et connu depuis des siècles sous le nom de Chevalier, Jaunet, ou encore Bidaou (selon les régions), au Moyen-Age il était très estimé par la noblesse et la chevalerie (d’où son nom de chevalier) qui le réservaient à leurs tables, laissant aux manants des espèces qu’ils appréciaient peu comme le Bolet des bouviers. En effet il serait très dangereux, voire mortel, après une consommation répétée en un laps de temps très court. Les symptômes se manifestent plusieurs jours après une consommation excessive par des faiblesses, des douleurs et des crampes musculaires, surtout au niveau des épaules et des hanches. Les troubles digestifs sont mineurs, voire totalement absents, ce qui rend difficile le pronostic d’une intoxication fongique.     Dans les cas graves les malades souffrent de rhabdomyolise aiguë qui est une maladie dégénérative des muscles. Un agent toxique présent dans le Tricholome équestre semble détruire les cellules des muscles squelettiques (qui assurent les mouvements du squelette), dont le contenu passe dans le sang. L’organisme subit alors une suite d’événements qui peuvent entrainer des complications dans différents organes, dont une insuffisance rénale ou cardiaque et la mort.                                                                              

Le 13 Octobre 2003 l'agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) annonce que les cas cliniques observés ont été clairement imputés à une consommation excessive de Tricholomes équestres sans qu’il ait pu être déterminé de dose toxique, que les données disponibles ne permettaient pas de fixer une dose tolérable, et qu’il fallait informer les ramasseurs et les consommateurs des risques encourus en cas de consommation excessive.

 

 

squelettes_13

Tricholome tigré. Lat.: Tricholoma pardinum.

Noms communs: Tricholome léopard, Faux griset, Faux petit-gris, Grivelé.

Vénéneux.

Tricholome_tigr__2 Tricholome_tigr_3

cliquez sur les photos pour les agrandir

Tricholome_tigr_1

Chapeau: 5-15 cm, parfois plus, gris-clair à gris-cendré, recouvert de fines écailles* gris-noirâtre disposées concentriquement, plus denses au centre. Convexe* puis étalé, parfois bombé ou mamelonné*. Marge* enroulée puis étalée et ondulée.

Lamelles: blanches à crème-jaunâtre avec des reflets verdâtres. Échancrées*, assez serrées, larges, épaisses. Jeunes elles exsudent des gouttelettes verdâtres*

Pied: 4-8 cm. pour un diamètre de 20 à 40 mm. Blanc et farineux vers le sommet, jaune-crème vers la base. Cylindrique mais renflé vers la base, très robuste, ventru, ferme, fibreux*, plein, relativement court par rapport au chapeau.

Chair: blanche, jaune à la base du pied. Odeur faible de farine, saveur douce.

Habitat: Eté-Automne dans les forêts de conifères, plus rarement sous les feuillus si ce n'est sous les hêtres. Peu commun.

Observations: il est vénéneux et provoque des intoxications gastro-intestinales. Il est assez facilement identifiable grâce à son aspect massif et à son chapeau gris couvert de fines d'écailles. On peut le confondre avec le Tricholome prétentieux et le Tricholome terreux (griset), tous deux de bons comestibles mais ces derniers sont moins massifs et n'ont pas le chapeau écailleux mais fibrilleux.Voir Tableau Comparatif XII

 Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

VOIR >> Le Livre 2017

 

Vous avez des questions? Posez-les sur "COMMENTAIRES" en fin d'article ou

 

par Mail sur "CONTACTER L'AUTEUR"