CHAMPIGNONS PASSION

17 juillet 2020

LES STROPHAIRES

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

Généralités

C’est une famille dont les champignons n’offrent aucun intérêt culinaire, de plus certains d’entre eux contiennent de la psilocybine et sont donc hallucinogènes. Le Chapeau n’est pas séparable du pied qui est muni d’un anneau. Les lamelles sont adnées et assez serrées. Les spores brun-pourpre à brun-violacé. L’habitat est terricole ou lignicole.

sens_interdit

Strophaire orangée - Leratiomyces ceres ou Stropharia aurantiaca

A rejeter

Strophaire orangé 2

Strophaire orangé5

Chapeau: 3 à 7 cm, orange à rouge brique, convexe puis étalé, légèrement visqueux, marge ornée de flocons blanchâtres.

Lamelles: jaunes à gris-verdâtre puis brunâtres à noirâtres, assez serrées, adnées.

Pied: 4 à 10 cm, blanc devenant jaunâtre, couvert d’écailles blanchâtres de l’anneau vers la base. Cylindrique, visqueux, creux.

Chair: blanchâtre, immuable, odeur et saveur indéfinissables.

Spores: brun-violet.

Habitat: Printemps - Automne dans les pelouses et jardins, sur le paillage, la sciure, les copeaux de bois.

Observations: ce beau Champignon n'est pas comestible et peut provoquer des problèmes digestifs, de plus il est susceptible de contenir de la psilocybine.

 

 

 

 

sens_interdit

Strophaire vert-de-gris - Stropharia aeruginosa

A rejeter

 gb Verdigris agaric de Grünspanräuschling es Estrafaria verde it ?

Strophaire_vert_de_gris4 Strophaire_vert_de_gris3 Strophaire_vert_de_gris9

cliquez sur les photos pour les agrandir

Strophaire

Chapeau: 3 à 8 cm., bleu-vert à vert-de-gris, palissant avec l’âge, garni dans la jeunesse d’écailles pelucheuses blanchâtres, visqueux et recouvert de gluten. Convexe, étalé, légèrement mamelonné ou bosselé. Marge d’abord enroulée, souvent festonnée.

Lamelles: blanchâtres puis brun-rougeâtre, à l’arête blanche comme givrée. Adnées, assez serrées.

Pied: 4 à 8 cm., de la couleur du chapeau ou à peine plus clair, couvert d’écailles blanchâtres de l’anneau vers la base. Cylindrique, visqueux, creux. Anneau membraneux, visqueux, fugace, fragile.

Chair: blanche parfois un peu bleutée et aqueuse. Odeur faible, presque nulle et indéfinissable, saveur légèrement désagréable.

Spores: brun-pourpre.

Habitat: Eté-Automne, avec une préférence pour les forêts de feuillus, dans l’humus, mais également dans les prés, les pâturages, les bruyères. Assez commun.

Observations: c’est un très beau champignon avec des couleurs rares dans le monde mycologique. Il est facilement identifiable et à rejeter car il contient de la psilocybine. Voir 7 Syndrome Psilocybien.

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

Posté par boletus34 à 09:05 - - Permalien [#]


16 juillet 2020

LES HYGROPHORES - LES HYGROCYBES

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition 

 

 Généralités

Ils sont près de 300 et ce sont les champignons les plus colorés de nos forêts et prairies. Les Hygrocybes sont un sous-genre des Hygrophores et ont un classement particulier à cause de leur petite taille et de leur chapeau fragile et visqueux.

Hygrocybe_splendissis

L'Hygrophore splendide

Les Hygrophores sont pour la plupart d’entre eux de médiocres comestibles. Le meilleur et le plus connu est l’Hygrophore de Mars.

Chapeau non séparable du pied, de couleur variable, et selon les espèces il peut être charnu ou mince, conique, convexe, étalé, bosselé, parfois mamelonné, déprimé, humide ou visqueux.

Lamelles très éspacées, épaisses, et selon les espèces de couleur variable, libres, adnées ou décurrentes.

Hygrophore_perroquet4

Lamelles de l'Hygrophore perroquet

Pied selon les espèces court ou allongé, grêle ou épais, cylindrique ou courbe et de couleur variable.

Chair souvent mince et fragile, mais également ferme et compact. Généralement blanchâtre à jaunâtre et sans odeur ni saveur particulières.

Spores blanches.

Habitat terricole, dans les prés, prairies, au bord des chemins, dans les lieux herbeux, dans les forêts de feuillus et de conifères.

45314494_p

Hygrophore conique - Hygrocybe conica

Nom commun: Hygrophore noircissant

Comestible médiocre

gb Blakening Waxcap de Kegeliger-Saftling es Higroforo conico  it ?

Hygrophore_conique5 Hygrophore_conique6 Hygrophore_conique3

cliquez sur les photos pour les agrandir

Hygrophore_conique7

Chapeau: 2 à 6 cm., jaunâtre-orangé vif, noircissant avec l’âge ou au frottement. Conique, parfois pointu, puis s’étalant plus ou moins, irrégulièrement lobé, fragile. Marge souvent profondément fendue.

Lamelles: jaunes, noircissant avec l’âge, libres, espacées, épaisses.

Pied: 3 à 8 cm., jaunâtre, noircissant avec l’âge, strié par de longues fibrilles, grêle, élancé, fragile, vite creux.

Chair: jaunâtre dans le chapeau, blanchâtre dans le pied, noircissant au frottement, mince, fragile. Sans odeur ni saveur particulières.

Spores: blanchâtres.

Habitat: Printemps-Automne dans les prés, les prairies, les parcs, au bord des chemins herbeux, les sentiers. Commun.

Observations: c’est un très joli champignon.mais un comestible médiocre, de plus le noircissement de sa chair le rend peu appétissant.

45314494_p45314494_p

Hygrophore de Mars - Hygrophorus Marzuolus

Nom commun: Hygrophore dormeur

Bon comestible

gb March mushroom de März-Schneckling es Seta de marzo  it Marzuolo

Hygrophore_de_mars1Hygrophore_de_mars9 Hygro_mars2

cliquez sur les photos pour les agrandir

Hygro_mars

 Chapeau: 3 à 12 cm., blanchâtre puis grisâtre et enfin gris-noir, convexe puis étalé, souvent déprimé Charnu, épais, ferme, irrégulier, bosselé, difforme. Cuticule sèche. Marge ondulée avec l'âge.

Lamelles: blanchâtres puis grisâtres. Décurrentes, très serrées et épaisses, elles s’espacent et s’amincissent avec l’âge.

Pied: 3 à 6 cm., blanc et pelucheux vers le sommet, gris à gris-brun vers la base qui est généralement atténuée. Court, trapu, épais, plein, souvent courbe.

Chair: blanche, grisâtre sous la cuticule du chapeau, compacte, légèrement fibreuse. Odeur faible mais agréable, saveur douce.

Spores: blanches.

Habitat: de la fin de l’Hiver à Mai, en montagne dans les forêts de conifères, en groupes. Commun.

Observations: c’est un champignon très connu et estimé dans les régions où il pousse dès la fonte des neiges, il est ainsi le premier bon comestible de la saison.

45314494_p45314494_p

Hygrophore limace - Hygrophorus latitabundus

Noms communs: Baveux, Museau de chat, Morvelous, Védeuf.

Bon comestible

 

d6b8715e7ca8c910125174fb141bd498

latitabundus

Chapeau: 3 à 12 cm, brunâtre à gris-brun, plus foncé au centre, mamelonné. Très gluant.

Lamelles: blanches à crème, peu serrées.

Pied: 4 à 10 cm, blanc, floconneux jeune, très gluant, assez massif, atténué-pointu à la base;

Chair: blanche, épaisse, ferme, devenant rapidement molle. Odeur et saveur d'amande amère.

Spores: blanches.

Habitat: Septembre à Décembre sous les pins sur terrain calcaire.

Observations: malgré son aspect gluant et peu engageant il s'avère être un bon comestible jeune mais il est nécessaire de le débarrasser de sa couche gluante et parfois laxative en le pelant.

 

 45314494_p

Hygrophore perroquet - Hygrocybe Psittacina

Comestible médiocre

gb Parrot Waxcap de Papageien-Saftling es Higroforo verde it ?

Hygrophore_perroquet5 Hygrophore_perroquet2 Hygrophore_perroquet3

cliquez sur les photos pour les agrandir

Hygrophore_perroquet9

Chapeau: 2 à 5 cm., vert-olive dans le jeune âge puis jaunâtre et enfin pâlissant ou rougissant en vieillissant. Campanulé puis convexe et étalé avec un mamelon central, visqueux. Marge striée.

Lamelles: de la couleur du chapeau mais jaunâtres sur l’arête, adnées-échancrées, espacées.

Pied: 2 à 6 cm., pour un diamètre de 3 à 8 mm., jaune-verdâtre ou de la couleur du chapeau en plus clair, jaunâtre vers la base. Très visqueux, fragile, grêle, creux.

Chair: blanchâtre, teintée de vert et de jaune, fragile. Odeur agréable.

Spores: blanches.

Habitat: Eté-Automne dans les pelouses, les prés, les pâtures, au bord des chemins. Commun.

Observations:c’est un joli champignon très coloré mais un comestible médiocre car peu charnu et très visqueux.

sens_interdit

Hygrophore pudibond - Hygrophorus pudorinus

Noms communs: Hygrophore timide, Hygrophore prude

Inconsommable

gb Rosy woodwax de Orangeschneckling es Higroforo glutinoso it ?

Hygrophore_pudibond4 Hygrophore_pudibond3 Hygrophore_pudibond2

cliquez sur les photos pour les agrandir

Hygrophore_pudibond5

Chapeau: 5 à 15 cm., ocre-rosâtre, plus foncé au centre, globuleux presque hémisphérique puis convexe, parfois même déprimé. Marge d’abord enroulée puis lobée et ondulée, plus claire que le restant du chapeau.

Lamelles: blanc-rosâtre, adnées puis décurrentes, espacées avec de nombreuses lamellules.

Pied: 4 à 8 cm., blanchâtre teinté de rose vers la base. Souvent orné de fines gouttelettes laiteuses qui jaunissent avec l’âge. Cylindrique, parfois enflé en son centre, robuste, ferme, plein, visqueux lorsqu’il est jeune.

Chair: blanchâtre, ocre-rose sous la cuticule du chapeau. Ferme, compacte, épaisse. Odeur de fleurs et de résine, saveur désagréable.

Spores: blanches.

Habitat: Eté-Automne en groupes, en montagne dans les bois de conifères, rare en plaine.

Observations: il est difficilement consommable en raison de son odeur et de sa saveur de résine qui s’accentue encore à la cuisson.

45314494_p45314494_p

Hygrophore rouge ponceau - Hygrocybe punicea

Bon comestible

gb Crimson waxcap de Grösster Safling es Higroforo rojo  it ?

Hygro_roug_p1 Hygro_rouge_p2 untitled

cliquez sur les photos pour les agrandir

Hygrophore_rouge_ponceau2

Chapeau: 4 à 12 cm., d’un beau rouge sang, palissant avec l’âge et par temps sec. Conique puis campanulé, s’étalant à peine. Mou, fragile, légèrement visqueux, charnu au centre, mince vers la marge qui se fend facilement.

Lamelles: crème-jaune puis rougeâtres à l’arête jaune. Adnées, échancrées, espacées, larges.

Pied: 6 à 12 cm., jaune-orangé, blanchâtre vers la base, strié de fibrilles rouges. Épais, robuste, atténué aux deux extrémités, creux avec l’âge.

Chair: jaune-orangé, molle. Odeur faible mais agréable, saveur douce.

Spores: blanches.

Habitat: fin de l'Été-Automne dans les prairies de montagne, les pâtures, les bruyères, les endroits moussus, en lisières de forêts. De plus en plus rare, peut-être en voie de disparition.

Observations: c’est un très beau champignon et un bon comestible mais, vu sa rareté, il serait plus que raisonnable de ne plus le cueillir mais seulement de l’admirer.

 

45314494_p45314494_p

 Hygrophore russule - Hygrophorus russula

Noms communs: Vinassier, Carlet

Bon comestible

Hygrophorus_russulaGR

IMG_0597

Chapeau: 5 à 15 cm, blanc-rosâtre à rouge vineux, strié de fibrilles rougeâtres, hémisphérique, étalé puis déprimé.

Lamelles: adnées à échancrées, serrées, blanches-rosâtres, se tachant de rouge avec l'âge.

Pied: 3 à 8 cm, blanc puis strié de rose à rougeâtre, plein, trapu, atténué vers la base.

Chair:blanche, teintée de rosâtre, épaisse, dure. Odeur agréable et douce, saveur d'amandes amères.

Spores: blanches

Habitat: Septembre à Décembre en groupes sur sols calcaires, sous les feuillus avec une préférence pour les chênes et les hêtres.

Observations:c'est un comestible assez bon, très estimé dans certaines régions. A consommer jeune car devenant amer avec l'âge. Peut être confondu avec le Lactaire velouté ou le Lactaire poivré qui eux laissent écouler un lait blanc à la coupe ou à la cassure.

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

Posté par boletus34 à 15:23 - - Permalien [#]

03 janvier 2020

POURQUOI CE BLOG + QUELQUES CHIFFRES

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

f9605d079750c12f668264f030f9f86f

 Ce blog  est dédié à tous ceux qui n'ont jamais cueilli

ces délicieuses "Pivoulades"  (Pholiotes du peuplier)

141019070304272233

à l'aube sur les bords du Lac du Salagou (Clermont-L'Hérault)

DSC00016

ou d'excellents "Mousserons"  (Marasmes d'oréades

Marasme d'oréade6

au pied des piliers du Viaduc de Milau

 viaduc1

 ou rempli leur panier de "Coulemelles" (Lépiotes élevées)

DSC00006

sur la Causse Noir du côté du Prieuré de St.Jean de Balme

DSC00007

à tous ceux qui n'ont jamais partagé un "somptueux casse-croûte"

sortie champ

avec leurs amis sur le capot d'une voiture

E

à tous ceux et celles qui ne se sont jamais égaré(e)s dans les bois, comme l'a fait

notre boulanger(et bien d'autres! Ils et elles se reconnaîtront), ce qui a failli priver

Clermont-L'Hérault de pain pour quelques jours.

Heureusement que mon chien E.T. le ramena!

eclairs_orages_

à tous ceux qui n'ont jamais été surpris par un orage!

Cerf

à tous ceux qui n'ont jamais rencontré ce merveilleux animal lors de son brame

Vautour fauve 4

ou encore ce vautour fauve, repu et en pleine digestion, sur une route du Causse noir.

Et enfin et surtout à ceux qui pensent qu'aller aux champignons

"c'est ringard"!!!

Une de nos sorties

100_3093

Chacun et chacune amène son panier pour l'identification des champignons

100_3099

 Après l'effort le réconfort au restaurant "Lou Puech" à St.André de Vézines

100_3109

et toujours dans la bonne humeur

100_3119

et la convialité.

Quelques chiffres:

Mycologia34 a été crée en juin 2009

Nombre de pages lues en:

2009 >> 50.491 

2010 >> 271.878

2011 >> 713.860

2012 >> 778.121

 2013 >> 895.550

2014 >> 1.090.640

2015 >> 1.348.285

2016 >> 1.062. 734

2017 >> 1.483.440

2018 >> 1.208.929

2019 >> 1.577.896

soit un total de 10.481.824 au 01/01/2020

Plus grand nombre mensuel de pages lues  Octobre 2019 >> 778.940

Plus grand nombre journalier de pages lues 01/10/2017 >> 65.036

988 Abonné(e)s

6881 Photographies

2725 Commentaires

  5.247.201 visiteurs au 1/1/2020 provenant de plus de 150 pays

 

 Andorre Émirats Arabes Unis Antigua/Barbuda Albanie Antilles Néerlandaises Angola

Argentine Autriche Australie Aruba Bosnie-Herzegovine Bengladesh Belgique

Burkina Fasso Bulgarie Bahreïn Burundi Bénin Bolivie Brésil Bahamas

Bhoutan Botswana Belarus Belize Canada Rép. Dém. du Congo Congo

Suisse Côte d'Ivoire Chili Cameroun Chine Colombie Costa-Rica Chypre

Rép. Tchèque Allemagne Djibouti Danemark Dominique Rép. Dominicaine  Algérie

Équateur Estonie Égypte Espagne Éthiopie Finlande Fidji France

Gabon Grande-Bretagne  Georgie Ghana Guinée Guadeloupe Grèce

Guatémala Hong-Kong Haïti Croatie Hongrie Indonésie Irak Irlande

Islande Italie Jamaïque Jordanie Japon Kénya Cambodge Comores

Corée du sud Koweit Kazakhstan Laos Liban Lituanie Luxembourg Lettonie

Lybie Maroc Monaco Moldavie Madagascar Macédoine Mali Myanmar

Mongolie Martinique Maurétanie Malte Ile Maurice Mexique Malaisie

naNamibie Niger Nigéria Nicaragua Pays-Bas Norvège Népal

Nouvelle Zélande Panama Pérou Polynésie Française Philippines Pakistan

Pologne St.Pierre et Miquelon Porto-Rico Portugal Paraguay Qatar

Roumanie Russie Rwanda Arabie Saoudite Soudan Suède Singapour

Slovénie Slovaquie Saint Marin Sénégal San Salvador Syrie Togo

Thaïlande Tunisie Turquie Trinité et Tobago Taïwan Tanzanie Ukraine

États UnisUruguay Vénézuela Iles Vierges  Iles Vierges des États Unis

Vietnam Vanuatu Wallis et Futuna Afrique du Sud Zambi Inde

 tmTurkménistan Tanzanie Israël Arménie Afghanistan MacaoMacao

Réunion Guyane Mayotte Nouvelle Calédonie 

Un grand merci à toutes et à tous

Jean-Mi

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 Originale

Posté par boletus34 à 11:10 - - Permalien [#]

25 août 2019

MYCOLOGIA34 LE LIVRE

Le Livre de Mycologia34

Nouvelle Edition

est disponible

à offrir ou à s'offrir pour être prêt(e) pour la Saison!

img20180605_09284142

Autre avantage lié à l'achat du Livre:

si un jour vous deviez avoir un quelconque problème pour identifier un Champignon n'hésitez pas à me contacter en m'envoyant par mail quelques photographies de l'inconnu.

152 pages - Format A5 - 21x15 cm. - Papier photo mat double face 140gr - Reliure et protection plastiques

+ CD de 684 photographies

PRIX PORT COMPRIS

France 23€ (envoi en colissimo)

Union Européenne 26€ (envoi prioritaire)

Canada et autres Pays 28€ (envoi prioritaire)

N.B.: expédition dans les 24 heures après réception du réglement

Ce Livre auto-édité n'est vendu que par Mycologia34

 COMMANDES ET RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES:

mycologia34@gmail.com

ou

jean-michel.heffner@neuf.fr

 

En savoir plus sur mon Livre

Après l'Identification des Champignons à lamelles par l'association de la couleur du chapeau et de l'hyménium (édition 2017), le livre 2018 est complété par l'identification des Cèpes et Bolets, selon le même principe.

 img20180522_09244458

 

Le Livre "Passion Champignons" de Mycologia34 est accompagné d'un CD contenant 684 photographies soit 6 par champignon présenté dans l'ouvrage (114). Elles sont à voir en plein écran et zoomables à souhait et vous permettront d'apercevoir certains détails (du chapeau, de l'hyménium, du pied, de l'anneau, de la volve, etc ...) qui vous faciliteront grandement vos identifications.

 

img20180522_15413857

Cliquez sur les photos ou les pages pour agrandie

img20180522_10315198

Exemple: les 6 photographies du Cèpe de Bordeaux du CD

Sur la page de gauche le descriptif - à droite la photographie

img20180522_15532479

 

img20180522_15553196

14 Tableaux comparatifs Comestibles > Véneneux

 

img20180522_16014402

Identification par l'association de la couleur du chapeau > lamelles

 

img20180522_16032526

Cèpes et Bolets: identification par l'association de la couleur du chapeau > hyménium

img20180522_16050882

 

N.B.: si vous êtes en possession de l'édition 2017, les nouvelles pages supplémentaires pourront vous être envoyées, elles sont perforées et prêtes à être insérées dans votre livre. Il suffit pour cela de me faire parvenir,à l'adresse ci-dessus, 3 timbres à 0,80€ l'unité (lettre verte) ou 3 timbres à 0,95 l'unité (lettre prioritaire) en précisant l'adresse de livraison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 08:40 - - Permalien [#]

25 juin 2019

QUOi DE NEUF?

interrogation_13

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 Sortie 2018 dans les Vosges

Les Champignons faisant cruellement défaut dans l'Hérault l'équipe de Mycologia34 décida d'une sortie d'une semaine dans le Massif des Vosges  à la limite du Bas-Rhin et de la Moselle, en Octobre dernier.      Nous avons séjourné dans un superbe gîte perdu dans les bois, à une dizaine de kms du village le plus proche. Tous les jours à la nuit tombante nous avions droit à la visite d'un majestueux cerf.

 thumbnail_20181008_191052

Vincent et son cerf sauvage sur France bleu

http://www.gites-de-la-ferme-du-schneeberg.fr/non-classe/notre-passage-sur-france-bleu/

 L'ami Vincent, le propriétaire du gîte, un personnage à découvrir, nous avait prévenu que la sécheresse sévissait également dans sa région, que les champignons étaient rares et que les 3 puits qui alimentaient le gîte étaient à sec. Nous n'avons pas manqué d'eau car l'ingénieux Vincent pompa l'eau dans un ru (le ruisseau du coin) proche et exempt de toute pollution. De toute façon nous ne risquions pas de mourrir de soif, le vignoble alsacien (à consommer avec modération) étant très proche.

 019

 Les Champignons étaient rares (dixit Vincent), heureusement que nous étions en possession d'une tour de séchage à Champignons pour la conservation de nos cueillettes.

 017

 1 grand panier pour 3 Cèpes de Bordeaux

 029

 Au petit déjeuner déjà la corvée de peluches!

 thumbnail_20181009_130151

 Après la cueillette le réconfort d'un bon pique nique dans les bois

Cette sortie restera inoubliable. Si vous aussi désirez découvrir cette belle région et ses forêts à Champignons un conseil allez voir l'ami Vincent dans son superbe gîte

http://www.gites-de-la-ferme-du-schneeberg.fr/

 Merci à vous toutes et tous visiteuses et visiteurs de Mycologia34 car le site a dépassé il y a quelques jours le cap des 9 Millions de pages vues.

 Pour la Saison mycologique à venir le Livre Mycologia34 et son CD est encore disponible.

 http://mycologia34.canalblog.com/archives/2011/05/31/21223032.html

 Amitiés Jean-Mi

 

 LE PLUS GRAND CHAMPIGNON DU MONDE

Le plus grand carpophore (partie visible du champignon qui contient la semence, les spores) a été découvert récemment par une équipe de l'Académie des Sciences Chinoises, dirigée par le professeur Yu-Cheng Dai, dans la province côtière de Fujian en Chine tropicale.

Ce champignon, un Polypore vivace, est un Fomitiporia Ellipsoidea et fut trouvé par hasard sous le tronc et entre les racines d'un gros arbre couché.

 cliquez sur la photo pour agrandir

 

Copie de 800px-Fomitiporia_ellipsoidea Son âge est estimé à plus de 25 ans. Il mesure 10m85 de long, 0m88 de large pour une épaisseur de 0m55. Son poids est estimé à 500kgs et le nombre des spores contenu à 450 millions.

 

fungus Fomitiporia Ellipsoidea était inconnu des scientifiques jusqu'en 2008, mais le premier exemplaire découvert cette année-là était de taille moindre.

Le précédent record était détenu par un autre Polypore - Rigidoporus ulmarius - qui se trouvait dans les Jardins Royaux de Kew (Grande Bretagne) avec une circonférence de 4m25. 

 NEWS

 VOUS AVEZ DIT MONSTRES!!!!

 Que se passe-t-il dans le monde des champignons? Depuis un certain temps on y rencontre des spécimens que l'on pourrait qualifier de monstres. Ont-ils perdu la tête, ou plutôt le chapeau? Pourquoi tentent-ils de créer un deuxième hyménium? Des lamelles sous le chapeau - Normal. Mais des lamelles sur le dessus du chapeau - Complétement Anormal! Aucune explication scientifique n'a pu être fournie à ce jour. Découvrez ce phénomène grâce aux photographies ci-dessous.

 Observé sur une Psalliote (ou Agaric) des jachères

 cliquez sur les photos pour les agrandir

 

Psalliota arvensis1

 stade 1

 

coliposte_090

 stade 2

 

Psalliota arvensis3

 stade 3

 Observé sur un Hypholome velouté

 

Hypholome velouté1  Etrange non? Peut-être avez-vous une explication?

 Merci à l'ami Jacques Frier pour les photos de ces "monstres".

 Amitiés Jean-Mi

 

 

INCROYABLE!!!!!!

 Kuala Lumpur, Malaisie 1 Avril 2010 — Le plus grand champignon du monde, d'une hauteur de 13 mètres 45 et d'une circonférence de 9 mètres 15, vient d'être découvert dans la jungle malaise à cent cinquante kilomètres environ au Nord de Kuala Lumpur, ont annoncé vendredi des scientifiques. Un examen détaillé aurait permis d'établir que le spécimen, d'une espèce proche de notre Bolet granulé (Suillus granulatus), est comestible. Le précédent record du plus grand champignon était détenu par un phallus impudicus de 2 mètres 30 qui avait poussé en 2002 sur le parking du Super-U de Chatuzange-le-Goubet.

« C'est la partie émergée de l'iceberg. La majorité du corps de ce champignon est sous terre (le mycélium) et ressemble à des nouilles chinoises », a déclaré le professeur Pak Yong Sulaiman Mek Jah binti Che Dan Yusof, porte-parole de l'Institut malais de recherches sur la forêt, les léopards et la splendeur du paysage, de l’Université Putra Malaysia à Selangor.

BoletusMalayensis

Un Bolet de la hauteur d'une maison de 3 étages!!

En raison de sa situation géographique proche de l'équateur, la Malaisie connaît un climat de type hyper-humide caractérisé par une température élevée (entre 26 et 27 °C), une faible amplitude thermique, une forte hygrométrie et des précipitations abondantes tout au long de l'année. Les scientifiques estiment que ces conditions idéales sont à l'origine de l'hypertrophie du Bolet géant.

Le professeur Pak Yong Sulaiman Mek Jah binti Che Dan Yusof a également indiqué qu'il était déjà connu par les indigènes. « Les villageois évoquaient souvent de tels champignons mais nous avions toujours cru qu'il s'agissait de légendes, affirme le professeur. Il y a quelques années, une vesse de loup aurait atteint la taille d'un jeune éléphant. Le spécimen découvert est exceptionnel par sa taille et sa longévité. »

Un échantillon du « Suillus malayensis » (le nom donné au bolet géant) a été envoyé en laboratoire afin d'étudier son ADN et la possibilité de le synthétiser. « Ce serait fabuleux si nous pouvions le croiser avec le champignon de Paris ou la truffe. Cela serait un grand pas de fait pour résoudre le problème de la faim dans le Monde», déclare le Pr Lindsay Flowerdew du département de biologie de Los Angeles. Enthousiasme qui n'est pas partagé par tous puisque les producteurs de truffes du Périgord viennent de demander à l'INAO (Institut National des Appelations d'Origine) de protéger leur label contre d'éventuels concurrents asiatiques.

Le professeur Pak Yong Sulaiman Mek Jah binti Che Dan Yusof et son équipe ont été décorés par le gouvernement malaisien du titre de Chevalier du Bolet Incommensurable sous la Griffe du Dragon Argenté. Quant au spécimen, il a permis de faire une omelette géante qui a été partagée entre trente-trois villages du district de Jerantut. L'épluchage par des habitants de Kuala Tembeling, aidés par des touristes, a duré une semaine. Les 1400 ringgits de bénéfice (environ 300 euros) seront reversés au village de Tanjung Piandang pour la reconstruction d'une école détruite par le tsunami de 2004. Tout comme le spécimen qui lui a servi d'ingrédient principal, l'omelette a été inscrite dans le Livre Guinness des Records.

L'hémisphère sud est bénie des dieux des champignons car il y 3 mois déjà une équipe de mycologues américains, dirigée par l'éminent professeur Tex Hager (Stanford University), a découvert des Cèpes de Bordeaux (Boletus edulis var. giganteus) dans l'ouest de Madagascar et plus précisément dans la vallée de l'Halun Schaba. Certains des spécimens mesuraient plus 1m50 de hauteur. On aurait déjà rencontré cette espèce, selon des sources non-officielles, du côté de Marseille.

ici_les_champignons_sont_plus_gros_que_les_arbres 

Un des collaborateurs du Pr.Tex Hager pose fièrement à côté de ces "monstres".

L'hémisphère nord n'est pas en reste non plus, car notre compatriote et explorateur, Gérard Remenvussa, nous à ramené des photos splendides du Bhoutan où il a passé un bout de temps dont celles de la Macro-Psalliota Bhoutanis, cousine de notre Rosé des prés, qui peut atteindre 2m50 de hauteur et parfois même plus. Selon la tradition locale les jeunes filles cherchant à se marier s'asseyent à l'ombre de leur chapeau et attendent le prince charmant. On comprend mieux le nom de "Champignon du mariage", en bhoutan: Jattong unh meq, donné à cette espèce. Belle tradition.

Sans_titre

Jeune bhoutanaise en grand apparat attendant un mari

5176124

Notre compatriote Gérard, un peu casse-cou, en plein travail

Le réchauffement climatique est-il une des causes de l'apparition de ces espèces gigantesques? Peut-être.

J'attends vos réactions et commentaires - Jean-Mi

 

Message à tous les incrédules

qui se sont manifesté(e)s dans les commentaires ou dans les nombreux mails qui me sont parvenus. Mon seul tort est d’avoir publié les informations ci-dessus un 1er Avril. Je suis profondément déçu par le peu de crédit que vous m’accordez.

Des preuves ! Vous voulez des preuves ?

1) le chercheur malais se trouvant sur la photo sous le Suillus Malayensis a été grièvement blessé par des chutes de spores, il souffre d’une double fracture du crâne et le pronostic vital est engagé !

2) devant l’urgence de la situation les autorités ont déclaré le port du casque obligatoire dans les forêts malaises !

3) Des panneaux signalant le danger ont été installés !

482016_2PPOSE5Y5YWGPLEGRL7MPR1I4FKNT7_fleche_gauche_H214716_L

*traduction : attention chutes de spores

4) devant l’imminence de l’apparition de ce gigantisme notre ministre Mme Bachelot, super prévoyante comme toujours, a commandé 80 millions de casques qui seront distribués gratuitement, aux entrées de nos belles forêts, aux promeneurs, aux amoureux (?), aux chasseurs, aux chercheurs de champignons mais pas aux ouvriers forestiers car ils en possèdent déjà.

5) Mme Bachelot a également commandé 200.000 panneaux « Attention chutes de spores », malheureusement au moment de l’installation on se rendît compte qu’ils étaient en malais. La ministre dans une déclaration sur RTL a affirmé qu’elle arriverait bien à les refiler à d’autres pays et sincèrement je la crois (elle l’a prouvé avec ses vaccins, non ?).

200 000 panneaux en français cette fois ont été recommandés.

Et pour finir un petit message perso à  Nimbus et à ses poissons rouges de 3 m j'y crois moi! (sous commentaires)

En effet les services de l’Equipement de l’Essonne, sur ordre de Mme Bachelot, ont installé des panneaux le prouvant.

poisson22eu9

Vivement demain Jean-Mi !!      

 

 

 

squelettes_13

L'affaire du pain maudit de Pont Saint Esprit sur

http://mycologia34.canalblog.com/archives/le_pain_maudit_de_pont_saint_esprit/index.html


Bientôt un téléfilm sur le pain maudit

de Pont Saint Esprit

  27/08/2009 L'histoire du "Pain maudit " revient sur le devant de la scène. Elle fera l'objet d'un téléfilm fiction coproduit par France 3 Lyon et "Septembre production". Le tournage aura lieu du 14 au 25 septembre 2009. A cette occasion, les caméras de France télévisions se baladeront dans les rues de la vieille ville de Pont-Saint-Esprit. Ce long métrage, réalisé par Bertrand Arthuys, retracera l'histoire du "Pain maudit" qui secoua la France en 1951. Durant cette année, une série d'intoxications alimentaires fut enregistrée sur tout l'Hexagone, dont la plus sérieuse à Pont-Saint-Esprit. Elle y fit 300 intoxication, 9 morts et plusieurs dizaines "d'internés" pris de démence. Le corps médical pensa alors que le « pain maudit » aurait pu contenir de l'ergot de seigle. Ce téléfilm sera diffusé courant 2010 sur France3. (le téléfilm a été diffusé le Samedi 13 Février 2010)

cliquez sur les photos pour les agrandir

 

Pont2 Pont_3

2 oeuvres majeurs sur l'Affaire du pain maudit

Peut-être aurons-nous enfin des éclaircissements sur ce mystère! Pour en savoir plus sur cette affaire voir sousCatégories: 8 - 1951 Le Pain maudit de Pont St.Esprit -Jean-Mi

Une vidéo sur La Malédiction de Pont St.Esprit (3mn57) http://www.youtube.com/watch?v=vtKpXbWxrZc&feature=related

Quelques extraits du tournage du téléfilm:  http://www.youtube.com/watch?v=HBHPijySscQ

Sélection DVD

CONTROVERSES NUCLEAIRES - LE SACRIFICE de d'Emanuela Andreoti et Wladimir Tchertkoff DVD Alerte Verte (Suisse 2003) -18€

Sacrifi_s

en vente chez http://www.filmsengages.com/index.php?main_page=product_info&products_id=405

Les Héros oubliés de Tchernobyl: le 26 Avril et les mois suivants, près d'un million de "liquidateurs" furent envoyés éteindre l'incendie du réacteur de Tchernobyl et "liquider" ses conséquences.

Selon le décompte de l'ingénieur biélorusse Gueorgui Lepine, qui a participé au programme de décontamination, « Le nombre de liquidateurs décédés atteint aujourd'hui près de 100 000 personnes, alors qu'un million de personnes au total ont travaillé à la centrale de Tchernobyl. »

Selon Viatcheslav Grichine, président de l'Union Tchernobyl (la principale association de liquidateurs) sur 600 000 liquidateurs « 25 000 sont morts et 70 000 restés handicapés en Russie, en Ukraine les chiffres sont proches, et en Biélorussie 10 000 sont morts et 25 000 handicapés», ce qui fait un total de 60 000 morts (10% des 600 000 liquidateurs) et 165 000 handicapés.  Leur a-t-on expliqué les conséquences pour leur santé, pour leur vie, de l'irradiation qu'ils allaient subir ? Certainement pas.

Une partie de leur travail était motivée par ce qui fut salué comme un acte de dévouement, voire un véritable « sacrifice » (à condition d'être conscient du danger ); et plus largement par des promesses de salaires élevés et d'avantages sociaux (logements, places dans les crèches...) ou symboliques (médailles et diplômes) décernés par le gouvernement. A cet époque Lénine vacillait déjà sur son piedestal et on oublia de parler de la révolte des soldats estoniens envoyés à Tchernobyl, de ces détenus à qui on promis des réductions de peine et surtout de ces 70 techniciens de la centrale qui s'étaient rapidement enfuis et avaient plongé dans la clandestinité. Ils connaissaient eux les dangers et n'avaient aucune envie de se sacrifier ou d'être sacrifiés.

Les "liquidateurs" de Tchernobyl ne se sont pas sacrifiés pour sauver l'U.R.S.S. et l'Europe - On les a sacrifiés!

Un extrait de "CONTROVERSE NUCLEAIRES - "LE SACRIFICE" sur: http://www.youtube.com/watch?v=RJ93COoGhpE

Une vidéo sur les "liquidateurs":  http://www.youtube.com/watch?v=Q_wb1PBU3-E

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 10:15 - - Permalien [#]
Tags : ,


28 avril 2019

ERREURS - ATTENTION DANGER

interrogation_13

Vous avez des questions? Posez-les sur "COMMENTAIRES" en fin d'article ou

par Mail sur "CONTACTER L'AUTEUR"

 Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 

Un petit livre dangereux!!

 

Pierre, visiteur de mon site et acquéreur de mon livre me signala qu'un de ses amis possédait un petit livre dans lequel le Tricholome équestre (Tricholoma equestre ou auratum ou encore flavivorens) était considéré comme bon comestible alors que sur mon site et dans mon livre, il était donné vénéneux-mortel.                                                                                                                                                                 

Le livre en question est le Petit Guide Des Champignons de Charles Zettel dont la publication originale date d'Août 1996, il est vrai qu'à cette date le Tricholome équestre était encore considéré comme bon comestible. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

 

img20190401_15400466

Cliquez sur la photo pour agrandir

Stupeur et étonnement en 2001 lorsqu'un journal canadien cite une étude française rapportant 12 intoxications survenues dans le Sud-Ouest de la France dont 3 furent mortelles et imputables à ce Tricholome.

En Novembre 2009 il fit à nouveau parler de lui en intoxicant un couple dans le Sud-Ouest de la France, le mari décéda.

Ce livre fut réédité en 2011 et 2016 (je possède depuis peu la derniere édition) et peut-être à d'autres dates encore.

Il est inconcevable et dangereux de ne pas tenir compte de l'évolution de la toxicologie de certains champignons lors d'une réédition d'un livre mycologique!!

Ce guide de petit format, 9x12cm, dont les illustrations sont souvent approximatives et souvent en désaccord avec les descriptifs.

De plus, le Tricholome équestre ne dégage en aucun cas une odeur nauséabonde et de gaz comme mentionnée sur l'illustration et dans le descriptif, confusion avec le Tricholome soufré – Tricholoma sulphureum!

Pour en savoir plus sur les symptômes des intoxications provoquées par le Tricholome équestre, voir l'article ci-dessous:

« Quand la Poste nous ''promène'' aux Champignons »

Amitiés Jean-Mi et merci à Pierre pour l'info

 

 

Singe

DE LA CUEILLETTE A L'ASSIETTE!!!!!

en vous souhaitant BON APPETIT!!

 

thumbnail_P1010949

Ce superbe Bolet à beau pied - Boletus calopus - est malheureusement inconsommable tant sa chair est amère, un seul spécimen vous rendra tout un plat immangeable!

Cueillez-le, goûtez un petit morceau de chapeau et vous vous en rendrez très rapidement compte.

Voir le site

suite à son intervention Mr. Jacques Frier a reçu le mail ci-dessous

 

img20180823_09183599

 

par lequel le Chef Régis Marcon*** confirme qu'il s'agit bien du Bolet à pied rouge - Boletus Erythropus - et non du Bolet à beau pied - Boletus Calopus -

ERREUR: il ne peut en aucun cas s'agir de Boletus Erythropus, bon comestible aprés cuisson, car les tubes de ce dernier sont rouges et non jaunes! Et ceci est inconstestable.

 

Bolet à pied rouge15    Beautiful-Foot-Boletus-Rac-Boletus-Calopus-Mushroom-2586702

photo du haut Boletus Erythropus - photo du bas Boletus Calopus

La photo de Boletus Calopus, identique à celle du site provient de

 Merci à Jacques le Céramiste et à son ami Mickael pour l'info - 

Squelette

 

REPONSE A TOUT

Le magazine qui enrichit la vie (?)

Dans le numéro de Mars du magazine "Réponse à tout" on peut voir

reponse à tout mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s'agit effectivement de la mortelle Amanite phalloïde - Bravo!!

Par contre la photo n'est pas celle d'une Amanite phalloïde mais celle d'une Amanite tue-mouche - Amanita muscaria, vénéneuse et de surcroît hallucinogène, mais non mortelle.

Qu'à cela ne tienne dans le numéro d'Avril de "Réponse à tout" on change la photo et on publie un erratum

 

reponse à tout avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

reponse à tout avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Erreur réparée? Absolument pas, car la photo ne représente toujours pas une Amanite phalloïde mais une Volvaire qui elle de plus est comestible!!!

Alors suite au prochain numéro de "Réponse à tout"

Merci à Jacques et à son ami Eric pour l'info - Amitiés Jean-Mi

 

Quand la Poste nous "promène" aux Champignons.

Depuis longtemps déjà nous avons pris l’habitude de faire la queue dans nos bureaux de poste. Afin de nous faire patienter (à moins que ce soit dans un but mercantile?) cette queue serpente entre différents présentoirs sur lesquels on peut trouver : livres, CD, DVD, cartes, enveloppes, emballages de colissimo et j’en passe (il n’y manque que les bonbons, chewing-gums et autres programmes télé pour se croire aux caisses de nos grandes surfaces).

Il y a quelques semaines une amie passionnée par les Champignons, dans un bureau de Poste de l’Hérault (Paulhan pour ne pas le citer), trouva sur un présentoir un petit livre (11,5x19,5 cm) sur les champignons et elle l’acheta pour me l’offrir (merci Lili cela me donne du matériel pour mon blog).

img129

Le livre vendu par la Poste

C’est un petit livre de prime abord sympa et sans prétention dans lequel les descriptions sont, ma foi, assez succinctes. Il a été édité en 2001 par Gründ, excellent éditeur spécialisé dans la faune et la flore. La mycologie et plus particulièrement la toxicologie des champignons  est en perpétuelle évolution, ce qui était comestible hier ne l’est plus aujourd’hui et malheureusement pour cet ouvrage la « DLC » (date limite de consommation) est largement dépassée. D’ailleurs il ne figure même plus dans le catalogue de Gründ (recherches sur www.gründ.fr).

A la page 46 on peut on peut voir les illustrations de 2 Tricholomes, des frères jumeaux: le Tricholome équestre et le Tricholome doré avec tous deux le symbole « comestible » et la qualification de « bon » en ce qui concerne le premier.

cliquez pour agrandir

img127

Le Tricholome équestre (ou Auratum ou encore Flavivorens) était considéré comme excellent comestible, très estimé et très connu dans le Sud et le Sud-Ouest de la France où il est commun et affublé d’un grand nombre de dénominations: Chevalier, Jaunet, Bidaou, Canari, etc…

Tout fut bouleversé par le New England Journal of Medecine du 13 Septembre 2001 (Vol.: 345 :798-802 Canada) qui cite une étude française  rapportant 12 intoxications survenues dans le Sud-Ouest de la France dont 3 furent mortelles et imputables au Tricholome équestre. 2 autres cas mortels clairement imputables à ce champignon furent signalés en Pologne en 2002.

- Les symptômes : ils se manifestent après une consommation excessive ou répétée dans un laps de temps très court par des faiblesses, des douleurs et des crampes musculaires surtout au niveau des épaules et des hanches. Les troubles digestifs sont mineurs voire totalement absents ce qui rend difficile le pronostic d’une intoxication fongique.

Dans les cas graves les malades souffrent de rhabdomyolise aiguë, une maladie dégénérative des muscles. Un agent toxique présent dans le Tricholome équestre semble détruire les cellules des muscles squelettiques (qui assurent les mouvements du squelette) dont le contenu passe dans le sang. L’organisme subit alors une suite d’événements qui peuvent entraîner des complications dans différents organes dont des insuffisances rénales, cardiaques ou hépatiques  et la mort.

Le 28 Novembre 2009 un couple de Haute-Garonne, Elda et Dante Iop, en vacances à bord de leur camping-car, ont cueilli des Tricholomes équestres du côté de Lacanau (Gironde) et 48 heures après une consommation répétitive ils ont ressenti les premiers symptômes : malaises, fatigue intense et douleurs musculaires. Le couple fut rapidement hospitalisé et le verdict tomba au Centre Antipoison de Bordeaux : intoxication par le Tricholome équestre. Le mari n’a malheureusement pas survécu et Elda (à la date du 12/12/2009) était toujours dans le coma.

Historique

- Dès le 1er Novembre 2001 Santé Canada mit en garde et recommanda aux amateurs du Tricholome équestre de ne pas en consommer plus de 100grs (avant cuisson) par semaine.

- Courant Novembre 2001 l’Office Fédéral Suisse de la Santé Publique en déconseillait la consommation.

- Il fut interdit à la vente en Pologne en 2002 et en Italie (ordonnance du 20/08/2002).

- Le 27 Novembre 2002 l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (Afssa) informe que le Tricholome équestre peut s’avérer dangereux après une consommation répétée dans un laps de temps très court. En outre l’Afssa a été saisie le 25 Octobre 2002 par la Direction Générale de la Concurrence, Consommation et Répression des Fraudes d’une demande d’évaluation du risque éventuel lié à la consommation de Tricholomes équestres.

- La réponse à cette saisie vînt le 13 Octobre 2003 (saisine n°2002-SA-0285) dans un avis dans lequel l’Afssa annonça (entre autres) : que les cas cliniques observés ont été clairement imputés au Tricholome équestre – que la classification actuelle (comestible) de ce champignon fasse l’objet d’une révision – que des mesures sont à envisager pour que ce champignon ne puisse plus être proposé à la consommation sous quelques formes que ce soit.

- Le 29 Avril 2004 l’Afssa demande à la Société Mycologique de France la révision du classement actuel de ce Tricholome.

- Le 20 Juin 2004 le Ministre de la Santé (Mr Douste-Blazy), le Ministre de l’Agriculture (Mr Hervé Gaymard), le Ministre délégué au Commerce (Mr Christian Jacob) et le secrétaire au Budget (Mr Dominique Bussereau) arrêtent : << L’importation, la mise sur le marché à titre gratuit ou onéreux du Tricholome équestre (Tricholoma auratum, Tr. Equestre et Tr. Flavivorens) sous quelque forme que ce soit, est suspendue pour une durée d’un an à compter de la parution du présent arrêté >> (Journal Officiel n°142 du 20 Juin 2004, page 11099 texte n°9).

- Et enfin depuis le 19 Septembre 2005 il est interdit définitivement à l’importation et à la vente (Journal Officiel du 21 Septembre 2005).

Nous sommes en 2010 et il est inconcevable que la Poste continu à vendre, avec les risques mortels que cela comporte pour ses usagers mycophages , un ouvrage trop ancien et à mille lieues des réalités actuelles de la toxicologie des champignons.

Autres erreurs:

Page 11 : le Gyromitre géant (Gyromitra gigas) donné comme parfois toxique dans le descriptif ( ????) l’est tout autant que son voisin de gauche Gyromitra esculenta car tous 2 contiennent des gyromitrines ; l'une d'elles se transforme dès que le champignon est cueilli et jusqu'à ce qu'il soit parfaitement sec, en une molécule extrêmement toxique, la méthylhydrazine. Certains dérivés de cette molécule servent dans le carburant des moteurs des fusées (et oui) !

cliquez pour agrandir

img130

 

Page 13 : toutes les Helvelles sont toxiques et non comestibles. Pendant longtemps les Helvelles ont été considérées comme comestibles après cuisson: les résultats d'études récentes ont pu démonter que l’Helvelle crépue (Helvella crispa) notamment, l'une des plus consommées, contenait des toxines non thermolabiles responsables de plusieurs intoxications. Il faut donc considérer maintenant l'ensemble des helvelles comme toxiques.

cliquez pour agrandir

img128

Pour la petite histoire, hier 9 juin 2010, au bureau de poste de Paulhan d’où provenait l’ouvrage incriminé on pouvait retrouver un ouvrage identique et cela doit être le cas dans un grand nombre de bureaux de France.

Si vous rencontrer le même ouvrage dans votre bureau de Poste faites-le moi savoir.

En savoir plus sur le Tricholome équestre

En savoir plus sur les intoxications

 

Jean-Mi

Squelette

Les erreurs mortelles de Larousse*

En Août 1990 la maison Larousse a dû rappeler 180.000 volumes de son Petit Larousse en couleurs édition 1991 auprès de 6.000 revendeurs. En effet dans ce sacro-saint dictionnaire de la langue française, dans les mots en C, page 203 se trouvait une planche dédiée aux Champignons, devant chaque Champignon une pastille de couleur indiquait la comestibilité ou la toxicité de ce dernier.
Et oh surprise! l’Amanite Phalloïde était qualifiée d’inoffensive alors qu’elle est connue pour être mortelle.
130.000 exemplaires se trouvaient déjà dans les librairies françaises, 50.000 en Belgique - Suisse - Canada et quelques autres pays encore, et 120.000 étaient prêts à être expédiés chez Larousse.
Communiqué de Larousse dans la presse:
Le Petit Larousse en couleurs vous met en garde: une erreur s’est glissée page 203, cette page reproduit une planche de Champignons.......devant chaque Champignon, une pastille ......comestible, vénéneux........Dans la légende, ces pastilles ont été inversées........Larousse vous prie de bien l’excuser. Toute erreur est humaine" (L’Humanité du 25/08/1990)

* Titre d’un article du New-York Times du 29/08/1990
Sources: l'Humanité du 25/08/1990 - New-York Times du 29/08/1990 - Les Échos

squelettes_13

Des publicitaires un tantinet dangereux!

Voici l’exemple d’une publicité réalisée par des publicitaires peu au courant des réalités mycologiques. Elle vante les qualités (réelles) du couteau à Champignon Opinel avec le slogan “Cueillir dans les règles de l’Art”. Belle publicité et beau slogan, dont les auteurs ont malheureusement privilégié la beauté du Champignon représenté au détriment de sa toxicité.

cliquez pour agrandir

img022

En effet le Champignon à “cueillir dans les règles de l’art” est une Amanite Tue-Mouches (Amanita muscaria) vénéneuse et de surcroît hallucinogène.
J’ai trouvé cette publicité dans le Hors-série Vivre Plus / Alpes Magazine Champignons 2007.

Une autre erreur, qui prête moins à conséquence, se trouve dans ce même magazine page 83. Elle concerne le Tricholome Pied Bleu (Tricholoma nudum) excellent comestible, le symbole utilisé pour son lieux de récolte est “ prairies et pelouses” alors que ce champignon pousse dans les forêts de conifères et de feuillus, les auteurs  l'ont certainement confondu avec le Tricholome sinistre (Tricholome saevum) bon comestible qui lui pousse exclusivement  hors des forêts.

 

Squelette

Mortellement gravissime!!

img025

cliquez pour agrandir

img025

Dans l’ouvrage de Roger Phillips “Les Champignons” Editions Solar (Première publication 1981 Pan Books Ltd), imprimé à Hongkong, dans le paragraphe Espèces comestibles page 7, on trouve une superbe Amanite Phalloïde, et de surcroît de très belle taille. Erreur inexcusable car cette Amanite est responsable de la grande majorité des intoxications mortelles.

Imprimer à l'étranger est certainement moins cher mais si cela doit mettre le lecteur en danger, on a le droit de se poser des questions!! Qui a vérifié cet ouvrage?

Singe

La bourde du Dauphiné Libéré du 6/11/2009

46149579_p

Comment peut-on confondre un Pleurote avec une Lépiote?

Il s'agit, sur la photo de l'article, d'une Lépiote élevée d'une taille qui n'a rien d'exceptionnelle  et de surcroît aucun point commun avec un Pleurote si ce n'est que tous deux sont des champignons!!!

Cet article paru dans le Dauphiné Libéré du 6 Novembre 2009 m' a été envoyé par l'ami Jacques qui s'est fait un plaisir et un devoir d'envoyer le mail ci-dessous au journal:

            <<J'espère que vous pouvez être très fier du scoop de votre correspondant qui n'a d'égal en gigantisme que la stupidité de son contenu. Grâce à de tels articles de vulgarisation, les centres anti-poison ont encore de beaux jours. Faites donc un bel article dès que ce brave Fabrice Conquet trouve un panier de phalloïdes et par pitié, donnez la recette aux casseroleux des dimanches et jours fériés. Et si c'est un chasseur, faites aussi un article dès qu' il part dans les bois...

Merci donc pour cette information originale qui, faute de mieux en matière de champignons, ravira les ramasseurs de perles qui ont un peu de culture>>.

Veuillez agréer ma formule de politesse.

Visitez le site de Jacques, cet artiste du Champignon

 

 Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

Posté par boletus34 à 08:40 - - Permalien [#]
Tags :

16 septembre 2018

LES DIFFERENTES ESPECES

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

Cliquez sur les noms

 1Amanite_tue_mouches5 2Armillaire 3Bordeaux4 4Caloc_re_visqueuse2

1 Amanites  -  2 Armillaires  3 Bolets et Cèpes  4 Calocères   

5Chanterelle_commune18 6Clavaire_cendr_e2 7Clitocybe_de_l_olivier4 8Clitopile_2

5 Chanterelles  6 Clavaires  7 Clitocybes  - 8 Clitopiles

9Collybie___ped_velout_ 10Coprin_chevelu2 11Cortinaire___colliers4 12Trompette

9 Collybies  10 Coprins  11 Cortinaires  12 Craterelles

13Entolome_des_haies 14Gal_re__1 15Geastrum_triplex3 16016_22

13 Entolomes  -  14 Galères  15 Géastres  -  16 Gomphides

17Gu_pinie1 18Gyromitre7 19Heb__chaud_3 20Helvelle_cr_pue3

17 Guépinies  18 Gyromitres  19 Hébélomes  20 Helvelles

21Pied_de_mouton 22Hygrophore_conique5 23Hypholome_en_touffes7 24Inocybe_de_Patouillard5

21 Hydnes  -  22 Hygrophores  23 Hypholomes  24 Inocybes

2500235_Lactarius_deliciosus_pho_1 26Lentin_coli 27Lépiote élevée7 28   Marasme___odeur_d_ail1

25 Lactaires  -  26 Lentins  27 Lépiotes  -  28 Marasmes   

29Morille_comestible3 30myc_ne_pur12 31Paxille___pied_noir9 32P_zize_coccin_e1

29 Morilles  30 Mycènes  31 Paxilles  32 Pézizes + Oreille de Judas

33 Satyre_imp 34Pholiote_p_n_trante2 35Pleurote_en_hu_tre16 36Plut_e_du_cerf12

33 Phallales  34 Pholiotes  35 Pleurotes  -  36 Plutées

37Polypore_soufr_6 38Psalliote_champ_tre2 39Russule_feuille_morte5 40Scl_roderme_vulgaire2

37 Polypores  38 Psalliotes  39 Russules  40 Sclérodermes

41Sparassis_cr_pu6 42Strophaire_vert_de_gris3 43Tricholome_rutilant12 44Truffe_du_Pi_mont1

41 Sparassis  42 Strophaires  43 Tricholomes  44 Truffes

45Vesse_de_loup_en_forme_de_poire2 46Volvaire_gluante10 47Xylaria_polymorpha4

45 Vesses   - 46 Volvaires 47 Xylaires

 

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 09:23 - - Permalien [#]

05 juin 2018

DES CHAMPIGNONS ETONNANTS

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

Coup de Coeur 

 img20180606_10123523

pour ce numéro de Sandwich Magazine

Au sommaire de ce numéro de 144 pages consacré au champignon : quels sont ces étranges rituels à base de champignons et d’urine qui font entrer dans des transes chamaniques ? Comment transformer votre chien en chasseur de truffes ? Les champignons chinois rendent-ils immortels ? L’empoisonnement par champignon est-il le crime parfait ? Le champignon pourrait-il remplacer le plastique ? Les champignons de Paris sont-ils vraiment de Paris ? Et aussi : une enquête sur la mystérieuse sexualité des truffes, une analyse de la coupe de cheveux champignons comme symbole de libération de la femme, l’histoire d’un champignon de l’Himalaya qui attise de sanglantes guerres de gang et plus de 30 autres articles.

Une inédite et superbe façon d'aborder la mycologie

#2 LE CHAMPIGNON - Club Sandwich

2 LE CHAMPIGNON Au sommaire de ce numéro de 144 pages consacré au champignon : quels sont ces étranges rituels à base de...

https://clubsandwich-magazine.com


Il a 115 millions d'années                             c'est le plus ancien Champignon jamais trouvé sur Terre!

 Trad

Le magnifique Agaric du Gondwana (trad. de son nom scientifique).

 En juin 2017 cette nouvelle a été publiée dans la revue scientifique Plus One sous letitre The oldest fossil mushroom.

  Il a été découvert au Brésil qui faisait partie du supercontinent du Gondwana (d’où son nom) qui a commencé à se fracturer au Jurassique ( 160 millions d'années) pour former l'Amérique du Sud, l'Afrique, l'Australie, l’Antarctique et l'Inde.

Il est de petite taille: 4,1cm de hauteur et un chapeau de 3cm de diamètre. Son hyménium était formé de lamelles ce qui lui vaut d'être classé parmi les Agaricales tout comme les Amanites, Clitocybes, Psalliotes et tant d'autres. Il est rare de découvrir des fossiles de champignons du fait de leur durée de vie très courte et de leur dégradation rapide qui réduit fortement leur chances de fossilisation. Il s'agit du seul a avoir été conservé dans du calcaire et non dans de l'ambre. « Il poussait probablement au bord d'une rivière et a dû être emporté jusqu'à un lagon aux eaux très salées. Là, il a coulé à pic et a été enseveli sous les sédiments où il s'est fossilisé. » (Sam Heads – Université de l'Illinois – U.S.A.).

Oui il a connu les dinosaures – Était-il comestible ? Cette question restera certainement sans réponse. Les paléontologues Sam Heads et Andrew Miller l'ont rapproché de la famille des Strophaires (hallucinogènes).

 Strophaire vert-de-gris3

 Peut-être s'agit-il de lui, notre actuel Strophaire vert-de-gris?

 

Ils sont complètement tarés

 

asterix-et-obelix-89

Et voilà qu'ils traficotent le Champignon de Paris

Agaricus bisporus !!!

Agaricus-Bispora-Button-Mushroom

Le scientifique Yinong Yang de l'Université de Pennsylvanie a utilisé la technologie d'édition de gênes, CRISPR*, pour supprimer du génome d'Agaricus bisporus 6 gênes qui commandent la production d'une enzyme, les polyphénol-oxydases (PPO). Ces gènes produisent une réaction de défense du champignon en oxydant les tissus atteints par une agression extérieure. Ils sont responsables de la coloration brune qui se propage sur un champignon, un fruit ou un légume coupé.Yinong Yang a génétiquement modifié le Champignon de Paris « pour augmenter sa durée de vie et donc sa limite de consommation ».

Mais effacer les signes de vieillissement d'un champignon ne le rajeunit guère !! Il sera beau et paraîtra tout frais mais sera-t-il encore consommable ?On sait que la consommation de champignons trop âgés peut provoquer des intoxications parfois graves.

Et se limitera-t-on au Champignon de Paris ? D'autres champignons cultivés (les différents Pleurotes, Pholiotes et Champignons de Paris, les Shiitaké, Pieds bleus, Volvaires, etc.. au bas mot une trentaine d'espèces), subiront-ils le même sort ?

Plus grave encore l'U.S.D.A, le Département Américain de l'Agriculture, a déclaré que le champignon « ainsi traficoté » n'était pas considéré comme génétiquement modifié (OGM) car « il n'y a pas eu d'ajout de virus ou bactérie étrangère au génome du champignon par transgenèse ».

Ces champignons modifiés n'étant pas considérés comme étant des Organismes Génétiquement Modifiés ils échapperont à la réglementation actuelle d'étiquetage et d'information des consommateurs sur les produits contenant des OGM.

Quand on sait que 70% des champignons de culture viennent de Chine et de ses 10 millions de producteurs, attendons-nous à un envahissement.

N'hésitez pas à laisser votre commentaire (en bas de page) - Merci

Amitiés Jean-Mi

CRISPR*

"Passion Champignons" Le Livre 2017

 

Merci à vous "Blogueuses" et "Blogueurs" de Mycologia34

grâce à vous, au 01/01/2018, 3.643.737 visiteurs

ont lu 7.694.999 pages

Merci - Jean-Mi

 

Il a l'odeur et la couleur du crabe et du homard

mais ce n'est ni l'un ni l'autre,

c'est tout simplement un Champignon!

Cet étonnant Champignon est une espèce typiquement Nord-Américaine qui se rencontre surtout au Canada dans les forêts claires et mixtes et les sapinières moussues, sur sols sablonneux. Nos amis Canadiens francophones le dénomment "Champignon crabe" , pour nos amis anglophones c'est un "lobster mushroom" (Champignon homard).

Il est le résultat d'un parasitage de certaines espèces, des comestibles médiocres, comme la Russule à pied court - Russula brevipes - ou des Lactaires à lait blanc du type Vellerus (Lactaire velouté) ou du type Piperatus (Lactaire poivré) par un autre Champignon: la Dermatose des Russules - Hypomyces lactifluorum.

ci-dessus Russule à pied court avant parasitage

ci-dessous après parasitage

 Le Champignon ainsi parasité subit une déformation très importante en se couvrant d'une croûte orange vif à rouge mais sa chair reste blanche et ferme, son pied court et épais. Jusqu'ici rien de bien étonnant, la suite l'est d'avantage!

Le Champignon parasité, médiocre comestible à l'origine, se transforme grâce à cette dermatose en une espèce délicieuse et très recherchée, dégage une agréable odeur de crabe, de homard et de fruits de mer, sa texture est ferme et tendre à la fois.

Il peut être accomodé de maintes manières, accompagne poissons et viandes, de plus sa couleur safranée  rehausse l'aspect des plats. On le cueille de Juillet à Septembre. Il se prête à la dessiccation mais ne peut être congelé.

Petit groupe de Russules crabe ou homard, ou choix.

Les Champignons et le nouveau Monde nous étonneront toujours!!!!

Amitiés et un grand bonjour à tous nos amis Canadiens qui sont des visiteurs assidus de ce blog - Jean-Mi

Crédit photos Mycoquébec/Canada

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

Posté par boletus34 à 18:40 - - Permalien [#]

13 mars 2018

DES NOMS VERNACULAIRES

Il est évident que ces noms communs (ou vernaculaires)  sont totalement différents de la nomenclature scientifique (noms latins) car crées en dehors de toute règle ou contrainte mais font néanmoins partie de notre patrimoine culturel et "fleurent bon le terroir".

Certains champignons portent le nom d'un saint comme le saint Georges (Tricholome de la ....) ou le saint Michel (Lépiote élevée),  ou encore le saint Martin (Tricholome terreux) qui sont fêtés respectivement le 23 Avril, le 29 Septembre et le 11 Novembre. Ces dates correspondent à la période à laquelle nous avons le plus de chance de les rencontrer.

Un autre champignon, la Trompette des Morts, a vu son nom se transformer en trompette des Maures pour des raisons commerciales. Il est certainement plus facile d'écouler des champignons étiquetés trompettes des Maures que trompettes des Morts. Voici quelques noms communs de champignons insolites, étonnants ou même amusants dont certains ont quelques siècles d'âge.

- Amanite tue-mouches - Amanita muscaria - vénéneuse - longtemps avant l'invention des insecticides elle servait de "pièges à mouches", il suffisait de placer un chapeau dans une assiette creuse avec un peu d'eau sucrée pour trucider ces insectes. Manière écologique, avec la bonne veille tapette, pour se débarrasser de ces intrus!

Amanite tue-mouches5

- Le bonnet de capelan ou petite religieuse est l'Helvelle à pied blanc - Helvella monachella - vénéneuse - la forme du chapeau rappelle le bonnet de curé (capelan en occitan) ou la cornette des religieuses.

Helvelle à pied blanc8

- Le doigt de Satan ou doigt du mort est le Xylaire polymorphe - Xylaria polymorpha - sans intérêt culinaire car trop coriace.

Xylaria polymorpha5

Un grand nombre de champignons, par leurs formes, leur façon de pousser ou encore leurs odeurs, faisait partie au Moyen Âge avec un peu de bave de crapaud de la panoplie du parfait sorcier et autre jeteur de sorts,

- L'Oeuf ou Morille du Diable est le Phallus impudique - Phallus impudicus - non consommable en raison de son horrible odeur.

Phallus impudique1 oeuf

à l'état d'oeuf

Phallus impudique9

 développé

- La Lanterne du diable ou Coeur de sorcière  est le Clathre grillagé - Clathrus ruber - non consommable en raison de son horrible odeur.

clath_ruber9_kra

- Parmi les Phallales, qui sont certainement la production la plus spectaculaire du règne fongique:

- l'Etoile ou la Pieuvre des bois - l'Anthurus d'Archer - Anthurus Archerinon consommable en raison de son horrible odeur. Il était inconnu des sorciers du Moyen-Âge car, originaire des Antipodes il n'a fait son apparition en France, dans le Bordelais et les Vosges, qu'en 1920. On suppose que ses spores ont voyagé dans les balles de laine provenant d'Australie, débarquées à Bordeaux et acheminées vers les tissages des Vosges. Mais il est également possible qu'il ait accompagné  les troupes australiennes cantonnées dans les Vosges lors de la 1ère Guerre mondiale.

Anthurus d'Archer12

- La Massue d'Hercule ou la Sucette des pauvres est la Clavaire en pilon - Clavariadelphus pistillaris - comestible médiocre - Au début du 20ème siècle dans l'Est de la France elle faisait, en guise de friandise, le régal des enfants de familles très modestes après avoir été trempée dans de l'eau sucrée d'où son nom de Sucette des pauvres.

Clavaire en pilon1

- Le Chevalier est le Tricholome équestre - Tricholoma equestre - vénéneux, mortel dans les cas graves. Ce Champignon était considéré  comme excellent comestible jusqu'en 2001 lorsqu'on se rendit compte qu'il était responsable d'intoxications mortelles dans le Sud-Ouest de la France.  Au Moyen-Âge sa consommation était réservée aux nobles d'où son nom de Chevalier, les manants quant à eux devaient se contenter du Bolet des bouviers - Suillus bovinus - un médiocre comestible.

Tricholome équestre11

Le Chevalier

SuillusBovinus

Le Bolet des bouviers

- LeTricholome des Oies est le Tricholome sinistre - Lepista personata - un bon comestible qu'on rencontre hors des forêts, dans les prairies et prés, les pâturages. Les oies s'en régalent.  

Tricholome sinistre8

- L'aile de bécasse est l'Hydne imbriqué - Sarcodon imbricatum - comestible médiocre dont le chapeau est couvert de squames et d'écailles brunâtres lui donnant l'aspect d'une aile d'oiseau.

Hydne imbriqué4

- Oreille de Judas ou oreille d'arbre ou Champignon chinois - Auricularia auricula Judae - comestible apprécié en Extrême Orient ou il fait l'objet d'une culture intensive et on le retrouve souvent dans les plats des restaurants chinois et vietnamiens sous le nom de Champignon noir. Son nom d'Oreille de Judas viendrait de ce que Judas, après avoir trahi le Christ se serait pendu à un sureau qui est son arbre de prédilection.

Oreille de judas7

- Moricaude ou cervelot - Gyromitre comestible - Gyromitra esculenta - malgré son nom il est vénéneux, son aspect de cervelle (cérébriforme) lui a valu son nom de cervelot.

Gyromitre7

- Amadou, Polypore des pharmacies, Polypore à feu sont des noms du Polypore amadouvier - Fomes fomentarius - inconsommable en raison de sa chair trop coriace avec laquelle, il y a peu de temps encore, on préparait l'amadou dont les chirurgiens, surtout militaires, se servaient pour arrêter les hémorragies. Cet amadou, trempé dans du salpêtre était également utilisé pour la fabrication des mèches du fameux briquet à amadou dont les plus anciens parmi nous se souviennent encore.

Polypore amadouvier1

- Le Bolet nonnette volée - Suillus luteus - bon comestible tient son nom de l'anneau ample et blanc qui garni le haut de son pied tel un voile.

Nonnette voilée3

- Indigotier, Pissacan ou Sorcier bleu sont des noms du Bolet bleuissant - Gyroporus cyanescens - c'est un bon comestible délaissé à cause du bleuissement instantané de sa chair et de son hyménium au toucher ou à la coupe.

Bolet bleuissant6

- Barbe de chèvre, Langue de bouc ou de chat, Aiguillard, Oursin sont quelques noms de l'Hydne pied de mouton - Sarcodon repandum - Il les doit à son hyménium formé d'aiguilons. C'est un bon comestible très recherché et très connu.

Pied de mouton1

 - Tricholome des enfers, Crapaudine soufrée sont des noms du Tricholome soufré - Tricholoma sulphureum - inconsommable en raison de sa trés désagréable et forte odeur de gaz et d'acétylène. La crapaudine est une pierre précieuse qu'on croyait autrefois provenir de la tête des crapauds

. Tricholome soufré13

A suivre Jean-Mi

 Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 18:15 - - Permalien [#]

23 juillet 2017

IDENTIFICATION PAR L'ASSOCIATION DES COULEURS DU CHAPEAU ET DES LAMELLES

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

Champignons à chapeaux blanc-beige

img20170720_10423876

Avec Anneau et Volve:

Lamelles blanches: Amanite ovoïde - Amanite phalloïde - Amanite printanière - Amanite vireuse

Avec Anneau sans Volve:

Lamelles blanches puis noires: Coprin chevelu

Lamelles blanches à crème-beige: Hébélome radicant - Lépiote pudique - Pholiote destructrice  - Pholiote du peuplier 

Lamelles roses puis brunes: Psalliote des bois - Psalliote champêtrePsalliote des jachèresPsalliote jaunissante.

Sans Anneau avec Volve:

Lamelles blanches: Amanite vaginée

Lamelles rosâtres: Volvaire gluante - Volvaire soyeuse

Sans Anneau ni Volve:

Lamelles blanches à crème-beige: Clitocybe blanc - Clitocybe en entonnoir - Clitocybe géant - Clitocybe géotrope - Clitocybe retourné - Collybie mucide - Collybie tachée - Lactaire à lait brûlant - Lactaire poivréLactaire velouté - Lentin tigré - Tricholome colombetteTricholome de la St.Georges

Lamelles blanches à rosées: Clitopile petite prune - Entolome des haies - Lactaire renversé - Pleurote corne d'abondance

Lamelles rosées-crème puis brun-olivâtre: Inocybe de Patouillard

Lamelles jaune-clair puis saumon vif: Entolome livide

Avertissement

Les couleurs du chapeau et des lamelles, à elles seules, ne permettent pas l'identification d'un champignon mais elles peuvent en favoriser l'approche. Certains champignons, dits hygrophanes, possèdent la capacité de pouvoir changer de couleur ou même d'apparence en fonction des conditions climatiques, forte humidité ou sécheresse. De plus au fur et à mesure de la croissance du champignon ses couleurs peuvent foncer ou s’éclaircir et parfois même être modifiées. Pour parachever l'identification consultez les descriptifs ainsi que les tableaux comparatifs se trouvant dans le livre 2017 et sur mycologia34.canalblog.com/

 

 

Champignons à chapeaux jaune-orange-rouge

img20170720_11025631

Avec Anneau et Volve:

Lamelles jaunes: Amanite des Césars

Avec Anneau sans Volve:

Lamelles blanches: Amanite citrine - Amanite jonquille - Amanite tue-mouches

Lamelles blanches puis noires: Coprin micacé

Lamelles blanches à crème-beige: Armillaire couleur de miel - Pholiote écailleuse

Lamelles blanchâtres/jaunâtre/rouille: Pholiote changeante

Lamelles brunâtres: Pholiote précoce

Lamelles jaunes: Pholiote remarquable - Pholiote ridée

Sans Anneau avec Volve:

Lamelles blanches: Amanite vaginée

Sans Anneau ni Volve:

Hyménium formé de plis (ou rides) jaunes: Chanterelle commune - Chanterelle jaunâtre

Lamelles blanches à crème-beige: Collybie à pied en fuseau - Collybie à pied velouté - Cortinaire élevé - Hébélome échaudé - Lactaire à lait abondant - Lactaire roux - Lactaire toisonné - Marasme d'oréade - Russule comestible - Russule dorée - Russule émétique - Russule feuille morte - Russule jaune - Russule jolie

Lamelles jaunes/orangées/rouges/brunes: Clitocybe de l'olivier - Clitocybe orangé - Cortinaire des montagnes - Gomphide rutilant - Hygrophore conique - Hygrophore perroquet - Hygrophore rouge-ponceau - Hypholomes en touffes - Lactaire délicieux - Lactaire sanguin - Pholiote écailleuse - Pholiote pénétrante - Tricholome équestre - Tricholome rutilant - Tricholome soufré

Lamelles blanc-violacé puis brun-rouille: Cortinaire à collier

Hyménium formé d'aiguillons blanc-jaune: Hydne pied de mouton

 

Pas de consommation sans identification à 100%

 

Champignons à chapeaux brunâtres

img20170720_18404881

Avec Anneau et Volve: Néant

Avec Anneau sans Volve:

Lamelles blanches: Amanite épaisse - Amanite panthère - Amanite rougeâtre

Lamelles blanches à crème-beige: Galère marginée - Hébélome radicant - Lépiote brunâtre - Lépiote à crête - Lépiote déguenillée - Lépiote élevée - Pholiote destructrice - Pholiote du peuplier - Russule fétide

Lamelles blanches/jaunâtres/rouille: Pholiote changeante - Pholiote ridée

Lamelles roses puis brunes: Psalliote auguste - Psalliote des forêts

Sans Anneau avec Volve:

Lamelles blanches: Amanite vaginée

 Sans Anneau ni Volve:

Hyménium formé de plis (ou rides) jaunes: Chanterelle en entonnoir - Chanterelle jaunâtre

Lamelles blanches à crème-beige: Collybie butyracée - Collybie à larges lamelles - Collybie à pied en fuseau - Collybie raadicante - Clitocybe à pied en massue - Hébélome couleur moutarde - Lactaire plombé - Lactaire roux - Lentin en colimaçon - Marasme d'oréade - Paxille enroulé - Paxille à pied noir - Pleurote en forme d'huître - Pleurote du panicaut - Russule comestible - Russule couleur de belette - Russule fétide - Tricholome agrégé - Tricholome blanc et brun - Tricholome sinistre

Lamelles blanches puis brunes: Cortinaire élevé - Hypholome velouté

Lamelles blanc-violacé puis brunâtres: Cortinaire remarquable

Lamelles blanc/rose: Clitocybe laqué - Entolome en bouclier - Hygrophore pudibond - Mycène en casque - Mycène incliné - Pleurote corne d'abondance - Plutée du cerf

Lamelles blanc/gris: Gomphyde glutineux - Marasme à odeur d'ail

Hyménium formé d'aiguillons blanc/gris puis brunâtres: Hydne imbriqué

 

Champignons à chapeaux rose-violet-bleu-vert

img20170721_09063153

Avec Anneau et Volve:

Lamelles blanches: Amanite phalloïde

Avec Anneau sans Volve:

Lamelles blanchâtres puis brun-rougeâtre: Strophaire vert-de-gris

Sans Anneau avec Volve: Néant

Sans Anneau ni Volve:

Lamelles blanches à crème-beige: Inocybe à lames couleur de terre - Lactaire odorant - Lactaire vieillot - Pleurote en forme d'huître - Russule charbonnière - Russule couleur de sardoine - Russule verdoyante

Lamelles roses à violacées: Clitocybe laqué var. améthyste

Lamelles beige/jaunâtre puis brun/rouille: Cortinaire à odeur de bouc

Lamelles gris/lilas puis brun/rouille: Cortinaire blanc-violet

Lamelles verdâtres: Clitocybe odorant - Hygrophore perroquet

Lamelles blanc/rose: Mycène pur

Lamelles violettes puis brunes: Tricholome pied bleu

Hyménium formé de plis (ou rides) violacés: Chanterelle violette

 

Champignons à chapeaux gris-noir

img20170721_09071482

Avec Anneau et Volve: Néant

Avec Anneau sans Volve: Néant

Sans Anneau avec Volve: Amanite vaginée

Sans Anneau ni Volve:

Lamelles blanches puis noires: Coprin noir d'encre - Coprin pie

Lamelles blanc-crème: Entolome à odeur de nitre - Clitocybe nébuleux - Pleurote en forme d'huître - Pleurote du panicaut - Tricholome prétentieux - Tricholome terreux - Tricholome tigré

Lamelles blanches puis grisâtres: Hygrophore de Mars

Hyménium gris à noir formé de plis (ou rides) ou lisse: Chanterelle grise - Trompettes des morts


Pour identifier CEPES et BOLETS

par l'association des couleurs du Chapeau et des tubes

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 18:20 - - Permalien [#]

12 avril 2017

LES CHAMPIGNONS VENENEUX

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

Il est beau et plaît surtout aux Dames

MAIS ATTENTION!

Le Clitocybe laqué var.améthysteLaccaria laccata var.amethystea

Si j'écris qu'il plaît aux Dames c'est parce que je me suis rendu compte, lors des «sorties» que nous organisons, que ces Dames avaient une forte attirance pour ce superbe Champignon. Certainement à cause de ses couleurs ou encore par le nom de Bouton de bottines ou de guêtres  qu'on lui donne dans certaines régions.

C'est un bon comestible néanmoins sa consommation est à modérer car ce petit mignon est un grand accumulateur de radioéléments et de métaux lourds au même titre que le Bolet bai (Xerocomus badius) ou encore que le Pied de mouton (Hydnum repandumm) voir Liste des espèces sensibles, de plus la confusion est possible avec deux «sosies» vénéneux:

le Mycène pur (Mycena pura)

 

 et un autre moins connu mais tout aussi dangereux

l'Inocybe à lames couleur de terre var. liliacin

(Inocybe geophilla var. lilacina)

 

Pour éviter une confusion, aux conséquences souvent graves, consulter le Tableau comparatif XVII 

 Et n'oubliez jamais: "Pas de consommation sans identification à 100%"

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

Vous avez des questions? Posez-les sur "COMMENTAIRES" en fin d'article ou

par Mail sur "CONTACTER L'AUTEUR"

 

squelettes_13

Amanite tue-mouches. Lat.: Amanita Muscaria.

Nom commun: Fausse oronge.

41150047_p Muscaria

cliquez sur les photos pour les agrandir

41150087_p 41150137_p

41150160_p 41150444_p

L'amanite tue-mouches dans tous ses états!

Voir le descriptif de l'Amanite tue-mouches

 

squelettes_13

Amanite panthère Lat.: Amanita pantherina

Nom commun: Fausse golmote

41534173_p 41534214_p

cliquez sur les photos pour les agrandir

Voir le descriptif de l'Amanite panthère

 

 squelettes_13

Clitocybe ou Pleurote de l'olivier.

Lat.: Clitocybe olearia ou Pleurotus (ou Omphalotus)  olearius

Noms communs: Pleurote de l'olivier, Oreille de l'olivier.

Olivier1 Clitocybe_de_l_olivier7

cliquez sur les photos pour les agrandir

Olivier Clitocybe_de_l_olivier

Chapeau: 4-15 cm., orange à jaune-orangé, orné de fines fibrilles* lui donnant un aspect brillant. Convexe* puis étalé, vite déprimé et en entonnoir. Marge* incurvée.

Lamelles: jaune-or, très décurrentes*, serrées avec de nombreuses lamellules. Elles ont la propriété d'être phosphorescentes la nuit.

Pied: 4-18 cm., orange à jaune-orangé de la couleur du chapeau, ayant tendance à brunir avec l'âge. Ferme, plein, atténué à base. Il peut être central ou excentrique.

Chair: jaune-orangé, plus foncée dans le pied. Odeur assez forte et désagréable de bois moisi, saveur douce.

Habitat: lignicole*, Eté-Automne, parfois même au cœur de Hiver, en touffes parfois importantes aux pieds ou sur les troncs des feuillus. Très commun dans les régions méridionales où il est le champignon qui provoque le plus d'intoxications.

Observations: c'est un champignon vénéneux qui provoque des intoxications parfois très graves. On peut le confondre avec l'excellente Chanterelle commune (ou Girolle) mais cette dernière est de couleur jaune, ne possède pas de lamelles* mais des plis* sous le chapeau, est terricole* et dégage une agréable odeur d'abricots et de mirabelles. Voir Tableau Comparatif III

 squelettes_13

Clitocybe blanc. Lat.: Clitocybe dealbata.

Noms communs: Clitocybe blanc-ivoire, Clitocybe blanchi.

Vénéneux.

Clitocybe_blanc Clitocybe

cliquez sur les photos pour les agrandir

Clit_blanc Clitocybe_blanc1

Chapeau: 2-5 cm., blanc-jaunâtre à gris-jaunâtre, couvert d'un givre blanc sale persistant, devenant grisâtre avec l'âge. Convexe*, plan puis étalé, se déprimant au centre, parfois en entonnoir*. Marge* fine, incurvée puis étalée et souvent ondulée.

Lamelles*: blanches à crème, décurrentes*, serrées, minces.

Pied: 2-5 cm.,blanchâtre, brunâtre à la base. Court, soyeux, plein, fibreux, tenace parfois un peu excentrique.

Chair: blanchâtre, ferme, fibreuse*. Odeur forte d'herbe et de mousse, saveur douce.

Habitat: de Juin à Novembre dans les prés, les parcs, les pelouses, les pâtures, le long des haies, dans les zones herbeuses, souvent en groupes. Assez commun.

Observations: c'est un champignon vénéneux qui, comme d'autres Clitocybes blancs (Cerussata, Phylophilla,etc.) provoquent des intoxications graves du type muscarien ou sudorien. On peut le confondre avec des espèces comestibles comme l'excellent Marasme d'oréade (Mousseron) qui partage le même habitat mais s'en distingue par son chapeau brun-jaune et surtout par ses lamelles* beige-jaunâtre, libres*, espacées et ventrues et avec le Clitocybe en entonnoir (bon) dont l'habitat est forestier et qui dégage une agréable odeur d'anis et d'amandes Voir Comparatif XIV:


 

squelettes_13

Entolome livide. Lat.: Entoloma lividum

Noms communs: Entolome perfide, Faux meunier, Jaunet.

Vénéneux.

Entolome_livide Entolome_livide1

cliquez sur les photos pour les agrandir

Entolome_livide2

Chapeau: 5-20 cm., blanc-jaunâtre à gris-brunâtre, avec des reflets blafards, couvert d'un givre blanc. Orné de fines fibrilles*, visqueux par temps humide, soyeux par temps sec. Campanulé* puis convexe*-bossu et enfin étalé et souvent mamelonné*. Compact, épais, charnu. Marge* longtemps enroulée, se fissurant avec l'âge

Lamelles*: jaune-clair puis saumon à maturité. Adnées*, très échancrées* à l'insertion sur le pied, assez espacées, larges.

Pied: 6-12 cm., blanchâtre se tachant de jaunâtre, floconneux* vers le sommet, renflé vers la base, souvent incurvé, ferme, robuste, plein, spongieux avec l'âge.

Chair: blanche, épaisse, ferme. Odeur agréable de farine fraîche qui devient repoussante lorsque le champignon vieillit. Saveur douce et agréable.

Habitat: Eté-Automne en groupes dans les forêts de feuillus, les clairières, aux lisières, dans les endroits aérés. Assez commun.

Observations: il provoque des intoxications parfois très graves qui peuvent, selon la quantité ingérée, entraîner la mort de personnes fragiles. On peut le confondre avec le Clitopile petite prune dont les lamelles* sont décurrentes* et le Tricholome de la St.Georges dont les lamelles* sont blanc-crème, tous deux d'excellents comestibles mais qui dégagent également cette odeur de farine. Voir Comparatif V, VI et VII

 squelettes_13

Gyromitre comestible. Lat.: Gyromitra esculenta

Noms communs: Fausse Morille, Moricaude, Cervelot.

Vénéneux.

Gyromitre2 Gyromitre_1

cliquez sur les photos pour les agrandir

Gyromitre

Chapeau: 3-8 cm. de diamètre, brun à brun-rougeâtre ou brun-noirâtre. Il a l'aspect d'une cervelle (cérébriforme) bosselée et difforme. La marge* plus pâle est soudée par endroits au pied. Il est creux et sa paroi interne est blanc-crème.

Pied: 2-6 cm., pour un diamètre de 20-40 mm, blanc-crème devenant roussâtre avec l'âge. Trapu, ridé à sillonné, bosselé, souvent comprimé et atténué vers la base. Lacuneux*, creux, communiquant avec la cavité du chapeau.

Chair: blanchâtre et mince, ayant l'aspect et la consistance de la cire. Odeur douce rappelant celle du savon, saveur légère et agréable.

Habitat: Printemps-début de l'Eté dans les endroits sablonneux des forêts de conifères, les friches, les bruyères. Assez commun dans certaines régions.

Observations: malgré son nom c'est un champignon vénéneux et mortel dans les cas graves. Il fut longtemps consommé après dessiccation, mais cette dernière n'enlève qu'une partie de la toxine (gyromitrine) qu'il contient et une consommation répétée peut avoir des conséquences très graves. Il est à rejeter absolument. A ne pas confondre avec les Morilles


 

squelettes_13

Helvelle à pied blanc. Lat.: Helvella monachella.

Noms communs: Bonnet de capelan, Petite religieuse, Nonnette, Cornette?

Vénéneuse

Helvelle___pied_blanc7 Helvelle___pied_blanc9

cliquez sur les photos pour les agrandir

Helvelle___pied_blanc5

Chapeau: 2-4 cm de haut, formé de 2 à 3 lobes dressés, avec la face cachée blanc-grisâtre, les bords inférieurs sont libres* et plus pâles. Sa forme rappelle le bonnet de curé ou la cornette des religieuses.

Pied: 3-8 cm pour un diamètre de 10-30 mm., blanc, légèrement velouté. Creux, cylindrique, généralement lisse mais parfois un peu sillonné vers la base.

Chair: très mince, blanche, coriace et élastique dans le pied, fragile et cassante dans le chapeau. Sans odeur, ni saveur particulières.

Habitat: au Printemps dans ou aux lisières des forêts de feuillus et de conifères, sous les peupliers, le long des chemins, dans les haies, les taillis, sur terrains sablonneux. Parfois en groupes de centaines d'exemplaires. Assez commune.

Observations: comme toutes les Helvelles elle est à rejeter car elle contient de l'acide helvellique qui est détruit en partie à la cuisson, mais également de la gyromitrine responsable d'intoxications graves lors de consommations importantes ou répétées Elle se différencie de l'Helvelle lacuneuse et de l'Helvelle crépue par son pied presque lisse et sa pousse printanière.

A ne pas confondre avec les Morilles (excellentes après cuisson et avec modération) dont le chapeau est formé d'alvéoles et non de lobes.

 

squelettes_13

Inocybe de Patouillard. Lat.: Inocybe Patouillardi.

Nom commun: Inocybe de Printemps.

Vénéneux.

Inocybe

cliquez sur les photos pour les agrandir

Inocybe_de_patouillard9 Inocybe_de_Patouillard8

Chapeau: 3-8 cm., blanc-crème à jaunâtre se tachant de brun-rouge avec l'âge. Fibrilleux*, conique puis étalé avec un large mamelon* central. Marge* d'abord enroulée puis lobée, souvent fendue.

Lamelles*: rosées puis crème et enfin brun-olivâtre avec l'arête* blanche et floconneuse*, rougissant au frottement. Adnées*-émarginées, serrées, épaisses.

Pied: 3-10 cm., blanc taché de rouge, cylindrique, grêle ou robuste selon les cas, parfois courbe et bulbeux* à la base, très fibreux*.

Chair: blanche, parfois nuancée de rose, ferme. Odeur forte et fruitée, saveur douce.

Habitat: Printemps-Eté aux lisières ou dans les bois clairs et secs surtout de feuillus, au bord des chemins. A une préférence pour les hêtres. Assez rare.

Observations: les intoxications dûes à ce champignon sont du type muscarien (voir page 6). On lui attribue des intoxications mortelles en France et en Europe. La dose mortelle est estimée à 500 grs, mais il est exceptionnel de réaliser une cueillette de cette importance. On l'identifie assez facilement grâce à son habitat, sa précocité, son chapeau d'abord très conique, sa marge fendillée et ses lamelles* brun-olivâtre.

 

squelettes_13

Lépiote à crête. Lat.: Lepiota cristata.

Noms communs: Lépiote crêtée, Lépiote puante, Lépiote crêpue.

Vénéneuse.

L_piote___cr_te1

cliquez sur les photos pour les agrandir

L_piote___cr_te L_piote___cr_te1

Chapeau: 2-5 cm., cuticule* brune se déchirant en petites écailles en laissant apparaître le fond blanchâtre. Conique puis étalé, au centre le revêtement reste intact et continu, avec un mamelon* assez pointu.

Lamelles*: blanchâtres, ayant tendance à brunir avec l'âge. Libres*, serrées, inégales, avec l'arête* floconneuse*.

Pied: 2-4 cm. Pour un diamètre de 3-4 mm. Blanchâtre souvent teinté de brun-roux vers la base. Grêle, soyeux, un peu luisant. Anneau* blanchâtre, satiné, fragile.

Chair: blanche, très mince. Odeur désagréable de radis, d'ail et de fruits pourris.

Habitat: Eté-Automne dans les sentiers et aux lisières des forêts, dans les champs, les parcs, les jachères, les jardins, les pelouses, les massifs de fleurs. Commune.

Observations: c'est un champignon considéré comme vénéneux, comme toutes les petites Lépiotes il est à éviter. De plus son odeur désagréable ne donne guère envie de le consommer. A ne pas confondre avec les grandes Lépiotes (macrolepiota), la Lépiote élevée et la Lépiote déguenillée, toutes deux excellentes et de taille beaucoup plus importante.

Attention: ne cueillez jamais de Lépiotes dont la taille est inférieure à 10 cm

 

squelettes_13

Mycène pur. Lat.: Mycena pura

Nom commun: Mycène rose.

Vénéneux.

Mycene_pur

cliquez sur les photos pour les agrandir

Myc_ne_pur6 Myc_ne_pur11

Chapeau: 2-5cm., de couleur variable avec différentes nuances de rose et de lilas, plus pâle par temps sec, souvent même presque blanc. Peu charnu, conique puis campanulé* et étalé avec un mamelon* central. Marge* striée.

Lamelles: blanchâtres, parfois un peu rosâtres. Adnées*, échancrées* à l'insertion sur le pied, peu serrées, inégales, réunies par des veines.

Pied: 4-10 cm., rose à lilas de la couleur du chapeau, base légèrement bulbeuse* couverte d'un fin duvet blanchâtre. Cylindrique, élancé, rigide.

Chair: blanchâtre nuancée de rose-lilas, fragile, mince. Odeur et saveur désagréables de radis, de rave.

Habitat: Eté-Automne, isolé ou en groupes dans les forêts de feuillus et de conifères. Très commun.

Observations: c'est un champignon qui provoque des intoxications du type muscarien.On peur le confondre avec le Laccaire améthyste (bon) mais il s'en différencie, entre autres, par son odeur et sa saveur désagréables de radis et de rave. >Tableau comparatif XVII 

 

squelettes_13

Paxille enroulé. Lat.: Paxillus involutus.

Noms communs: Paxille à bords enroulés, Paxille involuté, Bolet à lamelles, Chanterelle brune.

Vénéneux

Paxille_enroul_5

cliquez sur les photos pour les agrandir

Paxille_enroul_6 Paxille_enroul_14

Chapeau: 5-15 cm., brun-jaunâtre à brun-olivâtre, palissant avec l'âge. Convexe* puis étalé et finalement déprimé*, parfois en entonnoir*. Pelucheux, velu, visqueux par temps humide, charnu, tendre. Marge* très enroulée, se redressant avec l'âge.

Lamelles*: crème-ocre, brunissant au frottement. Décurrentes*, très serrées, inégales, reliées entre elles par endroit, fragiles, facilement séparables du chapeau.

Pied: 3-8 cm., de la couleur du chapeau, plus clair vers le sommet. Assez court, évasé vers le haut, souvent en pointe vers la base, plein, ferme, lisse.

Chair: jaunâtre, brunissant au frottement ou aux blessures. Épaisse, molle, devenant flasque avec l'âge. Odeur de champignons, un peu fruitée, saveur acidulée.

Habitat: Eté-Automne, sous les feuillus, dans les endroits humides, au bord des chemins, dans les haies. Assez commun.

Observations: c'est un champignon vénéneux qui peut provoquer des intoxications parfois très graves en cas de consommation répétée ou ingestion du champignon cru ou mal cuit.

 

squelettes_13

Psalliote (ou Agaric) jaunissante

Lat.: Agaricus xanthodermus

Noms communs: Agaric jaunissant, Agaric ou Psalliote à peau jaune

Vénéneuse

Psalliote_jaunissante___mod

cliquez sur les photos pour les agrandir

Psalliote_jaunissante1 Psalliote_jaunissante3

Chapeau: 5-15 cm., blanc-sale, parfois teinté de gris-fauve au centre, se tachant très rapidement de jaune au toucher ou aux blessures, soyeux, lisse. D’abord en cloche, presque cylindrique à sommet aplati, puis étalé. Marge* floconneuse.

Lamelles: blanchâtres, roses et enfin brunes. Libres*, serrées, inégales, étroites.

Pied: 6-12 cm., blanc se tachant de jaune au toucher. Cylindrique, renflé à la base, lisse, soyeux, farci* de moelle puis creux. Anneau* blanc, membraneux, ample.

Chair: blanche ne jaunissant pas ou très peu sauf à la base du pied, tendre, épaisse. Odeur très désagréable d’encre, de phénol, de teinture d’iode, saveur désagréable.

Habitat: Eté-Automne dans les haies, les prés, les jardins, les champs cultivés notamment de maïs. Assez commune dans certaines régions.

Observations: il provoque des intoxications du type gastro-intestinal. De nombreuse intoxications lui sont attribuées et pourtant il est difficilement consommable en raison de son odeur désagréable qui à elle seule suffit à l’identifier, aidée en cela par le jaunissement de son chapeau et de son pied. A ne pas confondre avec les Agarics comestibles (Rosés des près, des jachères ou des bois) mais ces dernièrs ne dégagent pas cette odeur désagréable. Voir Tableau Comparatif XIII

 squelettes_13

Tricholome équestre.

Lat.: Tricholoma equestre ou auratum.

Noms communs: Bidaou, Chevalier, Jaunet, Canari, Tricholome vert-jaune

Vénéneux.

Tricholome__questre1

cliquez sur les photos pour les agrandir

Tricholome__questre2 Tricholome__questre6

Chapeau: 4 à 12 cm., jaune à jaune-olivâtre, moucheté de fines fibrilles brunâtres avec des reflets verdâtres. Convexe puis étalé et plus ou moins mamelonné, un peu gluant dans la jeunesse. Marge enroulée puis redressée et ondulée. Cuticule assez facilement séparable de la chair.

Lamelles: jaune-soufre vif à jaune-citron, très échancrées, serrées, inégales.

Pied: 4 à 10 cm., pour un diamètre de 8 à 15 mm., jaune-soufre souvent moucheté de brunâtre. Cylindrique, assez court, charnu, plein, fibrilleux.

Chair: blanche, jaunâtre sous la cuticule du chapeau et à la base du pied, épaisse, ferme. Odeur très faible, saveur douce.

Spores: blanches.

Habitat: Automne-début de l’Hiver sous les conifères, avec une préférence pour les pins, sur terrain silicieux et sablonneux. Commun dans le Sud et le Sud-Ouest de la France, rare ailleurs.

Observations: consternation et étonnement dans le monde de la mycologie lorsque le 13 septembre 2001, le New England Journal of Medecine (Canada) cite une étude française rapportant 12 intoxications survenues dans le Sud-Ouest de la France entre1992 et 2000, dont 3 furent mortelles et imputables au Tricholome équestre, considéré jusqu’alors comme un excellent comestible. Il était consommé et connu depuis des siècles sous le nom de Chevalier, Jaunet, ou encore Bidaou (selon les régions), au Moyen-Age il était très estimé par la noblesse et la chevalerie (d’où son nom de chevalier) qui le réservaient à leurs tables, laissant aux manants des espèces qu’ils appréciaient peu comme le Bolet des bouviers. En effet il serait très dangereux, voire mortel, après une consommation répétée en un laps de temps très court. Les symptômes se manifestent plusieurs jours après une consommation excessive par des faiblesses, des douleurs et des crampes musculaires, surtout au niveau des épaules et des hanches. Les troubles digestifs sont mineurs, voire totalement absents, ce qui rend difficile le pronostic d’une intoxication fongique.     Dans les cas graves les malades souffrent de rhabdomyolise aiguë qui est une maladie dégénérative des muscles. Un agent toxique présent dans le Tricholome équestre semble détruire les cellules des muscles squelettiques (qui assurent les mouvements du squelette), dont le contenu passe dans le sang. L’organisme subit alors une suite d’événements qui peuvent entrainer des complications dans différents organes, dont une insuffisance rénale ou cardiaque et la mort.                                                                              

Le 13 Octobre 2003 l'agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) annonce que les cas cliniques observés ont été clairement imputés à une consommation excessive de Tricholomes équestres sans qu’il ait pu être déterminé de dose toxique, que les données disponibles ne permettaient pas de fixer une dose tolérable, et qu’il fallait informer les ramasseurs et les consommateurs des risques encourus en cas de consommation excessive.

 

 

squelettes_13

Tricholome tigré. Lat.: Tricholoma pardinum.

Noms communs: Tricholome léopard, Faux griset, Faux petit-gris, Grivelé.

Vénéneux.

Tricholome_tigr__2 Tricholome_tigr_3

cliquez sur les photos pour les agrandir

Tricholome_tigr_1

Chapeau: 5-15 cm, parfois plus, gris-clair à gris-cendré, recouvert de fines écailles* gris-noirâtre disposées concentriquement, plus denses au centre. Convexe* puis étalé, parfois bombé ou mamelonné*. Marge* enroulée puis étalée et ondulée.

Lamelles: blanches à crème-jaunâtre avec des reflets verdâtres. Échancrées*, assez serrées, larges, épaisses. Jeunes elles exsudent des gouttelettes verdâtres*

Pied: 4-8 cm. pour un diamètre de 20 à 40 mm. Blanc et farineux vers le sommet, jaune-crème vers la base. Cylindrique mais renflé vers la base, très robuste, ventru, ferme, fibreux*, plein, relativement court par rapport au chapeau.

Chair: blanche, jaune à la base du pied. Odeur faible de farine, saveur douce.

Habitat: Eté-Automne dans les forêts de conifères, plus rarement sous les feuillus si ce n'est sous les hêtres. Peu commun.

Observations: il est vénéneux et provoque des intoxications gastro-intestinales. Il est assez facilement identifiable grâce à son aspect massif et à son chapeau gris couvert de fines d'écailles. On peut le confondre avec le Tricholome prétentieux et le Tricholome terreux (griset), tous deux de bons comestibles mais ces derniers sont moins massifs et n'ont pas le chapeau écailleux mais fibrilleux.Voir Tableau Comparatif XII

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

Vous avez des questions? Posez-les sur "COMMENTAIRES" en fin d'article ou

 

par Mail sur "CONTACTER L'AUTEUR"

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 07:48 - - Permalien [#]

09 mars 2017

LES NOMS COMMUNS (OU VERNACULAIRES)

interrogation_13

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

Vous avez des questions? Posez-les sur "COMMENTAIRES" en fin d'article ou

par Mail sur "CONTACTER L'AUTEUR"

 

 

Parle-t-on du même champignon???

Barbe de chèvre ou Langue de chat ou encore Langue de bouc

de quel champignon peut-il bien s'agir

il s'agit tout simplement de l'Hydne pied de mouton

Hydne

En effet son hyménium tapissé d'aiguilons est à l'origine de tous les noms communs qu'on lui attribue. Il en est de même pour des centaines d'espèces, les plus connues, les plus communes, les plus estimées et souvent celles aux formes étranges.

La Chanterelle commune ou Girolle est communément nommée: girondelle, crête de coq, gallinace, chevrette, jaunotte, jaunette ou encore roussotte et j'en passe!

Chanterelle_commune11

Mais la palme revient peut-être à la Lépiote élevée: coulemelle, saint Michel, baguette de tambour, parasol, couamelle, nez de chat, couleuvrée, potiron, golmote, grisotte, chevalier bagué, demoiselle, etc.

L_piote__l_v_e

Il est évident que ces noms communs (ou vernaculaires)  sont totalement différents de la nomenclature scientifique (noms latins) car crées en dehors de toute règle ou contrainte mais font néanmoins partie de notre patrimoine culturel et "fleurent bon le terroir".

Certains champignons portent le nom d'un saint comme le saint Georges (Tricholome de la ....) ou le saint Michel (Lépiote élevée),  ou encore le saint Martin (Tricholome terreux) qui sont fêtés respectivement le 23 Avril, le 29 Septembre et le 11 Novembre. Ces dates correspondent à la période à laquelle nous avons le plus de chance de les rencontrer.

Un autre champignon, la Trompette des Morts, a vu son nom se transformer en trompette des Maures pour des raisons commerciales. Il est certainement plus facile d'écouler des champignons étiquetés trompettes des Maures que trompettes des Morts.    

Voici quelques noms communs de champignons qui même dans la même région ne définissent pas toujours le même champignon.

Noms communs - Noms français - Noms latins

en rouge les espèces vénéneuses, à rejeter, ou inconsommables.

A

Agaric à peau jaune - Psalliote jaunissante - Agaricus xanthoderma  Voir      

Agaric champêtre - Psalliote champêtre - Agaricus campestris  Voir

Agaric des bois - Psalliote des bois - Agaricus silvicola  Voir    

Agaric des forêts - Psalliote des forêts - Agaricus silvaticus  Voir

Agaric des jachères - Psalliote des jachères - Agaricus arvensis  Voir

Agaric jaunissant - Psalliote jaunissante - Agaricus xanthoderma  Voir

Agaric impérial - Psalliote auguste - Agaricus augustus  Voir

Agaric princier - Psalliote auguste - Agaricus augustus  Voir

Agaric rougissant - Psalliote des forêts - Agaricus silvaticus  Voir

Agaric visqueux - Gomphide glutineux - Gomphidius glutinosus  Voir

Agrocybe précoce - Pholiote précoce - Agrocybe praecox  Voir

Aiguillard - Hydne pied de mouton - Hydnum repandum  Voir

Aile de bécasse -  Hydne imbriqué - Sarcodon imbricatum  Voir  

Amadou - Polypore amadouvier - Fomes fomentarius  Voir 

Amadouvier - Polypore amadouvier - Fomes fomentarius  Voir 

Amanite à étui - Amanite vaginée - Amanita vaginata  Voir

Amanite à pierreries - Amanite jonquille - Amanita gemmata  Voir

Amanite bossue - Amanite vireuse - Amanita virosa  Voir

Amanite bulbeuse - Amanite phalloïde - Amanita phalloïdes  Voir

Amanite engainée - Amanite vaginée - Amanita vaginata  Voir

Amanite impériale - Amanite des Césars - Amanita Caesarea  Voir

Amanite impériale blanche - Amanite ovoïde - Amanita ovoïdea  Voir

Amanite perlée - Amanite jonquille - Amanita gemmata Voir

Amanite pomme de pin - Amanite solitaire - Voir

Amanite vineuse - Amanite rougeâtre - Amanita rubescens  Voir

Anisé blanc - Psalliote des bois - Agaricus silvicola  Voir

Anthurus d’Australie - Anthurus d’Archer - Anthurus Archeri  Voir

Argouane - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Armillaire mucide - Collybie mucide - Oudemansiella mucida  Voir

Auburon - Lactaire poivré - Lactarius piperatus  Voir 

Avrilet - Tricholome de la St.Georges - Tricholoma Georgii ou Gambosum  Voir

St_Georges1

L'Avrilet (Tricholome de la St.Georges) car c'est en Avril qu'il paraît

B

Baguette de tambour - Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Barbe de bouc - Hydne imbriqué - Sarcodon imbricatum  Voir

Barbe de chèvre - Hydne pied de mouton - Hydnum repandum  Voir

Barigoule - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Baveux - Armillaire couleur de miel - Armillaria mellea  Voir

Baveux - Bolet nonnette voilée - Suillus luteus  Voir

Baveux - Hygrophore limace - Hygrophorus latitabundus Voir

Bidaou - Tricholome équestre - Tricholoma equestre  Voir

Bise d’Automne - Tricholome prétentieux - Tricholoma portentosum  Voir

Bise de curé - Russule verdoyante - Russula virenscens  Voir

Bise rouge - Russule feuille morte - Russula xerampelina  Voir

Bise verte - Russule verdoyante - Russula virenscens  Voir

Bise violette - Russule charbonnière - Russula cyanoxantha  Voir

Bite de chien - Phallus du chien - Mutinus caninus  Voir 

Bite de loup - Phallus du chien - Mutinus caninus  Voir

Phallus_du_chien9

La bite de chien ou de loup (Phallus du chien), l'image est explicite!

Bleu anisé - Tricholome pied bleu - Tricholoma nudum ou Lepista nuda ou Rhodopaxillus nudus  Voir

Bolet à anneau - Bolet nonnette voilée - Suillus luteus  Voir

Bolet à lamelles - Paxille enroulé - Paxillus involutus  Voir

Bolet annulaire - Bolet nonnette voilée - Suillus luteus  Voir

Bolet blanc - Psalliote champêtre - Agaricu campestris  Voir

Bolet bronzé - Cèpe bronzé - Boletus aereus  Voir

Bolet de fiel - Bolet amer - Tylopilus felleus  Voir

Bolet des châtaigniers - Bolet bai - Xerocomus badius  Voir

Bolet diabolique - Bolet de Satan  - Boletus Satanas  Voir

Bolet d’Eté - Cèpe d’Eté - Boletus aestivalis  Voir

Bolet du mélèze - Bolet élégant - Suillus elegans  Voir

Bolet jaune - Bolet nonnette voilée - Suillus luteus  Voir

Bolet jaune du pin - Bolet granulé - Suillus granulatus  Voir

Bolet orangé - Bolet roux -Leccinum aurantiacum  Voir

Bolet pleureur - Bolet granulé - Suillus granulatus  Voir

Bolet raboteux - Bolet rude - Leccinum scaber Voir

Bonnet de capelan - Helvelle à pied blanc - Helvella monachella  Voir

Bouchon de champagne - Psalliote des jachères - Agaricus arvensis  Voir

Boule de neige - Psalliote champêtre - Agaricus campester  Voir

Boule de neige - Psalliote des bois - Agaricus silvicola  Voir

Boule de neige - Psalliote des jachères - Agaricus arvensis  Voir

Bouligoule - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Bouton de bottine - Clitocybe laqué - Laccaria amethistea  Voir

Brigoule - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Briqueté - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Brisette - Lépiote pudique - Lepiota naucina  Voir

C

Cadavrou - Phallus impudique - Phallus impudicus  Voir 

Camparol - Psalliote champêtre - Agaricus campestris  Voir

Canari - Tricholome équestre - Tricholoma equestre  Voir

Capucin - Morillon - Mitrophora hybrida  Voir

Carlet - Hygrophore russule - Hygrophorus russula  Voir

Catalan - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Caussenard - Lactaire sanguin - Lactarius sanguifluus  Voir

Cèpe - Cèpe de Bordeaux - Boletus edulis  Voir

Cèpe acajou - Cèpe des pins - Boletus pinophilus  Voir

Cèpe appendiculé à chair jaune - Bolet de Fechtner - Boletus Fechtneri  Voir

Cèpe bai - Bolet bai - Xerocomus badius  Voir

Cèpe comestible - Cèpe de Bordeaux - Boletus edulis  Voir

Cèpe des châtaigniers - Bolet bai - Xerocomus badius  Voir

Cèpe du Diable - Bolet de Satan - Boletus Satanas  Voir

Cèpe jaune des pins - Bolet granulé - Suillus granulatus  Voir

Cèpe jaune du mélèze - Bolet élégant - Suillus elegans  Voir

Cèpe noir - Cèpe bronzé - Boletus aereus  Voir

Cèpe réticulé - Cèpe d’Eté - Boletus aestivalis  Voir

Cèpe roux - Bolet roux - Leccinum aurantiacum  Voir

Cèpe rude - Bolet rude - Leccinum scaber  Voir

Cervelot - Gyromitre comestible - Gyromitra esculenta  Voir

gyromitre

Le Cervelot ( Gyromitre comestible, qui ne l'est pas malgé son nom), un cerveau miniature

Champignon chinois - Oreille de Judas -Auricularia auricula-Judae  Voir

Champignon des prés - Psalliote champêtre - Agaricus campestris  Voir

Champignon noir - Oreille de Judas - Auricularia auricula-Judae  Voir

Chanterelle brune - Paxille enroulé -Paxillus involutus  Voir

Chanterelle d’Automne - Chanterelle en entonnoir - Cantharellus tubaeformis  Voir

Chanterelle en trompette - Chanterelle en entonnoir - Cantharellus tubaeformis  Voir

Chanterelle en tube - Chanterelle en entonnoir - Cantharellus tubaeformis  Voir

Chanterelle jaunissante - Chanterelle jaunâtre -Cantharellus lutescens  Voir

Chanterelle orangée - Clitocybe orangé - Hygrophoropsis aurantiaca  Voir

Charbonnier - Russule charbonnière - Russula cyanoxantha  Voir

Chavanne - Lactaire plombé - Lactarius plumbeus  Voir

Chevalier - Tricholome équestre - Tricholoma esquestre  Voir

Chevalier bagué - Lépiote élevée - Macrolepiota procera   Voir

Cheveline - Clavaire en chou-fleur - Ramaria bothrytis  Voir

Chevelu - Coprin chevelu - Coprinus comatus  Voir

Chevrette - Chanterelle commune - Cantharellus cibarius  Voir

Chicotin - Bolet amer - Tylopilus felleus  Voir

Chou-fleur - Sparassis crépu - Sparassis crispa  Voir

Clathre d’Archer - Anthurus d’Archer - Anthurus Archeri  Voir 

Clavaire crépue - Sparassis crépu - Sparassis crispa  Voir

Clavaire jolie - Clavaire élégante - Ramaria formosa Voir

Clavaire en massue - Clavaire en pilon - Clavariadelphus pistillaris  Voir

Clitocybe anisé - Clitocybe odorant - Clitocybe odorans  Voir

Clitocybe à pied clavé - Clitocybe à pied en massue - Clitocybe claviceps  Voir

Clitocybe blanchi - Clitocybe blanc - Clitocybe dealbata  Voir

Clitocybe blanc- ivoire - Clitocybe blanc - Clitocybe dealbata  Voir

Clitocybe des pins - Clitocybe à pied en massue - Clitocybe claviceps  Voir

Clitocybe enroulé - Clitocybe retourné - Clitocybe inversa  Voir

Clitocybe gigantesque - Clitocybe géant - Leucopaxillus giganteus  Voir

Clitocybe vert - Clitocybe odorant - Clitocybe odorans  Voir

Clitopile orcelle - Clitopile petite prune - Clitopilus prunulus  Voir

Cocon - Amanite des Césars - Amanita Caesarea  Voir

Coeur de sorcière - Clathre grillagé - Clathrus ruber  Voir 

41093414_p

Le coeur de sorcière (Clathre grillagé)

Collybie à chapeau strié - Collybie à larges lamelles - Collybia platyphilla  Voir

Collybie à odeur rance - Collybie butyracée - Collybia butyracea  Voir

Collybie du hêtre - Collybie mucide - Oudemansiella mucida  Voir

Collybie grasse - Collybie butyracée - Collybia butyracea  Voir

Collybie maculée - Collybie tachée - Collybia maculata  Voir

Collybie tachetée - Collybie tachée - Collybia maculata  Voir

Colombette - Lépiote pudique - Lepiota naucina  Voir

Colombette rouge - Russule émétique - Russula emetica  Voir

Colombine verte - Russule charbonnière - Russula cyanoxanthia  Voir

Coprin atramentaire - Coprin noir d’encre - Coprinus atramentarius Voir

Coprin bigarré - Coprin pie - Coprinus picaceus  Voir

Coprin encrier - Coprin noir d’encre - Coprinus atramentarius  Voir

Coprin goutte d’encre - Coprin noir d’encre - Coprinus atramentarius  Voir

Coprin noir et blanc - Coprin pie - Coprinus picaceus  Voir

Coprin strié - Coprin disséminé - Coprinus disseminatus  Voir

Coriole de couleurs variées - Tramète versicolore - Trametes versicolor  Voir

Corne d’abondance - Trompette des morts - Craterellus cornucopioïdes  Voir

Cornette - Helvelle à pied blanc - Helvella monachella  Voir

Cortinaire à bracelets - Cortinaire à colliers - Cortinarius collinitus  Voir 

Cortinaire couleur rocou - Cortinaire des montagnes - Cortinarius orellanus   Voir

Cortinaire de Berkeley - Cortinaire remarquable - Cortinarius praestans  Voir      

Cortinaire gluant - Cortinaire à colliers - Cortinarius collinitus   Voir

Cortinaire majestueux - Cortinaire remarquable - Cortinarius praestans  Voir

Cortinaire montagnard - Cortinaire des montagnes - Cortinarius orellanus   Voir

Cortinaire puant - Cortinaire à odeur de bouc - Cortinarius traganus   Voir

Cortinaire violacé - Cortinaire blanc-violet - Cortinarius alboviolaceus  Voir

Cortinaire visqueux - Cortinaire à colliers - Cortinarius collinitus   Voir

Coucoumelle - Amanite vaginée - Amanita vaginata  Voir

Couamelle - Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Coulemelle -Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Coulemelle blanche - Lépiote pudique - Lepiota naucina  Voir

Coulemelle raboteuse - Lépiote déguenillée - Macrolepiota rhacodes  Voir

Coulemelle rougissante - Lépiote déguenillée - Macrolepiota rhacodes  Voir

Couleuvrée - Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Couvrose - Pleurote en huître - Pleurotus ostreatus  Voir

Crapaudine soufré - Tricholome soufré - Tricholoma sulphureum  Voir

Craterelle - Trompette des morts - Craterellus cornucopioïdes  Voir

Crête de coq - Chanterelle commune - Cantharellus cibarius  Voir

Crête de coq - Sparassis crépu - Sparassis crispa  Voir

Cul vert - Russule verdoyante - Russula virescens  Voir

Cul rouge - Russule jolie - Russula lepida  Voir

D

Demoiselle - Lépiote élevée - Macrolepiota procera   Voir

Doigt de Satan - Xylaire polymorphe - Xylaria polymorpha  Voir

Doigt du mort - Xylaire polymorphe - Xylaria polymorpha  Voir

Xylaria_polymorpha5

Le doigt de Satan ou du mort (Xylaire polymorphe)

E

Entolome nitreux - Entolome à odeur de nitre - Entoloma nidorosum  Voir

Entolome perfide - Entolome livide - Entoloma lividum  Voir

Entolome de Printemps - Entolome en bouclier - Entoloma clypeatum  Voir

Entolome de Printemps - Entolome des haies - Entoloma sepium  Voir

Escumelle - Coprin chevelu - Coprinus comatus  Voir

Étoile des bois - Anthurus d’Archer - Anthurus Archeri  Voir 

F

Fausse chanterelle - Clitocybe orangé - Hygrophoropsis aurantiaca  Voir

Fausse girolle - Clitocybe orangé - Hygrophoropsis aurantiaca  Voir

Fausse golmote - Amanite panthère - Amanita pantherina  Voir

Fausse morille - Gyromitre comestible - Gyromitra esculenta  Voir

Fausse morille - Phallus impudique - Phallus impudicus  Voir 

Fausse oronge - Amanite tue-mouches - Amanita muscaria  Voir

Fausse panthère - Amanite épaisse - Amanita spissa  Voir

Faux griset - Tricholome tigré - Tricholoma pardinum  Voir

Faux meunier - Entolome livide - Entoloma lividum  Voir

Faux mousseron - Marasme d’oréade - Marasmius oreades  Voir

Faux petit gris - Tricholome tigré - Tricholoma pardinum  Voir

Flammule pénétrante - Pholiote pénétrante - Gymnopilus penetrans  Voir

Fistuline hépatique - Langue de bœuf - Fistulina hepatica  Voir

Foie de bœuf - Langue de bœuf - Fistulina hepatica  Voir

Langue_de_boeuf3

Le foie de boeuf (Langue de boeuf)

G

Galérine marginée - Galère marginée - Galerina marginata  Voir

Golmote - Amanite rougeâtre - Amanita rubescens  Voir

Golmote - Lépiote élevée - Macrolepiota procera Voir

Gomphide visqueux - Gomphide rutilant - Chroomgomphus rutilus  Voir

Goutte d'encre - Coprin chevelu - Coprinus comatus  Voir

Griset - Tricholome terreux - Tricholoma terreum  Voir

Grisotte - Lépiote élevée - Macrolepiota procera Voir

Gros clou rouge - Gomphide rutilant - Chroomgomphus rutilus  Voir

Guépinie fausse helvelle - Tremiscus helvelloides - Guépinie rousse  Voir

H

Hébélome à racine - Hébélome radicant - Hebeloma radicosum  Voir

Hébélome brûlant - Hébélome couleur moutarde - Hebeloma sinapizans  Voir

Hébélome moutarde - Hébélome couleur moutarde - Hebeloma sinapizans  Voir

Hébélome petit gâteau - Hébélome échaudé - Hebeloma crustuliformis  Voir

Hébélome pleureur - Hébélome échaudé - Hebeloma crustuliformis  Voir

Helvelle en gobelet - Pézize commune - Helvella acetabulum  Voir

Hydne réglisse - Hydne noir - Phellodon niger  Voir

Hydne sinué - Hydne pied de mouton - Hydnum repandum  Voir

Hydne Zan - Hydne noir - Phellodon niger  Voir

Hygrophore dormeur - Hygrophore de Mars - Hygrophorus marzuolus  Voir

Hygrophore noircissant - Hygrophore conique - Hygrocibe conica  Voir

Hygrophore prude - Hygrophore pudibond - Hygrophorus pudorinus  Voir

Hygrophore timide - Hygrophore pudibond - Hygrophorus pudorinus  Voir

Hypholome fasciculé - Hypholome en touffe - Hypholoma fasciculare  Voir

Hypholome larmoyant - Hypholome velouté - Hypholoma velutina  Voir

I

Indigotier - Bolet bleuissant - Gyroporus cyanescens  Voir

Bolet_bleuissant3

L'indigotier (Bolet bleuissant), jadis on s'en servait pour teindre des vêtements

Inocybe de Printemps - Inocybe de Patouillard - Inocybe Patouillardii  Voir

J

Jasseran - Amanite des Césars - Amanita Caesarea  Voir

Jaune d'œuf - Amanite des Césars - Amanita Caesarea  Voir

Jaunet - Entolome livide - Entoloma lividum  Voir

Jaunet - Tricholome équestre - Tricholoma equestre  Voir

Jaunette - Chanterelle commune - Cantharellus cibarius  Voir

Jaunotte - Chanterelle commune - Cantharellus cibarius  Voir

L

Laccaire améthyste - Clitocybe laqué - Laccaria laccata  Voir

Laccaire laqué - Clitocybe laqué - Laccaria laccata  Voir

Lacrimaire velouté - Hypholome velouté - Hypholoma velutina  Voir

Lactaire à lait gris - Lactaire vieillot - Lactarius vietus  Voir

Lactaire à lait rouge - Lactaire sanguin - Lactarius sanguifluus  Voir

Lactaire à toison - Lactaire toisonné - Lactarius torminosus  Voir

Lactaire aux coliques - Lactaire toisonné - Lactarius torminosus  Voir

Lactaire aux tranchées - Lactaire toisonné - Lactarius torminosus  Voir

Lactaire caustique - Lactaire à lait brûlant - Lactarius pyrogalus  Voir

Lactaire coco - Lactaire odorant - Lactarius glyciosmus  Voir

Lactaire couleur de plomb  - Lactaire plombé - Latarius plumbeus  Voir

Lactaire de Silésie - Lactaire poivré - Lactarius piperatus  Voir

Lactaire des charbonniers - Lactaire poivré - Lactarius piperatus  Voir

Lactaire des peupliers - Lactaire renversé - Lactarius controversus  Voir

Lactaire du noisetier - Lactaire à lait brûlant - Lactarius pyrogalus  Voir

Lactaire fané - Lactaire vieillot - Lactarius vietus  Voir

Lactaire gris de plomb - Lactaire plombé - Lactarius plumbeus  Voir

Lactaire lilas - Lactaire vieillot - Lactarius vietus  Voir

Lactaire orangé - Lactaire à lait abondant - Lactarius volemus  Voir

Lactaire parfumé - Lactaire odorant - Lactarius glyciosmus  Voir

Lactaire retourné - Lactaire renversé - Lactarius controversus  Voir

Lactaire vineux - Lactaire sanguin - Lactarius sanguifluus  Voir

Langue de bouc - Hydne pied de mouton - Hydnum repandum  Voir

Langue de carpe - Clitopile petite prune - Clitopilus prunulus  Voir

Langue de chat - Hydne pied de mouton - Hydnum repandum  Voir

Lanterne du Diable - Clathre grillagé - Clathrus ruber  Voir 

Lanterne grillagée - Clathre grillagé - Clathrus ruber  Voir 

Lentin anisé - Lentin tigré - Lentinus tigrinus  Voir

Lépiote blanche - Lépiote pudique - Lepiota naucina  Voir

Lépiote brune - Lépiote brunâtre - Lepiota helveola  Voir

Lépiote crépue - Lépiote à crête - Lepiota cristata  Voir

Lépiote crêtée - Lépiote à crête - Lepiota cristata  Voir

Lépiote puante - Lépiote à crête - Lepiota cristata  Voir

Lépiote raboteuse - Lépiote déguenillée - Macrolepiota rhacodes  Voir

Lépiote rougissante - Lépiote déguenillée - Macrolepiota rhacodes  Voir

Lièvrot - Polypore en ombelle - Dendropolyporus umbellatus  Voir

Polypore_en_ombelle14

Le lièvrot (Polypore en ombelle)

Lyophylle en touffes - Tricholome agrégé - Tricholoma aggregatum  Voir

M

Macaron de Printemps - Entolome en bouclier - Entoloma clypeatum  Voir

Marasme alliacé -Marasme à odeur d’ail - Marasmius alliaceus  Voir

Marasme montagnard - Marasme d’oréade - Marasmius oreades Voir

Massue d’Hercule - Clavaire en pilon - Clavariadelphus pistillaris  Voir

Menotte - Clavaire dorée - Ramaria aurea Voir

Menotte - Clavaire élégante - Ramaria formosa  Voir

Meunier - Clitopile petite prune - Clitopilis prunulus  Voir

Mitre d’évêque - Helvelle lacuneuse - Helvella lacunosa  Voir

Mitrophore hybride - Morillon - Mitrophora hybrida  Voir

Moricaude - Gyromitre comestible - Gyromitra esculenta  Voir

Morille bâtarde - Morillon - Mitrophora hybrida  Voir

Morille blanche - Phallus impudique - Phallus impudicus  Voir 

Morille blonde - Morille ronde - Morchella rotunda  Voir

Morille brune - Morille comestible - Morchella esculenta  Voir

Morille commune - Morille comestible - Morchella esculenta  Voir

Morille d’Automne - Helvelle crépue - Helvella crispa  Voir

Morille d’Automne - Sparassis crépu - Sparassis crispa  Voir

Morille du Diable - Phallus impudique - Phallus impudicus  Voir 

Phallus_impudique9

La morille du diable (Phallus impudique)

Morille élevée - Morille conique - Morchella conica  Voir

Morille fauve-  Morille ronde - Morchella rotunda  Voir

Morille grise - Morille comestible - Morchella esculenta  Voir

Morille jaune - Morille ronde - Morchella rotunda  Voir

Morille pointue - Morille conique - Morchella conica  Voir

Morille puante - Phallus impudique - Phallus impudicus  Voir 

Morille vraie - Morille ronde - Morchella rotunda  Voir

Morille vulgaire - Morille comestible - Morchella esculenta  Voir

Morvelous - Hygrophore limace - Hygrophorus latitabundus Voir

Morveux - Volvaire gluante - Volvariella gloïcephala  Voir

Mousseron à farine - Clitopile petite prune - Clitopilus prunulus  Voir

Mousseron blanc - Clitocybe géant - Leucopaxillus giganteus  Voir

Mousseron d’Automne - Marasme d’oréade - Marasmius oreades  Voir

Mousseron de Dieppe - Marasme d’oréade - Marasmius oreades  Voir

Mousseron de la St.Georges - Tricholome de la St.Georges - Tricholoma Georgii ou Gambosum  Voir

Mousseron de Printemps - Tricholome de St.Georges - Tricholoma Georgii ou Gambosum  Voir

Mousseron des haies - Entolome en bouclier - Entoloma clypeatum  Voir

Mucidule radicante - Collybie radicante - Xerula radicata  Voir

Mucidule visqueuse - Collybie mucide - Oudemansiella mucida  Voir

Museau de chat - Hygrophore limace - Hygrophorus latitabundus Voir

Mycène à beau pied - Mycène incliné - Mycena inclinata  Voir

Mycène à casque - Mycène en casque - Mycena galericulata   Voir 

Mycène en bonnet - Mycène en casque - Mycena galericulata   Voir

Mycène rose - Mycène pur - Mycena pura  Voir

N

Nez de chat - Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Noiret - Pleurote en huître - Pleurotus ostreatus  Voir

Nonnette - Helvelle à pied blanc - Helvella monachella   Voir

Nonnette pleureuse - Bolet granulé - Suillus granulatus  Voir

Nonnette voilée - Bolet nonnette voilée - Suillus luteus  Voir

Nouret - Pleurote en huître - Pleurotus ostreatus  Voir

Nymphe des montagnes - Marasme d’oréade - Marasmius oreades  Voir

O

Œuf du Diable - Phallus impudique - Phallus impudicus  Voir 

Oreille d’arbre - Oreille de Judas - Auricularia auricula-Judae  Voir

Oreille de chat - Helvelle crépue - Helvella crispa  Voir

Oreille de cochon - Pézize veinée - Disciotis venosa  Voir

Oreille de lapin - Guépinie rousse - Tremiscus helvelloïdes  Voir

Oreille de l’olivier - Clitocybe de l’olivier - Clitobe olearia ou Omphalotus olearius  Voir

Oreille de singe - Pézize veinée - Disciotis venosa  Voir

Oreille de veau - Guépinie rousse - Tremiscus helvelloïdes  Voir

Oreille du chardon - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Oreille du sureau - Oreille de Judas - Auricularia auricula-Judae  Voir

Oreille_de_Judas8

L'oreille du sureau (Oreille de Judas), d'après la légende Judas se serait pendu à un sureau

Oreillette - Pleurote en huître - Pleurotus ostreatus  Voir

Oreillette de Millau - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Oreillette de Saint André - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Oreillette des Causses - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Oreillette du chardon - Pleurote du panicaut - Pleurotus eryngii  Voir

Oronge, Oronge vraie - Amanite des Césars - Amanita Caesarea  Voir

Oronge blanche - Amanite ovoïde - Amanita ovoïdea  Voir

Oronge ciguë blanche - Amanite printanière - Amanita verna  Voir

Oronge ciguë citrine - Amanite citrine - Amanita citrina  Voir

Oronge ciguë verte - Amanite phalloïde - Amanita phalloïdes  Voir

Oronge verte - Amanite phalloïde - Amanita phalloïdes  Voir

Oronge vineuse - Amanite rougeâtre - Amanita rubescens  Voir

Oursin - Hydne pied de mouton - Hydnum repandum  Voir

P

Palombette - Russule verdoyante - Russula virescens  Voir

Palomet - Russule verdoyante - Russula virescens  Voir

Parasol - Coprin chevelu - Coprinus comatus  Voir

Parasol - Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Paxille à bords enroulés - Paxille enroulé - Paxillus involotus  Voir

Paxille à pied de velours - Paxille à pied noir - Paxillus atrotomentosus  Voir

Paxille gainé - Paxille à pied noir - Paxillus atrotomentosus  Voir

Paxille involuté - Paxille enroulé - Paxillus involutus  Voir

Petit gris - Clitocybe nébuleux - Clitocybe nebularis  Voir

Petit gris - Tricholome terreux - Tricholoma terreum  Voir

Petite religieuse - Helvelle à pied blanc - Helvella monachella  Voir

Pézize à odeur de chlore - Pézize veinée - Disciotis venosa  Voir

Pézize écarlate - Pézize coccinée - Sarcosypha coccinea  Voir

Pézize en coupe - Pézize commune - Helvella acetabulum  Voir

Pézize en gobelet - Pézize commune -Helvella acetabulum  Voir

Pézize vulgaire - Pézize commune - Helvella acetabulum  Voir

Pholiote aux chèvres - Pholiote ridée - Rozites caperata  Voir

Pholiote du peuplier - Pholiote destructrice - Phholiota destruens  Voir

Pholiote marginée - Galére marginée - Galerina marginata  Voir

Pholiote radicante - Hébélome radicant - Hebeloma radicosum  Voir

Pible gris - Bolet rude - Leccinum scaber  Voir 

Pivoulade - Armillaire couleur de miel - Armillaria mellea  Voir

Piboulade - Pholiote du peuplier - Agrocybe aegerita  Voir

Pied bleu - Tricholome pied bleu - Tricholoma nudum ou Lepista nuda ou Rhodopaxillus nudus  Voir

Pied de coq - Clavaire en chou-fleur - Ramaria bothrytis  Voir

Pied de mouton - Hydne pied de mouton - Hydnum repandum  Voir

Pied de rhubarbe - Gomphide glutineux - Gomphidius glutinosus  Voir

Pied lilas - Cortinaire blanc-violet - Cortinarius alboviolaceus  Voir

Pied violet - Tricholome sinistre - Tricholoma saevus  Voir

Pieuvre des bois - Anthurus d’Archer - Anthurus Archeri  Voir 

Anthurus

La pieuvre des bois (Anthurus d'Archer), il y a une ressemblance!

Pigné - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Pissacan bleu - Bolet bleuissant - Gyroporus cyanescens  Voir

Pisse-chien - Coprin chevelu - Coprinus comatus  Voir

Pivoulade - Armillaire couleur de miel - Armillarea mellea  Voir

Pivoulade - Pholiote du peuplier - Agrocybe aegerita  Voir

Pleurote de l’olivier - Clitocybe de l’olivier - Clitobe olearia ou Omphalotus olearius  Voir

Pleurote en coquille - Pleurote en huître - Pleurotus ostreatus  Voir

Pleurote rutilant - Tricholome rutilant - Tricholoma ou tricholomopsis rutilans  Voir

Poivrette - Lactaire poivré - Lactarius piperatus  Voir

Poivrou - Russule émétique - Russula emetica  Voir

Polonais - Armillaire couleur de miel - Armillaria mellea Voir

Polonais - Cèpe de Bordeaux - Boletus edulis  Voir

Polonais - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Polypore à feu - Polypore amadouvier - Fomes fomentaria  Voir

Polypore_amadouvier3

Polypore à feu (Polypore amadouvier), les artistes de Lascaux s'en servaient pour allumer leur feu!

Polypore des pharmacies - Polypore amadouvier -Fomes fomentaria  Voir

Polypore fidèle - Polypore en ombelle - Dendropolyporus umbellatus  Voir

Polypore jaune - Polypore soufré - Laetiporus sulphureus  Voir

Polypore sulfurin - Polypore soufré - Laetiporus sulphureus  Voir

Polypore versicolore - Tramète versicolore - Trametes versicolor  Voir

Potiron - Cèpe de Bordeaux - Boletus edulis  Voir

Potiron - Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Potiron - Psalliote champêtre - Agaricus campestris  Voir

Poule de bois - Pleurote en huître - Pleurotus ostreatus  Voir

Poule des bois - Polypore en ombelle - Dendropolyporus umbellatus  Voir

Poule du hêtre - Clavaire en chou-fleur - Ramaria bothrytis  Voir

Pratelle - Psalliote champêtre - Agaricus campestris  Voir

Pratelle - Psalliote des jachères - Agaricus arvensis  Voir

Psalliote à peau jaune - Psalliote jaunissante - Agaricus xanthodermus  Voir

Psalliote forestière - Psalliote des forêts - Agaricus silvaticus  Voir

Psalliote majestueuse - Psalliote auguste - Agaricus augustus  Voir

Psalliote rougissante - Psalliote des forêts - Agaricus silvaticus  Voir

Psathyrelle disséminée - Coprin disséminé - Coprinus disseminatus  Voir

Psathyrelle veloutée - Hypholome velouté - Hypholoma velutina  Voir

R

Ramaire dorée - Clavaire dorée - Ramaria aurea Voir

Ramaire élégante - Clavaire élégante - Ramaria formosa  Voir

Rosé - Psalliote des jachères - Agaricus arvensis  Voir

Rosé des bois - Psalliote des bois - Agaricus silvicola  Voir

Rosé des prés - Psalliote champêtre - Agaricus campestris  Voir

Rosé impérial - Psalliote auguste - Agaricus augustus  Voir

Roubillous - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Rougeaud - Cèpe des pins - Boletus pinophilus  Voir

Rougeaud - Lactaire sanguin - Lactarius anguifluus  Voir

lact_sang1

Le rougeaud (Lactaire sanguin), à la blessure il laisse écouler un latex rouge-sang

Rougeaud des pins - Gomphide rutilant - Chroogomphus rutilans  Voir

Rougeole à lait doux - Lactaire à lait abondant - Lactarius volemus  Voir

Rouget - Russule jolie - Russula lepida  Voir

Roussette - Lactaire renversé - Lactarius controversus  Voir

Roussille - Bolet roux - Leccinum aurantiacum  Voir

Roussotte - Chanterelle commune - Cantharellus cibarius  Voir

Roussotte - Lactaire renversé - Lactarius controversus  Voir

Rouzillon - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Royal - Amanite rougeâtre - Amanita rubescens  Voir

Rozite ridé - Pholiote ridée - Rozites caperata  Voir

Russule âcre - Russule couleur de sardoine - Russulia sardonia  Voir

Russule à pied rouge - Russule feuille morte - Russula xerampelina  Voir

Russule bleu et jaune - Russule charbonnière - Russula cyanoxantha  Voir

Russule caméléon - Russule jaune - Russula lutea  Voir

Russule cannelée - Russule fétide - Russula foetens  Voir

Russule de Printemps - Russule comestible - Russula vesca  Voir

Russule fruitée - Russule jaune - Russula lutea  Voir

Russule rouge-jaune - Russule dorée - Russula aurata  Voir

Russule sardoine - Russule couleur de sardoine - Russula sardonia  Voir

Russule verdâtre - Russule verdoyante - Russula virescens  Voir

Russule xérampéline - Russule feuille morte - Russula xerampelina  Voir

S

Safrané - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Saléro - Bolet granulé - Suillus granulatus  Voir

Saint Martin - Tricholome terreux - Tricholoma terreum  Voir

Tricholome_terreux10

Le saint Martin (Tricholome terreux), c'est le jour de sa fête (11 Novembre) qu'il abonde

Saint Michel - Lépiote élevée - Macrolepiota procera  Voir

Satyre du chien - Phallus du chien - Mutinus caninus  Voir 

Satyre puant - Phallus impudique - Phallus impudicus  Voir 

Scléroderme citron - Scléroderme vulgaire - Scleroderma aurantium ou citrinum  Voir

Scléroderme orangé - Scléroderme vulgaire - Scleroderma aurantium ou citrinum  Voir

Sorcier bleu - Bolet bleuissant - Gyroporus cyanescens  Voir

Souchette - Collybie à pied en fuseau - Collybia fusipes  Voir

Souquarel - Armillaire couleur de miel - Armillarea mellea  Voir

Sucette des pauvres - Clavaire en pilon - Clavariadelphus pistillaris  Voir

Clavaire_en_pilon7

La sucette des pauvres (Clavaire en pilon). Au début du XXème siècle dans l’Est de la France il faisait, en guise de friandise, le régal des enfants de familles très modestes après avoir été trempé dans de l’eau sucrée, d’où son nom de sucette des pauvres.

T

Tête de maure - Vesse de loup géante - Langermannia gigantea  Voir

Tête de méduse - Armillaire couleur de miel - Armillarea mellea  Voir

Tête de mort - Vesse de loup géante - Langermannia gigantea  Voir

Tête de moine - Clitocybe géotrope - Clitocybe geotropa  Voir

Tête de nègre - Cèpe bronzé - Boletus aereus  Voir

Tout bleu - Tricholome pied bleu - Tricholoma nudum ou Lepista nuda ou Rhodopaxillus nudus  Voir

Trémolette - Bolet rude - Leccinum scaber  Voir

Tricholome aux sangliers - Tricholome colombette - Tricholoma columbetta  Voir

Tricholome couleur de terre - Tricholome terreux - Tricholoma terreum  Voir

Tricholome des enfers - Tricholome soufré - Tricholoma sulphureum  Voir

Tricholome léopard - Tricholome tigré - Tricholoma pardinum  Voir

Tricholome des oies - Tricholome sinistre - Tricholoma saevus  Voir

Tricholome en touffes - Tricholome agrégé - Tricholoma aggregatum  Voir

Tricholome nu - Tricholome pied bleu - Tricholoma nudum ou Lepista nuda ou Rhodopaxillus nudus  Voir

Tricholome vert-jaune - Tricholome équestre - Tricholoma equestre  Voir

Trompette de la mort - Trompette des morts - Craterellus cornucopioïdes  Voir

Trompette des Maures - Trompettes des morts - Craterellus cornucopioïdes  Voir

V

Vache - Lactaire à lait abondant - Lactarius volemus  Voir

Vache blanche - Lactaire poivré - Lactarius piperatus  Voir

Vache rouge - Lactaire délicieux - Lactarius deliciosus  Voir

Vachette - Lactaire à lait abondant - Lactarius volemus  Voir

Vachotte - Lactaire à lait abondant - Lactarius volemus  Voir

Vedeuf - Hygrophore limace - Hygrophorus latitabundus Voir

Vélo - Lactaire à lait abondant - Lactarius volemus  Voir

Lactaire___lait_abondant3

Le vélo (Lactaire à lait abondant), l'énigme: pourquoi vélo??

Verdet - Russule verdoyante - Russula virescens  Voir

Verdoyant - Tricholome prétentieux - Tricholoma portentosum  Voir

Viau - Lactaire à lait abondant - Lactarius volemus  Voir

Vinassier - Hygrophore russule - Hygrophorus russula  Voir

Volvaire remarquable - Volvaire gluante - Volvariella gloïcephala  Voir

Vrai mousseron  - Tricholome de la St.Georges - Tricholoma Georgii ou Gambosum  Voir

 

Si vous aussi vous usez de noms typiquement locaux ou régionaux pour certains champignons faîtes-le moi savoir, ils seront rajoutés à cette longue liste. Merci Jean-Mi 

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 19:15 - - Permalien [#]

12 décembre 2016

LA REGION ET SES CHAMPIGNONS

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 La Région et ses Champignons

0002027E

CLERMONT-L'HERAULT 34800

ET SES ENVIRONS

carte

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Clermont-L'Hérault vu du Château

DSC00045

DSC00040

Le Château au lever du jour

DSC00013

DSC00003

Le Lac du Salagou et mon chien E.T.

DSC00021

DSC00025

Le cirque de Mourèze

Mour_ze

CHAMPIGNONS COMESTIBLES

A CLERMONT ET SES ENVIRONS

1Morille_ronde12 2 Chanterelle_commune11

3 Hydne 4 Pholiote_du_peuplier14

5 Lactaire_d_licieux2 6 Tricholome_terreux4

7 Bordeaux5 8 C_pe_bronz_0

Cliquez sur les photos pour les agrandir

1 Morille ronde - 2 Chanterelle commune - 3 Pied de mouton

4 Pholiote du peuplier - 5 Lactaire délicieux - 6 Tricholome terreux

7 Cèpe de Bordeaux - 8 Cèpe bronzé

 Les Grands Causses et le Massif de l'Aigoual.

Les Grands Causses sont au nombre de 4: Le Larzac - Le Noir - Le Méjean - Le Sauveterre. Ce sont de vastes plateaux calcaires d'une altitude de 700 à 1250 m, nos "Sorties Champignons" se limitent aux 2 premiers ainsi qu'au  Massif de l'Aigoual car à une distance max. de 100 km. de Clermont-L'Hérault.

Ces Causses sont séparés par de profonds canyons qui nous offrent des paysages époustouflants: Gorges du Tarn, de la Jonte, de la Dourbie. Des chaos dolomitiques font également partie du paysage: Montpellier-le-Vieux, Roquesaltes ( vu à la télé pour la pub Lou Pérac) et n'oublions pas l'impressionnant Cirque de Navacelles, l'Aven Armand, la Grotte de Dargilan, l'Abîme de Bramabiau, le Mont Aigoual (1567 m) avec son super Musée de la météo, les Cités Templières du Larzac et l'incontournable Viaduc de Millau!

Quel plaisir de cueillir des Champignons dans ces paysages féeriques.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Dourbie__Cantobre

Les Gorges du Trévezel- le village de Cantobre

Couvertoirade

La Cité Templière de La Couvertoirade (Larzac)

Aigoual

L'Observatoire du Mont Aigoual

Montpellier_le_vieux

Le Chaos de Montpellier-le-Vieux (Causse Noir)

Tarn

 

Les Gorges du Tarn

Viaduc

Le Viaduc de Millau

cirque_navacelle

Le cirque de Navacelles

Jonte_vautour

Les Gorges de la Jonte: le rocher du vase de Sèvres avec un vautour fauve se dégourdissant les ailes!!(cliquez sur la photo)

DSC00007

Le Prieuré de St.Jean de Balme (Causse Noir)

Bramabiau1

L'Abîme de Bramabiau: la résurgence de la rivière Bonheur

CHAMPIGNONS COMESTIBLES

SUR LES GRANDS CAUSSES.

1 lact_sang1 2 DSC00006

3 Arvensis 4 Pleurote_du_panicaut5

5 Nonnette_voil_e3 6 Bolet_granul_9

7 Tricholome_pied_bleu9 8 Tricholome_St_Georges

Cliquez sur les photos pour les agrandir

1 Lactaire sanguin - 2 Lépiote élevée - 3 Psalliote (ou Agaric) des jachères

4 Pleurote du panicaut - 5 Bolet nonnette voilée - 6 Bolet granulé

7 Tricholome pied-bleu - 8 Tricholome de la St. Georges

 

 

interrogation_13 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

Vous avez des questions? Posez-les sur "COMMENTAIRES" en fin d'article ou

 

  par Mail sur "CONTACTER L'AUTEUR"

 

 

 

Posté par boletus34 à 16:50 - - Permalien [#]
Tags :

12 septembre 2016

COMMENT SE REPRODUISENT-ILS?

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

Les champignons se reproduisent par des semences invisibles à l'œil nu: les Spores.La dimension de ces spores est, selon les espèces, de 3 à 25 millièmes de millimètre (µm). Afin de pouvoir les voir sans l’aide d’un microscope il est nécessaire d’en réunir une quantité importante (une sporée) de la façon suivante: on fait un trou dans une feuille de papier, de préférence assez rigide, de façon à ce que le pied y pénètre entièrement, le chapeau s’appliquant horizontalement sur la feuille; on place le tout sur un verre dans lequel on aura mis un peu d’eau, mais suffisamment pour que le bout du pied baigne dans le liquide. On constatera au bout d’une douzaine d’heures, après avoir enlevé le champignon avec précaution, que les spores se sont déposées en masse sur le papier et en reproduisant fidèlement le tracé des lamelles. Afin de mieux pouvoir apprécier cette expérience il est conseillé d’utiliser du papier de couleur pour les champignons à lamelles blanches, et du papier blanc pour les champignons à lamelles colorées.


Une sporée de champignons de Paris

Ces spores se trouvent pour la majorité des champignons supérieurs sous le chapeau, dans la partie fertile: l’Hyménium. Cet hyménium est formé de lamelles chez les Agaricales (Amanites, Psalliotes, Clitocybes, Coprins, Cortinaires, Entolomes, Lactaires, Lépiotes, Pholiotes, Pleurotes, Russules, Tricholomes, etc.),

Hyménium à lamelles ex.: Lactaire délicieux

- de tubes ou foin chez les Bolets (Cèpes) et les Polypores,

Hyménium à tubes ex.: Cèpe de Bordeaux

- d’aiguillons chez les Hydnes(Pieds de mouton).

Hyménium à aiguillons ex.: Pied de mouton

 - Chez les Cantharellales il est formé de plis ou de rides (Girolles ou Chanterelles), il peut même être lisse (Trompettes des Morts).

 Hyménium à plis ex.: Chanterelle commune

Craterellus_cornucopioides(tfl-c3622-13)

Hyménium lisse chez la Trompette des morts

A maturité le champignon éjecte ses spores qui, lorsqu’elles germent, forment un mycélium primaire qui va s’étendre et cheminer dans le sol. Mais pour qu’il y ait fructification il devra rencontrer un autre mycélium de polarité opposée (chez les champignons on ne parle plus de sexe féminin ou masculin mais de polarité positive et négative). Ensemble ils formeront un mycélium secondaire qui donnera naissance à d’autres champignons (carpophores ou sporophores) si toutes les conditions, surtout atmosphériques, sont réunies. Parfois un mycélium peut se mettre au repos plusieurs mois, voire plusieurs années (froid, sécheresse), puis reprendre sa croissance.

Chez les champignons supérieurs les spores se forment de manières différentes:

- chez lesAscomycètes elles se forment dans une cellule mère: l’asque généralement de forme allongée, plus rarement sphérique (chez les truffes). Les spores, au nombre de huit, effectuent toute leur croissance à l’intérieur de l’asque, puis à maturité sont projetées avec violence à l’extérieur par l’ouverture de cette dernière. Les Morilles, les Pézizes, les Truffes, les Helvelles, les Gyromitres, etc.. sont des Ascomycètes.

- chez les Basidiomycètes les spores se forment et se développent à l’extérieur d’une cellule mère en forme de massue: la Baside, à l’extrémité de petites cornes creuses, les Stérigmates. Chez les Basidiomycètes (Agaricales, Bolétales, Cantharellales, Hydnes, etc) l’emplacement des spores, sous le chapeau, obligent ces derniers à décrire une courbe au moment de l'expulsion afin de pouvoir les projeter le plus loin possible. En effet, si les spores étaient produites pour germer sur place le sol serait vite épuisé à cet endroit, le champignon fait donc appel à certains mécanismes de dispersion.

Les spores expulsées sont ensuite disséminées par le vent, l’eau, les insectes, les animaux et même l’Homme. Les uns dispersant les spores accrochées à leurs pattes et leurs ailes, les autres les véhiculant dans leur pelage ou plumage. Chez l’Homme les vêtements des chasseurs, des chercheurs de champignons, des promeneurs, sont d’excellents moyens de dissémination, de même d’ailleurs que le panier en osier qui devrait servir à la cueillette des champignons et qui permet aux spores de s’échapper, ce qui n’est pas le cas de la poche plastique.

Certains champignons rencontrent de graves problèmes pour se débarrasser de leurs spores, c’est le cas du Phallus Impudique (et des Phallales en général) car recouvert une épaisse substance gélatineuse qui l’empêche de les expulser. En dégageant une horrible odeur de cadavres en décomposition et de choux pourris il attire les mouches qui se posant sur lui, repartent ensuite les pattes chargées de spores. Que ne faut-il déployer d’ingéniosité pour survivre!

Superbe film sur l'expulsion des spores >> https://www.youtube.com/watch?v=Mrphn1zOWaE

 

 Le Phallus impudique et ses "dissémineuses" de spores

La longévité des spores de certaines espèces est souvent étonnante. Les spores d’Aspergillus glaucus, celui-même qui fait moisir nos confitures, peuvent germer plus de 25 ans après leur formation. Des essais réalisés en Angleterre au Royal Botanic Garden de Kew avec des spores de Schizophyllum commune, (un champignon qui croît sur du bois mort), séchées et mises en tube en 1909 ont pu être remis en culture en 1962 soit 53 ans plus tard.

Schizophyllum commune

Cette longévité associée à leur aptitude à résister dans des milieux fatals à tout autre organisme >> plus de 3 jours dans de l’hydrogène liquide (-252,87°C ) ou encore plus de 20 jours dans l’air liquide à - 190°C, a fait dire à certains savants (dont Henri Becquerel 1852-1908) que la Vie était peut-être apparue sur notre Terre, grâce à des spores de moisissures venues “d’ailleurs” et transportées à travers l’espace par des météorites (théorie de la Panspermie). De plus si la Terre devait se refroidir et que l’atmosphère se liquéfiait, comme ce fut le cas sur d’autres planètes de notre système solaire (Jupiter, Neptune, Pluton et Uranus), seules des spores pourraient survivre et attendre que les conditions soient à nouveau favorables à leur redéveloppement. Chaque champignon produit et laisse échapper des millions de spores et certains des milliards, dont heureusement une infime partie seulement germera, car si elles germaient toutes il n’y aurait plus de place pour nous sur cette Terre.

 

Un champignon de Paris produit environ 15 à 18 milliards de spores en 24 heures, certains Polypores, pendant une saison de 6 mois, en produisent des milliers de milliards. Mais le record de production devrait appartenir à la Vesse de Loup Géante avec un total effarant de 20 000 milliards de spores.

Vesse de loup géante

 

La couleur des spores peut également être un élément, entre autres, permettant l’identification des champignons. La sporée (voir début de cet article) permet de voir la couleur des spores du champignon à examiner.

 

Principaux champignons dont l’hyménium est formé de lamelles (Agaricales):

 

- Spores blanches: Amanites, Armillaires, Chanterelles, Clitocybes, Collybies, Hygrophores, Lépiotes, Marasmes, Mycènes, Pleurotes, Tricholomes.

 

- Spores roses: Clitopiles, Entolomes, Plutées, Rhodopaxilles, Volvaires.

 

- Spores ocracées: Cortinaires, Hébélomes, Inocybes, Pholiotes.

 

- Spores brun-noir: Coprins, Gomphides, Hypholomes, Psalliotes, Strophaires.

Pour les Cèpes elles sont jaune-brunâtre parfois nuancées d'olivâtre (Cèpe de Bordeaux).

Pour les Bolets elles sont brun-olivâtre, brunâtres, jaunâtres, ou encore rosâtres (Bolet amer).

 

Chez d’autres grandes familles la couleur des spores peur varier selon les individus: blanches à crème chez les Lactaires; crème, ocracées ou jaunâtres chez les Russules etc. Elles ont également des formes et des dimensions caractéristiques propres à chaque espèce.

 

 

Spores d'un champignon de Paris - Psalliota bispora

Ce n'est qu'au début du XVIIIème siècle, grâce à l'invention du microscope par l’anglais Robert Hooke et le hollandais Zacharias Janssen, que le mycologue italien Pier Antonio Michelli peut démontrer que les champignons se reproduisent par des spores invisibles à l’œil nu et non par génération spontanée comme on le croyait à l'époque. (La mycologie à travers les siècles)

Amitiés Jean-Mi

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 17:01 - - Permalien [#]

13 mai 2016

COMMENT SE NOURRISSENT-ILS?

 Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

Ils se nourrissent de matières organiques, d’eau et d’air. Contrairement aux végétaux chlorophylliens qui synthétisent eux mêmes leur propre matière organique (autotrophie) grâce à la photosynthèse, les champignons étant dépourvus de chlorophylle ne peuvent élaborer eux même de matières carbonées. Dans l’impossibilité de synthétiser leur propre matière organique (hétérotrophie), ils doivent donc la trouver dans leur environnement et se nourrir de produits synthétisés par d’autres organismes qu’ils absorbent (absorptrophie) à travers la paroi de leur appareil végétatif : le mycélium. Pour trouver le carbone nécessaire à leur existence ils ont développé 3 modes de vie:

1) Le parasitisme: ils se nourrissent aux dépens d’un organisme vivant, en exploitant et détournant ses éléments vitaux pour leur propre compte, qu’ils s’agissent de végétaux, d’animaux dont l’Homme, voire même d’autres champignons. Souvent ils engendrent des maladies (ils sont pathogènes) qui peuvent entrainer la mort de leur hôte. Ils se prennent de 2 manières pour parasiter:

a) La manière forte et agressive: ils s’attaquent aux tissus vivants de leurs victimes qu’ils font dépérir et parfois périr. Dans l’immense majorité de ces actes de piraterie ce sont des champignons microscopiques unicellulaires, dits “inférieurs”, les Micromycètes, qui sont responsables de ces parasitages agressifs (moisissures, mildious, mycoses, teignes, anthracnoses, muguet, etc.), mais certains champignons dits “supérieurs”, lesMacromycètes, participent également à ce genre d’assassinat (ex.: Polypores).

 Polypore soufré6

Polypore soufré

b) La manière douce: très souvent les champignons ne peuvent se développer que sur des végétaux déjà affaiblis, blessés (écorce arrachée, branches coupées ou cassées, etc.) ou attaqués par des insectes ou encore, et cela de plus en plus, victimes de la pollution.

 Polypore du bouleau12

Polypore du bouleau

2) Le Saprophytisme: ils exploitent la matière organique morte ou en voie de décomposition: feuilles mortes, aiguilles, branches mortes, souches, tous les débris végétaux ou animaux, excréments, déchets en tout genre, etc. Sans eux la Terre serait un immense dépotoir, ils sont très utiles, de plus ils rendent au sol toutes sortes de composés et remettent en circulation des éléments essentiels (azote, carbone, phosphore, etc.), et à nouveau assimilables par d’autres organismes animaux ou végétaux. Ils se révèlent ainsi indispensables à l’équilibre du milieu naturel.

Parmi les saprophytes on rencontre d’excellents comestibles, le plus connu est certainement le champignon de Paris, mais certains autres comme les Coprins, les Psalliotes (Rosés des prés et des bois), les Morilles, les Lépiotes, entre autres, en font également partie. Certains champignons parasites se comportent également en saprophytes, c’est le cas des Armillaires qui parasitent un arbre et après l’avoir fait périr continuent à vivre à ses dépens. Ces champignons sont dits “facultatifs”. C’est parmi les saprophytes et les parasites que se trouve, pour le moment, l’immense majorité des espèces cultivables.

Psalliote champêtre3

Psalliote (ou Agaric) champêtre

Coprins Gil

Coprin chevelu

Armimmaire couleur de miel3

Armillaire couleur de miel

3) La Symbiose: est une étroite collaboration entre les champignons et les végétaux avec des avantages pour les 2 parties. Elle permet d’établir des échanges nutritifs au bénéfice des 2 partenaires: en échange du carbone fourni par la plante-hôte (sous forme de glucose, saccharose et de fructose), le champignon rend à son “ami” des services souvent indispensables à sa croissance et parfois même à sa survie. Ces associations contractées par les racines des végétaux avec certains champignons du sol sont appelées Mycorhizes (du grec: mûkes = champignon et rhiza = racine). On distingue plusieurs types de mycorhizes dont:

- les Endomycorhizes (du grec: endon = au dedans) : ce sont les plus fréquentes et elles concernent plus des 3/4 des espèces végétales. Elles se caractérisent par l’absence de manteau fongique autour des racines. Elles sont engendrées par des champignons dits “inférieurs” de la famille des Zygomycètes.

- les Ectomycorhizes (du grec ektos = au dehors): caractérisées par les filaments mycéliens (hyphes) qui sont reliés étroitement aux racines de la plante-hôte et tissent ainsi un manchon fongique par lequel se font -les échanges de nourriture. Les arbres qui dépendent de cette ectomycorhize ne représentent guère plus de 3% des végétaux, mais ils sont cependant les essences dominantes des forêts.

Les champignons que nous rencontrons dans cette symbiose sont dits “supérieurs”: des Basidiomycètes (ex. Bolets, Russules, Amanites, Lactaires, Cortinaires, Chanterelles, etc.) et des Ascomycètes (ex.: Truffes). Les plantes sont limitées dans leur croissance par l'incapacité à optimiser le prélèvement, par leurs racines, d’eau et de minéraux peu mobiles du sol (phosphore, azote, phosphate, etc..) et c’est là que les champignons entrent en scène grâce au mycélium qui transporte l’eau et les minéraux vitaux vers les racines. Ils assurent ainsi un approvisionnement normal du système racinaire. La plante profite ainsi du réseau mycélien du champignon plus vaste que toutes ses racines réunies.

De plus la protection de la plante-hôte est assurée par la faculté qu’ont de très nombreux champignons à produire des substances antibiotiques, créant des barrières difficiles à franchir pour les micro-organismes pathogènes. Ce sont également d’excellents dépollueurs des sols, grâce à leur capacité d’immobiliser et d’absorber les métaux lourds. De récentes recherches ont permis de démontrer qu’il existait un processus de reconnaissance plante-hôte et champignon.

Il n’est pas rare qu’un arbre soit associé à plusieurs espèces de champignons, mais certains de ces derniers ont souvent une préférence pour un type d’arbre: le Cèpe bronzé (Boletus Aereus), la Truffe noire du Périgord (Tuber Melanosporum) sont souvent associés aux chênes, l’Amanite Tue-Mouches (Amanita Muscaria) aux pins et au bouleaux, etc...

Le Bolet Élégant (Suillus Elegans syn. Suillus Grevillei), quant à lui, croît exclusivement au pied du mélèze. Ces symbioses sont très recherchées par les forestiers, car en mycorhizant les racines des jeunes plants on leur donne une chance supplémentaire de survie et on peut planter dans des zones peu favorables.

Bolet élégant1

Bolet élégant

Il existe d’autres symbioses dont certaines sont plus qu’étonnantes >> VOIR

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 17:55 - - Permalien [#]
Tags : , ,

26 avril 2016

TCHERNOBYL 30 ANS PLUS TARD

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

26/04/1986 >> 26/04/2016

Trente ans après, le Cesium-137 relâché par le nuage radioactif issu de la catastrophe de Tchernobyl imprègne toujours arbres, sols, plantes et animaux du territoire français.

Le panache radioactif en provenance de Tchernobyl a dissémine des éléments radioactifs sur la plupart des pays d’Europe. En France, il a provoqué des dépôts dans des zones localisées de l’est de la France à des niveaux encore détectables en 2016.

Entre le 26 avril 1986 et la mi-mai 1986, le panache radioactif en provenance de la centrale de Tchernobyl dissémine des éléments radioactifs tels que l’iode 131, le césium 134 et le césium 137 sur la plupart des pays d’Europe,

IRSN-Tchernobyl-2016_Europe-depots-cesium_201604

et sur la France.

 

tchernobyl-schema-depots-france

 

En 2013 et en 2014, l’activité radiologique des produits agricoles est toutefois 10 à 30 fois plus faible qu’en 1987, et 1000 à 10 000 fois plus  faible qu’immédiatement après les dépôts de mai 1986. Elle diminue désormais lentement au cours du temps.

 

IRSN-Tchernobyl-2016_Remanence-France_201604

 

En 2015, un habitant des zones les plus touchées de l’Est de la France recevra une dose moyenne de 37 microsieverts par an (µSv/an) contre 5,4 µSv/an pour une personne résidant ailleurs en France. Ces doses sont principalement dues à l’exposition externe au rayonnement émis par le césium présent dans les sols. La contribution de l’incorporation de césium via l’ingestion de denrées est en moyenne beaucoup plus faible, inférieure à 1 µSv/an. Elle peut toutefois devenir non-négligeable pour les personnes consommant beaucoup de champignons et de gibier issues des zones les plus touchées : de l’ordre de 80 µSv/an pour un consommateur régulier et potentiellement jusqu’à 570 µSv/an pour un gros consommateur (deux repas copieux par semaine basé sur ces denrées sauvages).

Lors de prélèvements récents par l'ACRO dans l'Ouest de la France (zone peu touchée par le nuage de 1986) les champignons n’ont pas déçu ! 52 échantillons sur 64 se sont révélés contaminés. Un champignon toxique, l’Hébélome brûlant a même explosé les compteurs avec 4890 becquerels par kilo de poids sec. Cinq champignons en provenance d’Europe de l’est et vendus dans le commerce ont également été analysés. Tous contenaient du césium mais aucun ne dépassait les seuils réglementaires de commercialisation. Enfin, 6 produits alimentaires ont été positifs sur 42 échantillons. Il s’agit de viande sanglier et d’écrevisses, deux animaux qui sont en contact intime avec les sols et les sédiments. Les légumes, fruits, produits laitiers, miel et plantes aromatiques se sont avérés indemnes de toute contamination.

Tchernobyl, ce n’est donc pas fini. Les traces de la catastrophe sont encore bien présentes. Si les risques sanitaires sont désormais peu importants, l’environnement reste marqué par l’évènement. Néanmoins modérez vos consommations de champignons et de gibier.

Sources: I.R.SN. Institut de radioprotection et de sureté nucléaire - Science et avenir

 

TCHERNOBYL 25 ANS APRES

Tchernobyl_1

Après l'explosion du réacteur n°4 de cette centrale nucléaire le 26 Avril 1986, située dans l'actuelle Ukraine, des tonnes de produits radioactifs furent projetés dans l'atmosphère en formant un nuage toxique qui se promena au gré des vents au-dessus de l'Europe.

Cet accident fut classé au niveau 7 sur l'échelle internationale des événements nucléaires (I.N.E.S.), tout comme celui de Fukushima du 12 Mars 2011 (classé le 12 Avril 2011).

25 ans après, les traces de Tchernobyl sont toujours présentes dans les Champignons, même en France. Après la catastrophe la norme de 600 becquerel/kilo. fut fixée par l'Europe en ce qui concerne les Champignons qui sont de gros accumulateurs de radio-éléments et de césium 137 en particulier.

Le Bolet bai, l'Hydne pied de mouton ainsi qu'un grand nombre d'espèces ne font pas la différence entre les minéraux qui leur sont nécessaires et le Césium 137 qu'ils accumulent à très forte dose. Ce qui est fort étonnant, d'ailleurs, vu que le Césium 137 n'existe pas dans la nature et sa présence et toujours lié à une contamination nucléaire. Il faut 30 ans pour que le césium 137 perde la moitié de sa radioactivité, à ce jour il en a perdu environ 40% et il faudra près de 3 siècles pour qu'il disparaisse totalement. 

Césium 137 et chaîne alimentaire

Le césium-137 est la principale source de contamination de la chaîne alimentaire due aux essais nucléaires, à l'accident de Tchernobyl, de Fukushima et à tous ceux que l'on nous a caché. Peu mobile, il s'enfonce lentement dans le sol. La contamination se fait d'abord par les feuilles, puis les racines. Ce sont aujourd'hui les champignons - à cause du mycélium - et le gibier qui sont les plus contaminés. Cette contamination est très variable : de 15 à 5000 Bq/kg pour les champignons et jusqu'à 5000 Bq/kg pour le gibier.

Dans le Nord et l'Est de l'Europe certains Champignons dépassent le seuil des 600 Bq/kg tolérés mais également en France (Vosges, Mercantour et surtout Corse), en Suisse, en Autriche et en Allemagne. 

Sensibilité de certains Champignons comestibles au césium 137

 

Très sensibles

Moyennement sensibles

Peu sensibles

- Bolet bai Boletus badius

- Bolet des bouviers Suillus bovinus

- Bolet à chair jaune Boletus chrysenteron

- Bolet granulé Suillus granulatus

- Bolet tacheté Suillus variegatus

- Clitocybe laqué Laccaria laccata

- Hydne pied de mouton Hydnum repandum

- Pholiote ridée Rozites caperata

 

- Girolle ou Chanterelle Cantharellus cibarius

- Chanterelle en entonnoir Cantharellus tubaeformis

- Chanterelle jaunâtre Cantharellus lutescens

- Lactaire délicieux Lactarius deliciosus

- Lactaire sanguin Lactarius sanguifluus

- Russule charbonnière Russula cyanoxantha

- Tricholome pied bleu Rhodopaxillus nudus

- Psalliote (ou Agaric) champêtre Agaricus campestris

- Psalliote (ou Agaric) des jachèresAgaricus arvensis

- Psalliote (ou Agaric) des forêts Agaricus silvaticus

- Armillaire couleur de miel Armillaria mellea

- Bolet à pied rouge Boletus erythropus

- Bolet roux Leccinum aurantiacum

- Cèpe bronzé Boletus aereus

- Cèpe de Bordeaux Boletus edulis

- Cèpe des pins Boletus pinophilus

- Lépiote élevée Lepiota procera

- Lépiote déguenillée Lepiota rhacodes

- Mousseron de la St. Georges Lyophyllum georgii

- Morille conique Morchella conica

- Morille ronde Morchella rotunda

- Morille comestible Morchella esculenta

- Vesse de loup perlée Lycoperdon perlatum

 

 

L'avenir?

Avec leur facilité d'accumulation du césium 137 peut-être que nos chers Champignons seront les dépollueurs naturels de demain! Et ils ne sont pas prêts d'être au chômage:

Three_Mile_Island

Accident de Three Mile Island (USA) 28/3/1978

Fukushima_Explosion

Fukushima 12/3/2011 suite au tsunami de la veille

Et en France?

Tout va très bien Madame la Marquise, ne cesse-t-on de nous bassiner, alors qu'en 2010 en France, il y eut 1107 incidents dans nos centrales dont 141 furent classés au niveau 1 de l'échelle I.N.E.S et 3 au niveau 2. La majorité de ces incidents ont pour origine l'erreur humaine.

Et quand la nature s'en mêle on frôle la catastrophe majeure, ce qui fut le cas lors de la "Tempête du siècle" du 27 et 28 Décembre 1999 qui inonda la centrale nucléaire de Bordeaux-Blayais.

Blayais

La centrale du Blayais 28/12/1999

Blayiais_la_digue

L'état d'une des digues 1 mois après la tempête

Grosses craintes également pour cette centrale lors des tempêtes Klaus et Xynthia du 24/1/2009 et du 28/2/2010. Vu son emplacement cette centrale est certainement, avec Fessenheim, la plus dangereuse de France. Certains l'appellent déjà "Tchernoblayais". 

centrale_nucleaire_fessenheim

La centrale de Fessenheim (Haut Rhin).

La centrale de Fessenheim, la plus ancienne de France en exploitation, est construite dans la zone sismique du Fossé rhénan au bord du Grand Canal d'Alsace et cerise sur le gâteau, à 8 mètres en contrebas du niveau de ce dernier.

Que se passera-t-il lorsqu'un séisme détruira les digues et autres écluses du Grand Canal d'Alsace et que l'eau envahira la centrale située en contre-bas? Pessimiste? oui je le suis, car le dernier tremblement de terre ,d'une magnétude de 4,7, dans cette région date de Juillet 1980 et eut lieu à Sierentz (Ht.Rhin) à une trentaine de kilomètres de Fessenheim. 

Notre ministre de l'Ecologie, Madame N K-M, lors d'une prestation télévisée suite à la catastrophe de Fukushima se voulut rassurante en nous annonçant que Fessenheim pouvait résister à un séisme d'une magnétude de 6,7. Mais qu'en est-il des digues et écluses de Grand Canal d'Alsace dont la construction est antérieure?

Pourquoi une magnétude de 6,7? car selon N K-M le plus important séisme de la région, d'une magnétude de 6,2, eut lieu à Bâle (Suisse) à une quarantaine de kilomètres de Fessenheim et que l'on avait pris une marge de sécurité. Mais ce que N M-K ne nous a pas dit, peut-être ne le savait-elle pas, est que le séisme qui détruisit totalement la ville de Bâle eut lieu le 18 Octobre 1356 et que les estimations de l'amplitude ne sont qu'approximatives: 6,2 pour la France (cela nous arrange bien) et entre 6,7 et 6,9 (là il y a danger) pour la Suisse et l'Allemagne.

Pour sensibiliser les fumeurs (dont je suis) aux dangers du tabac on "décore" dorénavant les paquets de cigarettes de photographies très suggestives, pourquoi ne fait-on pas de même avec nos factures d'électricité? Car nous sommes tous consommateurs d'électricité. Messieurs les décideurs je tiens une photo et sa légende à votre disposition.

Copie_de_nuclear_7

"Nés en Ukraine après la catastrophe de Tchernobyl"

Jean-Mi

 

volcan_nucleaire  

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

 

 

 

 

                       

                     

 

 

 

 

 

 

Posté par boletus34 à 10:30 - - Permalien [#]

17 juillet 2015

LATIN >>> FRANCAIS

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition 

 

interrogation_13

 Nom Latin >>> Nom Francais

en rouge les espèces vénéneuses, à rejeter, ou inconsommables

A

Acetabula vulgaris Pézize commune  Voir

Agaricus arvensis Psalliote des jachères  Voir

Agaricus augustus Psalliote auguste   Voir 

Agaricus campestris Psalliote champêtre   Voir

Agaricus silvaticus Psalliote des forêts   Voir

Agaricus silvicola Psalliote des bois   Voir 

Agaricus xanthoderma Psalliote jaunissante  Voir

Agrocybe aegerita Pholiote du peuplier  Voir   

Agrocybe praecox Pholiote précoce  Voir 

Albatrellus ovinus Polypore des brebis  Voir

Albatrellus pes-caprae Polypore pied de chèvre  Voir

Aleuria aurantia Pézize orangée  Voir 

Amanita Caesarea Amanite des Césars

"L'Empereur" des champignons

C_sar2

Voir l'Amanite des Césars

Amanita citrina Amanite citrine  Voir

Amanita gemmata Amanite jonquille  Voir

Amanita junquillea Amanite jonquille  Voir

Amanita muscaria Amanite tue-mouches  Voir

Amanita ovoïdea Amanite ovoïde  Voir

Amanita pantherina Amanite panthère  Voir

Amanita phalloides Amanite phalloïdes  Voir

Amanita rubescens Amanite rougeâtre  Voir

Amanita spissa Amanite épaisse  Voir

Amanita strobiliformis - Amanite solitaire Voir

Amanita verna Amanite printanière Voir

Amanita virosa Amanite vireuse  Voir

Amanitopsis vaginata Amanite vaginée  Voir

Anthurus Archeri Anthurus d’Archer Voir 

Armillaria mellea Armillaire couleur de miel  Voir

Auricularia auricula-Judae Oreille de Judas  Voir

Auriscalpium vulgare Hydne cure-oreille  Voir

B)

Boletus aereus Cèpe bronzé  Voir

Boletus aestivalis Cèpe d’Eté  Voir

Boletus appendiculatus Bolet appendiculé  Voir

Boletus badius Bolet bai  Voir

Boletus calopus Bolet à beau pied  Voir

Boletus cyanescens Bolet bleuissant  Voir

Boletus Dupainii Bolet à chapeau laqué  Voir

Boletus edulis Cèpe de Bordeaux  Voir

 

Boletus edulis v/albus Cèpe blanc  Voir

Boletus erythropus Bolet à pied rouge  Voir

Boletus Fechtneri Bolet de Fechtner  Voir

Boletus legaliae Bolet de Le Gal 

Tout aussi toxique que son cousin le Bolet de Satan

21ak5yh

Voir le Bolet de Le Gal

Boletus Personii Cèpe blanc Voir

Boletus pinicola Cèpe des pins  Voir

Boletus pinophilus Cèpe des pins  Voir

Boletus Queletii Bolet de Quelet  Voir

Boletus radicans Bolet radicant  Voir

Boletus regius Bolet royal  Voir

Boletus Satanas Bolet de Satan  Voir

Boletus pseudoregius Bolet Faux-royal  Voir

Boletus versicolor Bolet versicolore Voir

C)

Calocera viscosa Calocère visqueuse  Voir

Calocybe gambosa Tricholome de la St.Georges  Voir

Cantharellus cibarius Chanterelle commune  Voir

Cantharellus cinereus Chanterelle cendrée ou grise  Voir

Cantharellus lutescens Chanterelle jaunâtre  Voir

Cantharellus tubaeformis Chanterelle en entonnoir  Voir

Chroogomphus rutilus Gomphide rutilant  Voir

Clathrus ruber Clathre grillagé  Voir 

Clavariadelphus pistillaris Clavaire en pilon  Voir

Clavariadelphus truncatus Clavaire tronquée  Voir

Clavulina cinerea Clavaire cendrée  Voir

Clitocybe aurantiaca Clitocybe orangé  Voir

Clitocybe clavipes Clitocybe à pied en massue   Voir

Clitocybe dealbata Clitocybe blanc  Voir

Clitocybe geotropa Clitocybe géotrope   Voir

Clitocybe gibba Clitocybe en entonnoir   Voir 

Clitocybe inversa Clitocybe retourné   Voir

Clitocybe nebularis Clitocybe nébuleux  Voir 

Clitocybe odora Clitocybe odorant  Voir

Clitocybe olearia Clitocybe de l’olivier   Voir

Clitopilus prunulus Clitopile petite prune  Voir

Collybia butyracea Collybie butyracée  Voir

Collybia fusipes Collybie à pied en fuseau  Voir

Collybia maculata Collybie tachée  Voir

Collybia mucida Collybie mucide  Voir

collybie_mucide6

Presque translucide

Collybia velutipes Collybie à pied velouté  Voir

Collybia platyphylla Collybie à larges lamelles   Voir

Coprinus atramentarius Coprin noir d’encre  Voir

Coprinus comatus Coprin chevelu  Voir

Coprinus disseminatus Coprin disséminé  Voir

Coprinus micaceus Coprin micacé  Voir

Coprinus picaceus Coprin pie  Voir

Cortinarius alboviolaceus Cortinaire blanc-violet  Voir

Cortinarius collinitus Cortinaire à colliers  Voir

Cortinarius elator Cortinaire élevé  Voir

Cortinarius orellanus Cortinaire des montagnes  Voir

Cortinarius praestans Cortinaire remarquable  Voir

Cortinarius traganus Cortinaire à odeur de bouc  Voir

Cortinaire___odeur_de_bouc4

Il porte bien son nom

Craterellus cornucopioides Trompette des morts  Voir

D)

Dendropolyporus umbellatus Polypore en ombelle  Voir

Dictyophora indusiata Jeune fille voilée  Voir

Disciois venosa Pézize commune  Voir

E)

Entoloma clypeatum Entolome en bouclier Voir

Entoloma lividum Entolome livide   Voir

Entoloma nidorosum Entolome à odeur de nitre  Voir 

Entoloma sepium Entolome des haies  Voir 

F)

Fistulina hepatica Langue de bœuf  Voir

Flammulina velutipes Collybie à pied velouté   Voir

Fomes fomentarius Polypore amadouvier  Voir

G)

Galerina marginata Galère marginée  Voir

Ganoderma applanatum Ganoderme aplani  Voir

Geaster pectinatum Géastre pectiné Voir

Geaster saccatum Géastre en chausse  Voir

Geaster sessile Géastre frangé  Voir

Geaster triplex Géastre à trois couches  Voir

Geastrum_triplex1

A l'apparence d'une vesse posée sur une étoile

Gomphidius glutinosus Gomphide glutineux  Voir

Gomphus clavatus Chanterelle violette  Voir

Gymnopilus penetrans Pholiote pénétrante  Voir

Gyromitra esculenta Gyromitre comestible  Voir 

Gyroporus castaneus Bolet châtain  Voir

Gyroporus cyanescens Bolet bleuissant  Voir

H)

Hebeloma crustuliniforme Hébélome échaudé  Voir

Hebeloma radicosum Hébélome radicant  Voir 

Hebeloma sinapizans Hébélome couleur moutarde  Voir 

Helvella acetabulum Pézize commune  Voir

Helvella crispa Helvelle crépue  Voir

Helvella lacunosa Helvelle lacuneuse  Voir

Helvella monachella Helvelle à pied blanc  Voir

Hericium coralloides Hydne coralloïde  Voir

Hericium erinaceum Hydne hérisson  Voir 

Hydnellum ferrugineum Hydne ferrugineux  Voir

Hydnum repandum Hydne pied de mouton  Voir

Hygrocybe conica Hygrophore conique Voir

Hygrocybe psittacina Hygrophore perroquet  Voir

Hygrocybe punicea Hygrophore rouge ponceau  Voir    

Hygro_rouge_p

Superbe champignon en voie de disparition

Hygrophoropsis aurantiaca Clitocybe orangé  Voir

Hygrophorus latitabundus Hygrophore limace Voir

Hygrophorus marzuolus Hygrophore de Mars   Voir

Hygrophorus pudorinus Hygrophore pudibond  Voir

Hygrophorus russula Hygrophore russule  Voir

Hypholoma fasciculare Hypholome en touffes  Voir

I)

Inocybe geophylla Inocybe à lames couleur de terre Voir

Inocybe Patouillardii Inocybe de Patouillard  Voir

L)

Laccaria amethystea Laccaire améthyste Voir

Laccaria laccata Clitocybe laqué  Voir

Lacrymaria lacrymabunda Hypholome velouté  Voir

Lactarius controversus Lactaire renversé  Voir

Lactarius deliciosus Lactaire délicieux  Voir

Lactarius glyciosmus Lactaire odorant  Voir

Lactarius piperatus Lactaire poivré Voir

Lactarius plumbeus Lactaire plombé  Voir

Lactarius pyrogalus Lactaire à lait brûlant  Voir

Lactarius rufus Lactaire roux  Voir

Lactarius sanguifluus Lactaire sanguin  Voir

Lactarius torminosus Lactaire à toison  Voir

Lactarius vellereus Lactaire velouté  Voir

Lactarius vietus Lactaire vieillot  Voir

Lactarius volemus Lactaire à lait abondant  Voir

Laetiporus sulphureus Polypore soufré  Voir

Langermannia gigantea Vesse de loup géante Voir

2003536

Souvent sa taille est impressionnante!!

Leccinum aurantiacum Bolet roux  Voir

Leccinum quercinum Bolet du chêne  Voir  

Leccinum scabrum Bolet rude  Voir

Lentinellus cochleatus Lentin en colimaçon  Voir

Lentinus tigrinus Lentin tigré  Voir

Lepiota cristata Lépiote à crête  Voir

Lepiota helveola Lépiote brunâtre  Voir 

Lepiota naucina Lépiote pudique  Voir 

Lepiota procera Lépiote élevée  Voir 

Lepiota rhacodes Lépiote déguenillée  Voir

Lepista inversa Clitocybe retourné  Voir 

Lepista nuda Tricholome pied bleu   Voir

Tricholome_pied_bleu1

Mon champignon préférée

Lepista personata Tricholome sinistre   Voir

Leratiomyces ceres Strophaire orangée Voir 

Leucopaxillus giganteus Clitocybe géant  Voir

Lycoperdon perlatum Vesse de loup perlée  Voir

Lycoperdon pyriforme Vesse de loup en forme de poire  Voir

Lyophyllum aggregatum Tricholome agrégé  Voir

Lyophyllum Georgii Tricholome de la St.Georges  Voir

M)

Marasmius alliaceus Marasme à odeur d’ail  Voir

Marasmius oreades Marasme d’oréade  Voir

Macrolepiota procera Lépiote élevée  Voir

Macrolepiota rhacodes Lépiote deguenillée  Voir

Megacollybia platyphylla Collybie à larges lamelles  Voir

Mitrophora hybrida Morillon  Voir

Morchella conica Morille conique  Voir

Morchella esculenta Morille comestible  Voir

Morchella rotunda Morille ronde  Voir

Morchella vulgaris Morille comestible  Voir

Mucidula mucida Collybie mucide  Voir

Mutinus caninus Phallus du chien  Voir

Mucidula radicata Collybie radicante  Voir

Myxacium elator Cortinaire élevé  Voir

Mycena galericulata Mycène en casque  Voir

Mycena inclinata Mycène incliné  Voir   

Mycena pura Mycène pur Voir

O)

Omphalotus olearius Clitocybe de l’olivier   Voir

Clitocybe_de_l_olivier5

Il provoque le plus d'intoxications dans le Sud de la France

Oudemansiella mucida Collybie mucide  Voir

Oudemansiella radicata Collybie radicante  Voir

P)

Paxillus atrotomentosus Paxille à pied noir  Voir

Paxillus involutus Paxille enroulé   Voir 

Phallus impudicus Phallus impudique  Voir

Pholiota destruens Pholiote destructrice  Voir

Pholiota mutabilis Pholiote changeante  Voir

Pholiota spectabilis Pholiote remarquable  Voir

Pholiota squarrosa Pholiote écailleuse  Voir    

Piptoporus betulinus Polypore du bouleau  Voir

Pleurotus cornucopiae Pleurote corne d’abondance  Voir

Pleurotus eryngii Pleurote du panicaut  Voir

Pleurotus olearius Clitocybe de l’olivier   Voir

Pleurotus ostreatus Pleurote en huître  Voir    

Pluteus cervinus Plutée du cerf  Voir

R)

Ramaria aurea Clavaire dorée Voir

Ramaria botrytis Clavaire en chou-fleur  Voir

Ramaria formosa Clavaire en chou-fleur  Voir

Rhodopaxillus nudus Tricholome pied bleu  Voir

Rhodopaxillus saevus Tricholome sinistre   Voir

Rozites caperata Pholiote ridée  Voir 

Russula aurata Russule dorée  Voir

Russula cyanoxantha Russule charbonnière  Voir

Russula emetica Russule émétique  Voir

Russula foetens Russule fétide Voir

Russula lepida Russule jolie  Voir

Russula lutea Russule jaune  Voir

Russula mustelina Russule belette  Voir

Russula nigricans Russule noircissante  Voir

Russula sardonia Russule couleur de sardoine  Voir

Russule_couleur_de_sardoine5

Son âcreté ne donne guère envie de la goûter une seconde fois

Russula vesca Russule comestible  Voir

Russula virescens Russule verdoyante  Voir

Russula xerampelina Russule feuille morte  Voir

S)

Sarcodon imbricatum Hydne imbriqué  Voir

Sarcodon repandum Hydne pied de mouton  Voir

Sarcoscypha coccinea Pézize coccinée  Voir

Scleroderma aurantium Scléroderme vulgaire  Voir 

Sparassis crispa Sparassis crépu  Voir

Strobilomyces strobilaceus Bolet pomme de pin  Voir

Strobilomyces floccopus Bolet pomme de pin   Voir

Stropharia aeruginosa Strophaire vert-de-gris  Voir 

Stropharia aurantiaca Strophaire orangée Voir 

Suillus bovinus Bolet des bouviers  Voir

Suillus collinitus Bolet collinitus  Voir

Suillus elegans Bolet élégant  Voir

Suillus granulatus Bolet granulé Voir

Suillus luteus Bolet nonnette voilée  Voir

T)

Trametes versicolor Tramète versicolore Voir

Tremiscus helvelloïdes Guépinie rousse Voir

Tricholoma aggregatum Tricholome agrégé   Voir

Tricholoma albobrunneum Tricholome blanc-brun   Voir

Tricholoma columbetta Tricholome colombette   Voir

Tricholoma equestre Tricholome équestre  Voir

Tricholoma flavivorens Tricholome équestre  Voir

Tricholoma gambosum Tricholome de la St.Georges   Voir

Tricholoma Georgii Tricholome de la St.Georges   Voir

Tricholoma nudum Tricholome pied bleu   Voir

Tricholoma pardinum Tricholome tigré Voir

Tricholome_tigr_1

A ne pas confondre avec le Tricholome prétentieux

Tricholoma portentosum Tricholome prétentieux   Voir

Tricholoma rutilans Tricholome rutilant   Voir

Tricholoma saevum Tricholome sinistre   Voir

Tricholoma sulphureum Tricholome soufré  Voir

Tricholoma terreum Tricholome terreux   Voir

Tricholomopsis rutilans Tricholome rutilant  Voir

Tuber aestivum Truffe d'Eté/de la Saint Jean  Voir

Tuber brumale Truffe du Piémont   Voir  

Tuber magnatum Truffe blanche d'Alba  Voir

Tuber melanosporum Truffe noire du Périgord Voir

Tuber uncinatum Truffe de Bourgogne  Voir

Tylopilus felleus Bolet amer  Voir

U)

Ungulina fomentaria Polypore amadouvier  Voir

V)

Volvariella bombycina Volvaire soyeuse  Voir

Volvariella gloïcephala Volvaire gluante  Voir

Volvariella speciosa Volvaire gluante  Voir

X)

Xerocomus badius Bolet bai  Voir

Bolet_bai12

Jeune il peut rivaliser avec les meilleurs Cèpes

Xerocomus chrysenteron Bolet chrysentéron  Voir

Xerocomus rubellus Bolet versicolors  Voir

Xerocomus subtomentosus Bolet subtomenteux  Voir

Xerocomus rubellus Bolet versicolore Voir

Xerula radicata Collybie radicante  Voir

Xylaria polymorpha Xylaire polymorphe  Voir

 

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition 

 

 

Posté par boletus34 à 09:25 - - Permalien [#]

17 juillet 2012

LES CHAMPIGNONS EN VIDEO

 

Connaissez-vous "Passion Champignons", le livre de Mycologia34?

Voir le Livre de Mycologia34 nouvelle édition

Les Champignons en Vidéo

cameras007

Vous trouverez ci-dessous près de 300 vidéos, provenant des 5 continents, de champignons parmi les plus communs et les plus recherchés. Certaines d'entre elles sont superbes mais la palme revient à Jean-Pierre de Champimaginatis pour la qualité de ses vidéos et l'excellence de ses commentaires et à Kudlacek 2882 pour ses accompagnements musicaux.

Merci à eux et aux dizaines d'autres passioné(e)s qui ont réalisé ces vidéos.

Les espèces en rouge sont mortelles, vénéneuses ou non consommables.

Pour accéder, lors de la lecture, au mode "plein écran" cliquez sur la touche se trouvant à l'extrême droite sous la vidéo

 Pour quitter le mode 'plein écran" appuyez sur la touche Echap de votre clavier 

 

Amanite des Césars2

  Amanites

- Amanite des Césars - Amanita Caesarea  Voir

- Amanite citrine - Amanita citrina Voir

- Amanite jonquille - Amanita gemmata Voir

- Amanite ovoïde - Amanita ovoidea Voir

Amanite panthère - Amanita pantherina Voir

- Amanite phalloïde - Amanita phalloides Voir
 
- Amanite phalloïde (jeune) - Amanita phalloides Voir

- Amanite printanière - Amanita verna Voir

- Amanite rougeâtre - Amanita rubescens - à consommer après cuisson Voir 

- Amanite tue-mouches - Amanita muscaria Voir

- Amanite tue-mouches (croissance) - Amanita muscaria  Voir 

- Amanite vaginée - Amanita vaginata - à consommer après cuisson Voir

- Amanite vireuse - Amanita virosa Voir

Voir les descriptifs et photos des Amanites sur le blog

 

 

Armillaire_couleur_de_mielArmillaires

- Armillaire couleur de miel - Armillaria mellea Voir

- Armillaire d'Ostoya - Armillaria Ostoyae Voir 

Voir les descriptifs et photos des Armillaires sur le blog

 

 

Oreille de judas7Auriculaires

 - Oreille de Judas - Auricularia auricula-judae Voir 1 - Voir 2

Voir les descriptifs et photos des Auriculaires sur le blog

Cèpe de bordeaux1

 Bolets et Cèpes

- Bolet amer - Tylopilus felleus  Voir

- Bolet appendiculé - Boletus appendiculatus  Voir

- Bolet bai - Xerocomus badius Voir

- Bolet à beau pied - Boletus calopus Voir

- Bolet blanc de neige - Leccinum holopus Voir

- Bolet bleuissant - Gyroporus cyanescens  Voir

- Bolet du bouleauLeccinum variicolor Voir

- Bolet des bouviers - Suillus bovinus Voir

- Bolet à chair jaune - Xerocomus chrysenteron Voir 

- Bolet changeant - Leccinum versipele Voir